Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   REUTERS
  • mardi 14 mars 2017 18:58

Les stocks de pétrole augmentent, les marchés accusent le coup


Les stocks mondiaux de pétrole ont continué d'augmenter au mois de janvier malgré l'entrée en vigueur en début d'année d'accords pour réduire la production afin de soutenir les prix, lit-on dans le dernier rapport mensuel de l'Opep publié mardi.



Les cours du baril se sont retournés à la baisse à la publication de ce rapport et les indices boursiers européens qui n'y étaient pas déjà ont plongé dans le rouge. Les stocks ont atteint 278 millions de barils, un niveau supérieur à leur moyenne des cinq dernières années, précise l'Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Les pays membres de l'Opep respectent de mieux en mieux les accords de réduction de la production mais la prévision de l'offre est en hausse pour les producteurs extérieurs au cartel, explique le rapport, qui cite notamment la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis.


"En dépit de l'ajustement de la production, les stocks ont continué d'augmenter, pas simplement aux Etats-Unis mais également en Europe", lit-on dans le rapport. "Les accord sur la production n'en ont pas moins fourni un plancher aux cours", dit le texte.

Les 11 pays de l'Opep qui se sont dotés d'objectifs de réduction de la production les ont dépassés en février avec 29,681 millions de barils par jour (bpj) produits, soit 123.000 de moins que prévu, selon des calculs effectués par Reuters à partir des données de l'Opep.

L'organisation a par contre revu à la hausse sa prévision de croissance de la production hors Opep en 2017, à 400.000 bpj contre 240.000 précédemment.

Orientés à la hausse avant la publication du rapport, les cours du pétrole ont piqué du nez pour perdre près d'un dollar. Le Brent de la mer du Nord cède 1% à 50,86 dollars le baril et le brut léger américain recule de 1,3% à 47,72 dollars vers 12h56 GMT.

En Bourse, le secteur pétrolier et celui des ressources de base reculent d'environ 0,9% et ArcelorMittal (-1,3%) accuse la plus forte baisse du CAC 40 (-0,4%). Le FTSE londonien perd 0,11% et le Dax allemand 0,12%


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...