Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   Ernest Scheyder (Reuters)
  • lundi 29 mai 2017 11:34

L'Opep cherche à coexister avec le pétrole de schiste (Analyse)

 

Les producteurs de pétrole conventionnel et ceux du pétrole de schiste sont d'abord ignorés, puis ils se sont combattus. Aujourd'hui, en dépit d'objectifs opposés, ils discutent.

 

 

Les relations entre l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et les producteurs américains de pétrole de schiste ont beaucoup évolué depuis que le cartel a découvert il y a cinq ans ces nouveaux concurrents qui s'invitaient sur son marché.

 Les producteurs de pétrole de schiste américains étaient à Vienne où se tenait la semaine dernière la réunion des ministres de l'Opep. De leur côté, des responsables du cartel se rendront au Texas afin de savoir si les deux industries peuvent coexister ou si, dans un proche avenir, elles se combattront à nouveau.

 L'Opep et des pays producteurs non-membres du cartel emmenés par la Russie ont décidé jeudi de prolonger de neuf mois jusqu'à fin mars 2018 l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l'année.

 Cette réduction reconduite de 1,8 million de barils par jour (bpj), représentant 2% environ de la production mondiale, est destinée à désengorger le marché et à doper les cours pétroliers.

 Mais l'Opep réalise maintenant que ses efforts profitent aux producteurs de pétrole de schiste qui ont su réduire leurs coûts il y a trois ans quand l'Arabie saoudite a ouvert ses vannes, se lançant dans une guerre des prix qui a duré deux ans.

 Sur le Bassin permien, principal gisement américain, Parsley Energy, Diamondback Energy et d'autres pétroliers extraient l'or noir à des cadences frénétiques, tirant avantage d'une nouvelle technologie, de coûts bas et de cours stables , ce qui a pour effet de saper quelque peu les initiatives de l'Opep.

 Celle-ci veut freiner la croissance de la production de pétrole de schiste en alimentant juste assez le marché pour maintenir les prix en deçà des 60 dollars le baril.

 "Toutes les compagnies de pétrole de schiste aux Etats-Unis sont des petites compagnies", a expliqué Noreddine Boutarfa, qui représentait l'Algérie lors de la réunion de Vienne. "En fait, entre 50 et 60 dollars le baril, (les Américains) ne peuvent pas produire au-delà de 10 millions de barils par jour (bpj)."

 C'est le niveau que la production américaine devrait atteindre l'année prochaine, selon de nombreux analystes, ce qui représenterait une hausse d'un million de bpj. C'est un bond énorme pour une industrie qui a subi faillites et licenciements massifs durant la guerre des prix qui l'a opposée à l'Opep au cours des années 2015 et 2016.

 Ces volumes supplémentaires risquent d'être insuffisants pour satisfaire la hausse de la demande mondiale ou compenser l'épuisement naturel des gisements les plus anciens, comme le pense l'Opep et ce sur quoi elle compte.

"A ce stade, l'objectif pour tous les membres de l'Opep, c'est un baril à 55 dollars avec un maximum de 60 dollars", a déclaré le ministre iranien du pétrole Bijan Zanganeh. "Ce prix semble correct pour les deux parties."

 Quoi qu'il en soit, le pétrole de schiste n'est plus un sujet tabou pour le cartel, qui en a fait un sujet de discussion majeur lors de sa réunion de jeudi.  "Nous avons eu une discussion sur (le pétrole de schiste) et son impact", a dit le ministre du Pétrole équatorien Carlos Pérez. "Mais nous n'avons aucun contrôle sur ce que les Américains font et il leur appartient de décider s'ils continuent ou pas."

 L'OPEP ATTENTIVE

 Dans le même esprit, certains grands producteurs américains cherchent à mieux cerner les intentions de l'Opep et veulent lui faire comprendre qu'elle devra bel et bien compter avec eux dorénavant.

 "L'Opep se gausse du pétrole de schiste", affirme Dave Purcell, de Tudor, Pickering, Holt, une banque américaine qui investit dans les schistes et qui assistait pour la première fois à la réunion de l'Opep.

 Ainsi, le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis, Suhail bin Mohammed al-Mazroui, ne croit pas que la production de pétrole de schiste augmentera d'un million de bpj l'année prochaine.

 Certains clients de l'Opep sont néanmoins contents d'avoir une alternative. L'Inde, troisième consommateur mondial, a dit la semaine dernière s'attendre à une production plus importante des Etats-Unis.

 La prochaine réunion ministérielle entre délégués de l'Opep et non-Opep est prévue le 30 novembre. Alors que la plupart des délégués semblent penser qu'il faut s'accommoder du pétrole de schiste, d'autres, au sein de l'Opep, pensent que les hostilités pourraient à nouveau se déclencher.

 "Si nous en arrivons à un point où nous nous sentirions grugés par des producteurs de pétrole de schiste dont le seul objectif serait de saboter sciemment le marché, l'Opep se réunira à nouveau pour décider de la marché à suivre", a prévenu le ministre nigérian du pétrole Emmanuel Kachikwu


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.