Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Mai 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • lundi 13 mars 2017 11:40

Le baril sous 50 dollars : l’industrie pétrolière américaine perturbe la stratégie de l’OPEP

 

L’impact de la réduction de la production décidée par l’OPEP et ses partenaires tend à être effacé par les tendances de l’industrie pétrolière aux Etats-Unis où les stocks sont en hausse. Avec un regain d’enthousiasme pour le pétrole de schiste.

 

 

 Les prix du pétrole ont connu une fin de semaine difficile avec une baisse de 8% entre mercredi et jeudi pour le Brent, à 51,50 dollars à la Bourse de Londres. A New York, il est franchement passé sous la barre symbolique des 50 dollars.   La cause directe de cette baisse est l’annonce d’une progression plus forte que prévu des stocks américains de pétrole : plus de 8,2 millions de barils en une semaine.

«Si l'on ajoute (à ce chiffre) leurs réserves stratégiques (des Etats-Unis), une telle quantité ne peut avoir qu'un impact à la baisse sur les cours de l'or noir», a déclaré à l’AFP Francis Perrin, spécialiste des questions énergétiques et directeur de la revue Pétrole et Gaz arabe.

 Pour lui, il n’y a pas de doute, la baisse de la production pétrolière de l’Opep (organisation des pays exportateurs de pétrole) et de ses partenaires dès janvier dernier est mise à rude épreuve et pas seulement à cause de la remontée des stocks américains, mais aussi en raison du regain d’enthousiasme pour le pétrole de schiste aux Etats-Unis.

 L’on s’attend, en effet, à ce que les compagnies américaines atteignent, en 2017, une production de 300.000 barils par jour, après un ralentissement des investissements principalement dû à la baisse des prix du pétrole, le schiste plus couteux à l’extraction, étant plus sensible aux fluctuations des prix.

La réduction de la production de 1,8 millions B/J "insuffisante"

 Concernant la réduction de la production de 1,8 millions de barils par jour décidée, mais pas encore entièrement atteinte, par l’Opep et ses partenaires, Francis Perrin estime que cette mesure n’a pas été suffisante. Il constate que désormais «d’autres facteurs sont venus impacter les prix ».

 Les membres de l’Opep qui n’avaient pas exclu la possibilité de reconduire l’accord de réduction de leur production au-delà de la date limite de juin 2017 pourraient désormais envisager la chose plus sérieusement. La réunion de l’Opep prévue en mai prochain sera, sans doute, largement consacrée à cette question.

 «La chute des prix depuis 2014 a poussé les compagnies pétrolières à revoir leurs investissements de production à la baisse. Le secteur étant très cyclique, l'impact de cette baisse des investissements devrait se faire sentir autour de 2020. Et si jamais l'économie, et donc la consommation de pétrole, reprend sa croissance, cela pourrait faire flamber les prix», observe Alexandre Andlauer, analyste au cabinet AlphaValue.  

 Même son de cloche chez l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui a mis en garde dans un rapport rendu public le 7 mars dernier contre un risque de pénurie dans l’offre de pétrole à partir de 2020 du fait de la baisse enregistrée dans les investissements depuis 2015 consécutivement à la chute des prix entamée en 2014.

 Selon l’AIE, les Etats-Unis seront à l’origine de la croissance de l’offre avec une augmentation de la production de pétrole de schiste de 1,4 million de barils par jour (bpj) d'ici 2022, même si les prix restent autour de 60 dollars le baril.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • @faro Laz, jusqu'à aujourd'hui, il y a une américaine qui interdit l'exportation du pétrole, alors l'Espagne et l'Algérie.... De plus même s'il est important, le gisement n'est pas exceptionnel, ce n'est pas El Ghawar quand même. En supposant qu'il soit complètement exploité ce qui n'est jamais le cas, c'est 3 à 4 mois de production US.

    Le pétrole de l'Alaska est cher à produire et encore plus à transporter et comme il ne viendra sur les marchés que vers 2022, c'est à dire quand on commencera à manquer de pétrole, il n'aura pas d'influence sur les prix, de plus à mon avis, à 50 USD le baril, je ne pense pas que Repsol ou les américains trouveront beaucoup de financements pour leurs investissements futurs...

    Rapporter Truc lundi 13 mars 2017 15:13
  • Désolé d’annoncer cette mauvaise / bonne nouvelle d’après CNN ce matin: c'est une découverte de pétrole massive en Alaska pouvant être la plus grande depuis plus de 30 ans avec une estimation de quelques 1,2 milliards de barils de pétrole de réserves.
    Cette découverte de pétrole conventionnel pourrait apporter un soulagement aux douleurs dues à l’effondrement de la production et l’augmentation des prix du pétrole grâce au gel de production des OPEP+nonOPEP.
    La nouvelle découverte a été faite ces derniers jours dans qui était auparavant considéré comme un bassin pétrolifère en vieillissement et c’est la compagnie espagnole Repsol (REPYY) et son partenaire américain Armstrong Energy qui l'ont annoncée jeudi passé en ajoutant que la production pourrait commencer au plus tard en 2021. Les cours pourront en être affectés des aujourd’hui lundi 13 mars 2017.
    En plus, qui dit Espagne, dit l’Algérie qui n’en est pas très loin dans tous les sens du mot.

    Rapporter Faro Laz lundi 13 mars 2017 13:34
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

En prolongeant le bail des français à B2-Namous, Boumediene a hâté l'évacuation de la base de Mers el-Kébir - Général R.Benyelles

A ne pas manquer

Prev Next

Grande-Bretagne- Attentat suicide lors d'un concert à Manchester, au moins 22 morts

Vingt-deux personnes au moins, dont des enfants, ont été tuées et 59 autres blessées dans un attentat suicide commis lundi soir à la fin d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande à Manchester auquel assistaient des milliers de personnes, a annoncé la police britannique.

Grande-Bretagne – 19 morts dans une "attaque terroriste" à Manchester après un concert d’Ariana Grande

    Une explosion a fait au moins 19 morts et une cinquantaine de blessés lundi soir à Manchester, dans le nord de l'Angleterre, à la sortie d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande. L'affaire est traitée comme un "incident terroriste".

L'Irak d'accord pour prolonger l'accord de l'Opep de neuf mois

Le ministre irakien du Pétrole, Djabar Ali al Louaïbi, a déclaré lundi qu'il était d'accord avec l'Arabie saoudite sur la nécessité de prolonger de neuf mois l'accord de réduction de la production de pétrole en vigueur depuis le début de l'année.