Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • lundi 28 août 2017 16:30

Libye : Trois champs pétroliers fermés par une milice, la NOC invoque la "force majeure"

Une vue du champ pétrolier Al Sharara (dr)

 Trois champs pétroliers libyens ont été mis à l’arrêt dimanche  suite à la fermeture de pipelines par une milice armée locale, ont indiqué des sources officielles libyennes. La compagnie nationale libyenne a invoqué une situation de "force majeure".

Les membres de la milice ont bloqué, notons-le, le plus grand champ pétrolier du pays,  à savoir celui de Sharara. Ils n’ont pas formulé de revendications politiques mais ont exigé des autorités du pays d’améliorer les conditions de vie des habitants de la région de Zenten en plus de la livraison de davantage de quantités de carburants au profit des habitants de cette région.

 Le champ pétrolier de Sharara a une capacité de production de 280.000 barils par jour aurait été déjà bloqué quelques jours auparavant, précisent des sources locales.Les champs d’EL Feel et de Mellitah ont été également  fermés, selon la compagnie pétrolière nationale (NOC).  

 Par ailleurs, la compagnie pétrolière a annoncé la fermeture de certaines infrastructures reliées au champ pétrolier de Hamada. Il s’agirait, selon toute vraisemblance, de l’œuvre d’un autre groupe armé.

Au-dessous des 300.000 barils/jour

Ces dernières semaines, des opérations similaires ont été recensées à différents endroits du pays, ce qui a eu pour effet de faire chuter la production libyenne en dessous des 300.000 barils par jour. La production libyenne d’avant la révolution de 2011 se situait, rappelons-le, autour de 1.6 million de barils par jour.

 La Libye, membre de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) a été exempté de l’accord de réduction de la production pétrolière en vigueur depuis janvier dernier.

La production de ce pays en proie aux troubles a connu, néanmoins,  une rapide progression au cours de ces derniers mois, ce qui n’a pas manqué d’inquiéter les membres de l’Organisation. L’augmentation de la production du Nigeria, autre membre de l’OPEP exempté par l’accord, a semé littéralement la panique au sein de l’organisation, ce pays disposant d’énormes gisements pétroliers.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.