Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • mardi 15 août 2017 14:17

Pétrole: La compagnie vénézuélienne PDVSA perd le tiers de son chiffre d’affaires en 2016

 

La rareté des investissements dans le secteur pétroliers mais également le manque d’entretien des installations pétrolières sont les principaux facteurs à l’origine de la baisse de la production vénézuélienne.

 

Le chiffre d’affaires de la compagnie pétrolière publique vénézuélienne (PDVSA) a chuté de 33,5% durant l’année 2016, suite à la baisse des prix du pétrole sur le marché mondiaux.

Dans un bilan rendu public, il y a quelques jours, la compagnie signale que son chiffre d'affaires a atteint 48 milliards de dollars en 2016, contre 72,17 milliards un an plus tôt.

Le Venezuela actuellement en proie à des troubles internes, essentiellement résultant de la baisse du prix du pétrole, a vendu son pétrole, en 2016,  à un prix moyen de 35,15 dollars le baril. Une année plus tôt, le prix moyen du pétrole vénézuélien était de 44,65 dollars.

Pour faire face à la baisse inquiétante de son chiffre d’affaires, la compagnie PDVSA a tenté de réduire les coûts de production et à réussi à économiser, en 2016, un total de 7,7 milliards de dollars.

Malgré la phase difficile qu’il traverse, ce pays dispose d’énormes réserves pétrolières avec plus de 77,2 milliards de barils selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et 78 milliards de barils, selon l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dont il est membre.

Les chiffres 2017 pas du tout encourageant

Les responsables de PDVSA ont exprimé récemment leur volonté de continuer à honorer les engagements de  la compagnie publique vénézuélienne  « envers les institutions financières et les détenteurs de bons sur le marché international », en dépit des difficultés que rencontre leur pays.

Il faut dire cependant que les chiffres de l’année 2017 ne sont pas très encourageants, la compagnie ayant annoncé une production de 1,9 millions de barils par jour, en moyenne, soit quelque  600 000 barils en moins par jour par rapport à l’année 2016. Le chiffre de l’année en cours est également inférieur d’un million de barils par rapport à l’année 2015.

La rareté des investissements dans le secteur pétroliers mais également le manque d’entretien des installations pétrolières sont les principaux facteurs à l’origine de la baisse de la production vénézuélienne, selon la compagnie publique.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.