Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

L’Algérie importe pour 2 milliards de dollars de carburants par an (ministre)

 

Faute de raffineries, l’Algérie recourt aux marchés extérieurs pour combler un déficit de 3,5 millions de tonnes (Mt) de carburants. Elle en importe annuellement pour 2 milliards de dollars.

 

L'Algérie produit actuellement 11,5 millions de tonnes par an de carburants, contre une consommation globale de 15 Mt/an, alors que le déficit (3,5 Mt/an) est comblé par l'importation pour un montant de deux (2) milliards de dollars/an, a indiqué mardi à Alger le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni.

Selon l’APS qui a rapporté ses propos, M. Guitouni a précisé que la consommation nationale en carburants avait connu une augmentation annuelle de 7% ces dix dernières années, un accroissement induit à la fois par l'amélioration du pouvoir d'achat des citoyens, l'augmentation du parc automobile national ainsi que les prix bas des carburants.

Le ministre a fait état de perspectives prometteuses pour l’activité du raffinage après l'entrée en service des nouvelles raffineries. Selon lui, les capacités globales de raffinage de l’Algérie devront être portées à 40 Mt/an à l’horizon 2021 à la faveur de la réalisation de nouvelles raffineries et de la réhabilitation de celle d'Alger. Ce qui est susceptible de dégager un important excédent qui mettra l’Algérie en position d’exportateur de carburants en 2021.

Pour répondre à cette demande en hausse continue, l'Etat a alors décidé de la réalisation de deux autres nouvelles raffineries à Hassi Messaoud (5 Mt/an) et Tiaret (5 Mt/an) dont la réception est prévue pour 2020, a avancé le ministre.

Par ailleurs, le ministre a expliqué à la presse que le projet de réhabilitation de la raffinerie d'Alger, dont la date de réception est prévue pour octobre 2018, devrait permettre d'augmenter de 35% les capacités de raffinage de cette unité laquelle avait traité 2,8 millions de tonnes (Mt) par an d'hydrocarbures en 2014.

Le ministre a également évoqué un "ambitieux programme" d'augmentation des capacités de stockage des carburants, permettant de passer d'environ 7.000 m3/an stockés annuellement à environs 2 millions m3/an en 2020, soit une période d'autosuffisance de 30 jours au lieu de 12 jours actuellement. 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Il faut absolument remettre tout à "zéro", "zéro" comme "zéro importation", puis délivrer des dérogations (médicaments, outils de production...).
    Pour le carburant, il faut deux choses : arrêter l'importation et que le prix soit au moins égal au coût de raffinage.
    Cela nous poussera nous "ghachi" à ne pas gaspiller et à se tourner vers le "SIRGAZ".

    Rapporter derdour jeudi 20 juillet 2017 09:23
  • une vraie honte pour notre pay depuis l indèpendancece nous avont meme pas ete capable d etre autosuffisant en agriculture alors que nous manquont de rien,ni eau,ni terre fertille,nos bras sont casser,tous ne pense qu a voler,monter des dossier bidons uniquement pour avoir des subventions avoir il abandaonne tous,ou vous avez la bureaucratie l etat vous donne de la terre,et quand vous faite la demande pour un forage il vous vont attendre 02 ans incroyable,et l etat vous un delaie de 06 mois pour travailler votre terre chercher l erreur?pour le gazoil ont frole le ridicule,importer du gazoil incroyable,bientot ont vat importer du petrole,meme pas capable de construire des raffineries celle de biskra a ètati purement abandonner alors alors que dans les journaux il en parle omme ci elle etatit en construction j invite tous ce qui mette en doute mes dire de verifier par eux meme avec coogoole erath il serons surpris

    Rapporter soleil mercredi 19 juillet 2017 20:13
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.