Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • dimanche 28 mai 2017 11:44

Pétrole : Après la réunion de Vienne, les prix ne décollent pas

Contre toute attente, l’effet immédiat de la réunion des pays producteur de pétrole, tenue jeudi dernier, à Vienne, a été une baisse du prix du pétrole.

 

Au New York Mercantile Exchange (Nymex), le prix du baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut a perdu 2,46 dollars à 48,90 dollars sur le contrat pour livraison en juillet. A Londres, pour la même échéance, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 2,50 dollars à 51,46 dollars à l'Intercontinental Exchange (ICE).

Malgré une remontée des prix constatée vendredi soir en fin de semaine, la réunion de Vienne n’a pas eu le résultat escompté, à cours terme du moins. Selon les experts, le marché a réagi négativement car il s’attendait à une décision plus ambitieuse de la part des membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et de leurs onze partenaires.

La prolongation de l’accord relatif à la baisse de la production jusqu’au mois de mars 2018 a été manifestement jugée insuffisante pour rééquilibrer le marché en faisant revenir le prix du baril à sa moyenne des cinq dernières années, comme espéré par l’Opep. Certains observateurs s’attendaient aussi à ce que la quantité à réduire (1,8 million de barils par jour) soit revue à la hausse.

"Ce que le marché nous dit maintenant c'est qu'il attendait une réduction soit plus longue soit plus marquée de la production", a expliqué à l’AFP Gene McGillian de Tradition Energy.

Un effort insuffisant

La question de l’augmentation des quantités à réduire a, pourtant,  bien été évoquée lors de la réunion de Vienne, mais aucune décision n’a été prise dans ce sens.

"Nous avons envisagé différents scénarios de six à neuf et 12 mois et nous avons même envisagé l'option de réductions plus importantes", a indiqué jeudi le ministre saoudien de l'Énergie Khaled al-Faleh.

L’autre moment marquant de la réunion de jeudi a été l’adhésion officielle  de la Guinée équatoriale à l’Opep. Une décision, en apparence, inexplicable en raison des difficultés que connait ce pays, obligé désormais de se conformer à la lettre aux décisions, parfois difficiles, de l’Opep. Ce pays dont la production pétrolière a chuté de moitié depuis 2012 pour s’établir à 270.000 barils par jour,  sera obligé de réduire encore sa production en tant que membre de l’organisation. Mais selon les experts du marché pétroliers, la Guinée équatoriale vise, à travers son adhésion à l’Opep, à s’attirer des investissements saoudiens dans le secteur pétrolier et, de ce fait, augmenter ses capacités de production.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • C'est parce que Bouterfa a été dégommé ;-)

    Rapporter Moh dimanche 28 mai 2017 12:55
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...