Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 12 mars 2017 14:45

L’Argentine intéressée par importer plus de gaz algérien pour combler son déficit

Le site de Vaca Muerta, en Patagonie (DR) 

L'Argentine envisage d’importer plus de gaz algérien, indique un journal argentin, qui souligne que le sujet a été abordé lors de la récente visite à Alger de la ministre des Affaires étrangères argentine, Susana Malcorra.

 

L’Argentine qui a disposé pendant longtemps d’un surplus de gaz est aujourd’hui déficitaire. La ministre argentine a évoqué lors de sa visite en Algérie d’importer du gaz.  Les exportations de gaz algérien vers l’Argentine sont pour l’instant très modestes. Il y a eu, selon les statistiques des douanes algériennes, des quantités de gaz liquéfié exportés vers ce pays pour une valeur de 44 millions de dollars.

 Susana Malcorra a discuté avec les responsables algériens, lors de son passage en Algérie le 25 février dernier, la possibilité d’importer davantage de gaz d’Algérie.  Sonatrach tente d’augmenter ses exportations de gaz, principalement vers l'Espagne, l’Italie et le Portugal en 2017.

 Le groupe pétro-gazier algérien table sur des exportations de 57 milliards de mètres cubes en 2017 contre 54 milliards de mètres cubes en 2016. L’Algérie a fourni 20 milliards de mètres cubes de gaz à l’Espagne couvrant ainsi 55% de ses besoins de ce pays. Elle a aussi couvert 16 % de la demande Italienne et 15% des besoins portugais en gaz.

 Face à la concurrence du gaz de schiste américain qui commence à chercher à prendre des parts de marché en Europe, l’Algérie œuvre à renouveler les contrats de livraison avec des pays comme l’Espagne, la France ou l’Italie qui arrivent à terme durant la période 2019-2021.

 Les responsables de la compagnie Sonatrach cités par Reuters souligne que l’l’Algérie est en mesure de répondre à la demande de l’Union européenne (UE), même sur le long terme.  Sonatrach cherche également à prendre de nouveaux marchés en Asie.  

Relance du gisement géant de Vaca Muerta

Mais d'éventuelles nouvelles importations de gaz algérien paraissent une solution intermédiaire seulement pour l'Argentine pour combler le déficit. Le gouvernement argentin a incité fortement les compagnies pétrolières à investir dans le gisement géant de gaz de schiste (30000 km²) de Vaca Muerta, en Patagonie dans le sud du pays. Le gisement a été mis en veilleuse en raison de la baisse des prix des hydrocarbures qui l’ont rendu non rentable.

 La situation du marché n’a pas changé mais fait au manque de gaz, les autorités argentines ont décidé d’offrir des conditions très avantageuses aux compagnies pétrolières si elle investissement dans le méga-gisement. Le prix du gaz à la sortie du puits sera subventionné jusqu’à plus de 7 dollars le million de BTU, près de trois fois plus que le prix mondial.

 Ces subventions qui devaient prendre fin en 2017 ont été reconduite jusqu’en 2020. En contrepartie, les compagnies pétrolières s’engagent à investir 5 milliards de dollars en 2017 et 15 milliards de dollars en 2018.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...