Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 30 Avril 2017

  •   Reuters
  • vendredi 30 décembre 2016 07:25

Le pétrole ne devrait pas dépasser 60 dollars le baril en 2017 (enquête)




Les cours de pétrole devraient progressivement monter vers 60 dollars le baril d'ici fin 2017 à la faveur d'un rééquilibrage du marché mondial, montre une enquête Reuters publiée jeudi.

 

La hausse pourrait toutefois être freinée par un dollar fort, une reprise de la production américaine de pétrole de schiste, un éventuel non-respect de l'accord de réduction de la production et l'atténuation des tensions géopolitiques en Libye et au Nigeria, mettent en garde les analystes.
Le cours du Brent devrait s'établir à 56,90 dollars en moyenne en 2017, selon les 29 analystes et économistes interrogés par Reuters. Cette prévision est légèrement inférieure à celle de l'enquête précédente dans laquelle le cours moyen ressortait à 57,01 dollars le baril.
Le prix moyen du Brent devrait toutefois progresser d'un trimestre à l'autre, passant ainsi de 53,67 dollars le baril au premier trimestre, à 56,51 dollars au deuxième, puis à 58,69 et 59,78 sur les deux derniers trimestres. Le cours du Brent s'est établi en moyenne à 45 dollars le baril cette année.
"Le pétrole devrait se traiter la plupart du temps au-dessus de sa moyenne de 2016. Le potentiel haussier devrait davantage se manifester au second semestre quand les fondamentaux du marché enregistreront une amélioration significative (sous réserve du respect de l'accord de réduction de l'Opep)", prédit Daniela Corsini, analyste chez Intesa SanPaolo.
Les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole se sont engagés à diminuer leur production de 1,2 million de barils par jour (bpj) à compter du 1er janvier 2017, et les pays producteurs hors Opep à réduire la leur de 558.000 bpj, dans le cadre d'un accord avec les membres du cartel pétrolier sans précédent depuis 2001.
"Nous nous attendons à ce que l'accord ne soit que partiellement mis en oeuvre, de nombreux pays non-membres de l'Opep étant susceptibles de revenir sur leurs engagements, tout comme les petits pays de l'organisation, mais les réductions devraient rester suffisamment importantes pour rééquilibrer le marché", a déclaré Thomas Pugh de Capital Economics.
Le brut léger américain est estimé en moyenne à 55,18 dollars le baril sur l'année 2017, contre 43,38 dollars en 2016, selon l'enquête Reuters.
Le courtier Raymond James est le plus optimiste et voit le Brent à 83 dollars le baril en moyenne en 2017, alors que GMP FirstEnergy, le plus pessimiste, table sur 44,90 dollars/baril.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie :"L’augmentation du taux d’intérêt directeur n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation du dinar"

Pour l’universitaire Fatma Marrakchi Charfi, les dernières mesures prises par le conseil ministériel restreint pour propulser l’épargne à travers l’augmentation du taux d’intérêt n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation de la monnaie nationale et ce « parce que le pays a un taux d’intérêt réel négatif ».

Le CPP regrette Mélenchon et vote contre Hamid Grine (audio-vidéo)

Le Café presse politique a anticipé la relation Algérie-France sous une présidence Macron qui se dessine. Et boycotté les législatives dans son menu.

Tunisie- Le taux de chômage des diplômés du supérieur a doublé depuis 2005 (étude)

“La probabilité de chômage des diplômés du supérieur est supérieure à celle de la main d’œuvre active en général”.