Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

  •   REUTERS
  • mardi 14 mars 2017 18:58

Les stocks de pétrole augmentent, les marchés accusent le coup


Les stocks mondiaux de pétrole ont continué d'augmenter au mois de janvier malgré l'entrée en vigueur en début d'année d'accords pour réduire la production afin de soutenir les prix, lit-on dans le dernier rapport mensuel de l'Opep publié mardi.



Les cours du baril se sont retournés à la baisse à la publication de ce rapport et les indices boursiers européens qui n'y étaient pas déjà ont plongé dans le rouge. Les stocks ont atteint 278 millions de barils, un niveau supérieur à leur moyenne des cinq dernières années, précise l'Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Les pays membres de l'Opep respectent de mieux en mieux les accords de réduction de la production mais la prévision de l'offre est en hausse pour les producteurs extérieurs au cartel, explique le rapport, qui cite notamment la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis.


"En dépit de l'ajustement de la production, les stocks ont continué d'augmenter, pas simplement aux Etats-Unis mais également en Europe", lit-on dans le rapport. "Les accord sur la production n'en ont pas moins fourni un plancher aux cours", dit le texte.

Les 11 pays de l'Opep qui se sont dotés d'objectifs de réduction de la production les ont dépassés en février avec 29,681 millions de barils par jour (bpj) produits, soit 123.000 de moins que prévu, selon des calculs effectués par Reuters à partir des données de l'Opep.

L'organisation a par contre revu à la hausse sa prévision de croissance de la production hors Opep en 2017, à 400.000 bpj contre 240.000 précédemment.

Orientés à la hausse avant la publication du rapport, les cours du pétrole ont piqué du nez pour perdre près d'un dollar. Le Brent de la mer du Nord cède 1% à 50,86 dollars le baril et le brut léger américain recule de 1,3% à 47,72 dollars vers 12h56 GMT.

En Bourse, le secteur pétrolier et celui des ressources de base reculent d'environ 0,9% et ArcelorMittal (-1,3%) accuse la plus forte baisse du CAC 40 (-0,4%). Le FTSE londonien perd 0,11% et le Dax allemand 0,12%


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.