Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 15 mars 2017 13:00

Algérie- « Il faudrait augmenter les prix de l’essence tous les six mois »- N. Zouioueche (audio-vidéo)

Nazim Zouioueche, ancien P-DG Sonatrach et consultant en énergie/ P: Ahmed Sahara

« Nous aurions dû augmenter les prix de l’essence pendant la période des vaches grasses », assure l’ancien P-DG de Sonatrach.

 

Il faudrait augmenter les prix de l’essence de façon régulière, a indiqué, mercredi, Nazim Zouioueche, ancien P-DG Sonatrach et consultant en énergie, lors de son passage sur Radio M.

D’après lui, il est nécessaire de continuer « à augmenter les prix de l’essence une fois tous les six mois, par exemple ». Une mesure qu’il considère comme importante  pour faire face à une conjoncture marquée par un recul durable des prix du pétrole. « L’Algérie est l’un des pays où l’essence est la moins chère au monde », rappelle-t-il. « Aujourd’hui tout le monde possède un téléphone portable et personne ne se plaint des augmentations de son prix, pourquoi craint-on que les gens se plaignent si on augmente les prix de l’essence de quelques centimes », poursuit l’ancien P-DG de Sonatrach.

M. Zouioueche qui ne donnera pas de détails au sujet de la moyenne d’augmentation semestrielle qu’il propose, estime que la révision à la hausse des prix des carburants aurait due être engagée, il y a bien des années, lorsque le prix du pétrole était au plus haut.

« Nous aurions dû augmenter les prix de l’essence pendant la période des vaches grasses », assure-t-il, considérant que la hausse aurait été  plus facile à accepter.

Il convient de signaler, à ce sujet, que les prix des carburants ont été augmentés à deux reprises entre janvier 2016 et janvier 2017.

En janvier 2016, le prix du gasoil a augmenté de 5,06  dinars (passant de 13,70 DA à 18,76 DA) au moment où le super a augmenté de 8,42 dinars (passant à 31,42 DA contre 23 DA). Le super sans plomb  a également augmenté de 8,42 (31,02 DA contre 22,60 DA).

En janvier 2017, le prix de  l’essence normal a été fixé à 32,69 dinars. Le prix de l’essence super  a  été fixé à 35,72 dinars et celui du sans plomb a atteint les 35,33 dinars. Le prix du gasoil est monté, quant à lui, à 20,42 dinars. A noter que seul le prix du GPL/C a été maintenu entre les deux années, à 9 dinars.

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

6 Commentaires

  • ils n donnent des leçons que quand ils sont hors circuits et deviennent experts

    Rapporter mouh vendredi 17 mars 2017 11:49
  • ce type a raté une occasion pour la boucler !!! dilapidez , détournez , accaparez mais de grâce taisez-vous! entendez-vous la rage du peuple devant tant de mépris des gouvernants et soi-disant gestionnaires ?

    Rapporter le prof jeudi 16 mars 2017 02:30
  • Il faudraut que qu'il commence par dire "qu'il faut" commencer par une gouvernance plus compétente et moins de corruption.

    Rapporter SaidoDZ mercredi 15 mars 2017 19:23
  • Deûis les années 80, on s'est arrangé pour que le différentiel de prix gasoil- GPLC encourage la dieselisation du parc auto. Aujourd'hui, on fait plus fort puisqu'on autorise le montage de voitures diesel.
    Les autorités n'accordent aucune attention à la recommandation de passer au GPLc émise par Sonatrach en 1982. Même Naftal n'y croit pas puisqu'elle n'investit pas suffisamment dans la distribution du GPLc. Les prix ne sont pas un fin en soi, il faut arrêter une politique de transport adéquate.

    Rapporter Respectueusementvotre mercredi 15 mars 2017 19:12
  • Le conseillé énergétique de Mr Benflis, ancien promoteur et collaborateur de Chakib Khalil sur la loi des hydrocarbures tant contesté devrait savoir que la politique est l'art du possible. Aller expliquer à l'algerien que sa tétine du pétrole, sera rétrécie, au moment où il voit des chiffres mirobolants de prix du pétrole, et des grosses tétines dont on accusait son ministre, je ne serais pas celui qui prendrait à la légère des mesures qui semblent rationnelles, comme celles de l'instauration du chèque lors de la LF2011, mais manque de bol, c'était a deux doigts de déraper car mauvais timing...

    Rapporter Othmane Benzaghou mercredi 15 mars 2017 17:29
  • Il aurait même fallu l'augmenter en janvier 2011... la politique n'est pas un exercice théorique...

    Rapporter Comentateur piquant... mercredi 15 mars 2017 15:21
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.