Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • mardi 22 août 2017 17:03

Les travaux de réhabilitation de la raffinerie pétrolière de Sidi R'cine (Alger) "avancent bien" (ministre)

Raffinerie d'Alger

Les travaux de réhabilitation et d'extension de la raffinerie pétrolière de Sidi R'cine (Sud-est Alger), confiés fin 2016 à une société chinoise, "avancent bien" grâce à la prise en charge, par la Sonatrach, des différentes contraintes notamment celles liées au manque d'effectif.

 

 

C’est ce qu’a indiqué mardi le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, en assurant que le projet sera livré dans les délais, à savoir en octobre 2018.

"Aujourd'hui nous avons constaté que les choses se sont organisées et vont beaucoup mieux. On sent que le chantier a réellement démarré. Sonatrach, avec sa nouvelle direction, a repris les choses en mains", a déclaré le ministre à l'APS à l'issue d'une improviste visite d'inspection effectuée dans cette raffinerie, en compagnie du P-dg de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour et des cadres du secteur.

 "Les contraintes posées au partenaire chinois ont été levées du moment qu'il va pouvoir mobiliser, en plus de quelque 2.000 employés chinois déjà opérationnels, 3.000 agents expatriés supplémentaires qui vont bientôt compléter l'effectif actuel", s'est réjoui M. Guitouni. 

 Le 18 juillet dernier, lors d'une première visite d'inspection à cette raffinerie, le ministre avait fait état d'un "chantier désordonnée", exhortant China petroleum Engineering and construction (CPECC) d'accélérer les travaux et de renforcer ses effectifs pour réaliser le projet dans les délais impartis.

 Suite au mécontentement du ministre quant au retard pris dans la réhabilitation de cette raffinerie stratégique pour le pays, puisqu'elle couvre les besoins en produits pétroliers de 18 wilayas du centre, le Directeur du projet avait été alors relevé de ses fonctions en juillet et remplacé par nouveau cadre.

 Pour rappel, un premier contrat de réhabilitation de la raffinerie d`Alger avait été conclu en 2010 avec la société française TechnipFMC, avant d`être résilié en 2015 à cause d'un énorme retard dans la réalisation.

 Les responsables de CPECC, qui a décroché en novembre 2016 un nouveau contrat, de 45 milliards de DA, pour la réhabilitation de la raffinerie, avaient de leur côté justifié le retard enregistré par le manque des effectifs sur le chantier à cause d'un "problème de visa" pour le personnel chinois.

 M. Guitouni a donc ordonné le recours aux compétences algériennes, notamment celles activant dans les grands travaux d'aménagement, pour combler ces insuffisances et accélérer la cadence de réalisation.

 Ainsi, la Sontarch a procédé au renforcement su staff de la raffinerie en faisant appel à des cadres expérimentés activant dans les raffineries de Skikda et d'Arzew en plus d'une soixantaine de nouveaux ingénieurs, portant le nombre du staff local chargé du projet à 189 personnes en plus de quelque 1.700 employés chinois, a indiqué M. Bouaziz Salih, Directeur de la division raffinage.

En plus, la Sonatrach "a pu régler, en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères, le problème des Visas pour l'effectif chinois. Ainsi, 3.000 agents chinois vont rejoindre le chantier dès septembre prochain",  a-t-il soutenu.

 Selon le même cadre, les travaux d'engineering ont été achevés à presque 100%, la totalité des équipements nécessaires ont été installés alors que les travaux de construction sont à 59% actuellement. Ainsi le taux d'avancement physique du projet est estimé aujourd'hui à 81,32% contre 80,39% il y a un mois, selon lui. 

Le projet de réhabilitation de la raffinerie d'Alger devrait permettre d'augmenter de 35% les capacités de traitement de cette unité, les portant de 2,8 millions de tonnes (Mt) par an d'hydrocarbures actuellement à 3,7 Mt. Il permettra également de produire des carburants aux normes internationales.

 La raffinerie devrait ainsi voir sa capacité de production en gasoil passer de 737.000 tonnes/an à 1,18 million de tonnes/an, sa capacité de production d'essence passer de 400.000 t/an actuellement à 1,3 Mt et celle du GPL de 88.700 t/an à 270.000 t/an. Les capacités de stockage de carburants vont à leur tour augmenter de 73%.

 

 Une unité de récupération de souffre et une autre de traitement des eaux

La création d'une nouvelle unité de récupération de souffre, un gaz nocif pour l'environnement et pour la santé, est également prévue par le projet. Ce gaz, qui était jusque là brûlé en torche, sera récupéré et valorisé, a  fait savoir M. Bouaziz. D'autre part, le projet prévoit la création d'une  unité d'épuration et de traitement des eaux évacuées par la raffinerie.

 Pour ce qui est de la réalisation des nouvelles raffineries à Hassi Messaoud à Tiaret, le ministre a avancé que les discussions avec les partenaires étrangers "sont en cours et nous pensons avoir les sociétés réalisatrices entre janvier et février 2018".

 La consommation nationale en carburants avait connu une augmentation annuelle de 7% ces dix dernières années, un accroissement induit à la fois par l'amélioration du pouvoir d'achat des citoyens, l'augmentation du parc automobile national ainsi que les prix bas des carburants.

Pour répondre à cette demande en hausse continue, l'Etat a alors décidé de la réalisation de deux autres nouvelles raffineries à Hassi Messaoud (5 Mt/an) et Tiaret (5 Mt/an) dont la réception est prévue pour 2020.

 Les capacités globales de raffinage de l’Algérie devront être portées à 40 Mt/an à l’horizon 2021 à la faveur de la réalisation de nouvelles raffineries et de la réhabilitation de celle d'Alger. L'Algérie serait alors autosuffisante en carburants et pourrait même exporter à partir de 2020, soit après l'entrée en service des nouvelles raffineries.

 L'Algérie produit actuellement 11,5 Mt par an de carburants, contre une consommation globale de 15 Mt/an, alors que le déficit (3,5 Mt/an) est comblé par l'importation pour un montant de deux (2) milliards de dollars/an.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • @ amilcar barca

    S'il évident pour vous de prétendre que je ne connais rien aux contrats, j'attends vos lumières qui pourraient éventuellement m'éclairer, mais j'en doute.

    Et pourtant j'ai précisé qu'un maître d’œuvre est celui qui exécute un chantier ou fournit une prestation, même via des intermédiaires ou des sous traitants sur ordre du maître d'ouvrage.

    Plus simple il n'y en a pas et je pense qu'avant de taxer quelqu'un de ce que vous supputez, relisez donc vos manuels et apprenez à comprendre avant de commenter.

    Rapporter Vangelis jeudi 24 août 2017 15:00
  • Vangelis, il est évident que vous n'avez jamais vu un contrat de prés, sinon vous saurez qui est ici le maitre d'œuvre et qui est le sous-traitant ou le contractant général.

    Rapporter Amilcar Barca jeudi 24 août 2017 06:44
  • le projet se termine dans 14 mois ,donc demarrage en 2019 soit dans 18 mois ? merci aux chinois .Et merci à TECHNIP qui nous offre 48 mois de retard et qui part avec tout le budget ? on l'oublie ?

    Rapporter nour-eddine mercredi 23 août 2017 22:22
  • @Brahim Brakmi

    Dans tout contrat, même individuel entre particulier, le payeur donne de l'argent en contrepartie d'une marchandise, un service ou encore une "prestation".

    Le payeur exige toujours que ces marchandises soient en conformité avec ce qui se pratique chez l'épicier du coin, chez l'entreprise locale ou étrangère ou encore chez le fournisseur.

    Donc ce payeur, la SH a exigé que le maître d'ouvrage, accélère les travaux afin que la livraison soit fournie dans les délais convenus.

    Les chinois expatriés en Algérie et venus de leur pays sont payés par le maître d’œuvre. Je présume que ce dernier n'a pas exécuter cette clause de fournir les moyens matériels et humains pour terminer cette raffinerie.

    Ceci étant dit, vous êtes, vous de mauvaise foi et négatif en prétendant que SH, dans cette affaire prendrait les algériens pour des cons.

    Pour le coup, et en considération de votre attaque gratuite c'est vous le con car les algériens savent ce qui doivent critiquer sans tomber dans les extrêmes et la désinformation.

    Rapporter Vangelis mercredi 23 août 2017 18:14
  • Il fallait titrer : "grâce aux chinois (et non à Sonatrach) la raffinerie de Sid R'cine avance bien !!

    Rapporter Brahim Brakmi mercredi 23 août 2017 17:00
  • La raffinerie de Sidi R'cine n'avance pas ...."grâce à la prise en charge, par la Sonatrach, des différentes contraintes notamment celles liées au manque d'effectif" ... mais grâce au chinois qui vont mettre sur le chantier 3000 ouvriers, cadres et techniciens ! Ilne faut pas que Maghreb Emergent nous prennent pour des cons ou des canards sauvage !

    Apprenez à dire la vérité aux algériens même dans les titres et intitulés des articles !

    Rapporter Brakmi Brahim mercredi 23 août 2017 16:57
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.