Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   APS
  • dimanche 27 août 2017 17:23

Guitouni invite la Pologne et la Turquie à renforcer la coopération énergétique avec l'Algérie

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a invité la Pologne et la Turquie à renforcer la coopération énergétique avec l'Algérie, à l'occasion des entretiens qu'il a eus dimanche à son département ministériel avec les ambassadeurs des deux pays, respectivement, Witold Spirydowicz et Mehmet Poroy, a indiqué un communiqué du ministère.

 

Les discussions entre le ministre et l'ambassadeur de la Pologne ont porté sur le renforcement des relations de coopération dans le domaine de l'énergie, notamment dans les hydrocarbures.

Les deux parties se sont dit satisfaites des relations "anciennes et excellentes" entre les deux pays et ont évoqué les importantes possibilités pour les entreprises énergétiques de travailler ensemble dans ce domaine.

A cet effet, M. Guitouni a invité les entreprises polonaises à explorer les potentialités existantes en Algérie, notamment dans les activités de l'exploration et des exploitations pétrolières, en les invitant à participer aux appels d'offre qui seront lancés par le secteur.

Pour sa part, M. Spirydowicz a manifesté l'intérêt des entreprises polonaises à travailler en Algérie et à identifier des projets concrets de partenariat avec les entreprises algériennes du secteur, a ajouté la même source.

Le ministre et l'ambassadeur de Turquie ont passé en revue l'état des relations de coopération et de partenariat entre les deux pays qualifiées d'"excellentes", et ont abordé les perspectives de leur développement.

A l'occasion de cette rencontre, M. Guitouni a relevé "avec satisfaction" les bonnes relations de coopération et de partenariat entre Sonatrach et la société turque Botas, en invitant les entreprises turques à participer aux prochains appels d'offre du secteur.

Pour sa part, M. Poroy, qui a également exprimé sa satisfaction quant aux relations de coopération entre les entreprises des deux pays, a témoigné de l'intérêt des compagnies turques à continuer à travailler et à investir en Algérie dans d'autres projets d'intérêt mutuel, a ajouté le communiqué.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.