Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • dimanche 9 juillet 2017 16:07

Pétrole- L’Opep envisage de fixer une limite de production au Nigéria et à la Libye

« Nous envisageons de plafonner la production de la Libye et du Nigéria (…) Celle du Nigéria est un véritable casse-tête pour nous », a déclaré un délégué de l’Opep au Wall Street Journal.

 

L’Organisation des exportateurs de pétrole (Opep) envisage d’imposer une limite de production au Nigeria et à la Libye, deux membres de cette organisation exemptés de l’accord de réduction de production, mais  qui alimentent, depuis quelque temps, le marché à une cadence jugée inquiétante. L’information a été révélée samedi par un délégué de l’Opep, cité par le Wall Street Journal, et dont l’identité n’a pas été révélée.

« Nous envisageons de plafonner la production de la Libye et du Nigéria (…) Celle du Nigéria est un véritable casse-tête pour nous », a-t-il expliqué au journal américain. Il a ajouté, à ce sujet, que ces deux pays compliquent les choses au moment où l’organisation déploie des efforts pour équilibrer le marché pétrolier.

A l’origine, ces deux pays ont été exemptés de la réduction de la production en raison des difficultés qu’ils rencontraient, notamment sur le plan sécuritaire. Les autres membres de l’Opep ne s’attendaient manifestement à ce que ces deux pays réussissent à augmenter  aussi rapidement leur production.

Une augmentation de production qui inquiète

Au Nigéria, la baisse du nombre d’attaques perpétrés contre les installations pétrolières, a encouragé la production pétrolière. En mai dernier, la production pétrolière de ce pays a atteint 1,68 million de barils par jour et les observateurs s’attendent à ce que le Nigéria redevienne le plus grand exportateur africain de pétrole avec une production de 1,84 million de barils par jour attendue à la fin du mois en cours.

Au cours de ces derniers mois, des pays membres de l’Opep n’ont pas manqué d’exprimer leur inquiétude quant à l’augmentation rapide de la production nigériane et libyenne. Une inquiétude amplifiée, par la baisse des prix du pétrole. Ceux-ci sont retombés à nouveau sous la barre des 50 dollars en dépit de la reconduction, fin mai dernier, de l’accord portant sur la réduction de la production pétrolière. L’accord qui réunit l’Opep et des pays partenaires, incluant la Russie, prévoit une baisse de production globale de 1,8 million de barils par jour jusqu’au mois de mars 2018. L’accord initial s’étalait, rappelons-le, de janvier à juin 2017.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.