Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 15 mars 2017 17:13

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche (audio-vidéo)

Nazim Zouioueche, ancien P-DG Sonatrach et consultant en énergie/ P: Ahmed Sahara

L’ancien P-DG de Sonatrach pense que la découverte de nouveaux gisements est encore possible en Algérie, mais essentiellement des gisements de taille modeste.

 

Les membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et leurs partenaires doivent reconduire l’accord portant sur la réduction de leur production d’un 1,8 millions de barils par jour et qui devra expirer en juin prochain. C’est l’idée défendue, mercredi sur Radio M, par Nazim Zouioueche, ancien P-DG de Sonatrach et consultant dans le domaine de l’énergie.

De son point de vue, l’accord entré en vigueur en janvier dernier a eu le mérite de faire augmenter les prix du pétrole sur le marché, mais il aurait eu un meilleur impact si ces initiateurs avaient réduit leur production de 2 millions de barils. C’est d’ailleurs la quantité que le consultant  propose de réduire en cas de reconduction de l’accord. Il fera remarquer, toutefois, que « tout dépend du degré d’engagement des pays », membres et non membres de l’Opep.

Pour rappel, les pays membres de l’Opep ont convenu, le 30 novembre dernier, de réduire, dès le mois de janvier, leur production de 1,2 millions de barils par jour (mbj) pour limiter la production de l’organisation à 32,5 mbj. Plus d’une dizaine de pays non membres de l’Opep, dont la Russie, se sont engagés, de leur côté, à réduire leur production de 558.000 par jours.

53$ le baril pour rentabiliser le schiste US

M. Zouioueche fera remarquer, par ailleurs, que la production du pétrole de schiste américain devenait rentable à partir d’un prix du baril tournant autour des 53 dollars. Un prix qui n’arrange pas forcément l’Algérie, qui a plus que jamais besoin de diversifier son économie, poursuit-il.

Concernant l’Algérie justement, l’ancien P-DG de Sonatrach pense que la découverte de nouveaux gisements est encore possible, mais essentiellement des gisements de taille modeste. « Nous avons encore la possibilité de faire des découvertes dans beaucoup d’endroits dans le Sahara, mais aussi au nord du pays, car il ne faut pas oublier que les premières explorations ont été faite dans cette région », indique-t-il. Il rappelle, en outre, que des gisements découverts entre les années 2006 et 2007, dans le sud du pays, entreront en exploitation dès l’année 2018, ce qui renforcera les capacités de production de notre pays.

M. Zouioueche estime, par ailleurs, que pour gagner en efficacité, l’Algérie devrait privilégier le système des consultations plutôt que  celui des appels d’offres. Lorsqu’il s’agit d’exploiter un gisement, « les représentants de Sonatrach pourraient se rapprocher de deux ou trois  sociétés, discuter » avec leurs responsables et identifier celle qui pourrait  prendre en charge le projet avec le plus d’efficacité, suggère l’expert. Dans le cas contraire, « lorsque vous lancer un appel d’offres c’est le moins disant qui sera susceptible de décrocher les marché, le moins disant et non pas le plus compétent », relève M. Zouioueche.

Vidéo :


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • m Zouiouech Nazim , merci pour cet interview qui confirme une très bonne formation (classes préparatoires, grandes écoles ) , excellente culture et expérience tant techniques qu'économiques pétrolières , très bonne experience managériale,et sur le plan pétrolier bonne expérience Production pétrolière (EOR à développer) .
    Cependant : Limitations exploration , valorisation GN.
    à quand Nazim (spécialiste de HM) dans le CA de SH + Conseiller au plus haut niveau de l'Etat , au lieu et place du "génie (??) Yoyo" (yoyo à psychanalyser ?)

    amicalement
    "benmegatel " mines/ifp

    Rapporter kefaifi ali jeudi 16 mars 2017 13:18
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.