Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Algérie Presse Service
  • samedi 30 décembre 2017 18:41

L'Algérie a investi 150 milliards de dollars dans les centrales électriques depuis 2000

 

"Cette enveloppe financière a permis la création de nouvelles centrales qui portent aujourd'hui la capacité de production nationale à 18.000  mégawatts contre 3.900 MW seulement en 2000".

 

Le montant investi par l'Etat pour la réalisation de centrales électriques à travers le pays s'élève à 150 milliards de dollars depuis l'année 2000, a révélé samedi à Oran le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni.

"Cette enveloppe financière a permis la création de nouvelles centrales qui portent aujourd'hui la capacité de production nationale à 18.000  mégawatts contre 3.900 MW seulement en 2000", a indiqué le ministre, dans une déclaration à la presse en marge de sa visite de travail dans la  wilaya.

"Le niveau de puissance atteint par l'Algérie dans ce secteur n'aurait jamais été concrétisé sans les efforts et la clairvoyance du président de  la République, Abdelaziz Bouteflika", a souligné M. Guitouni, faisant observer "qu'aucun pays au monde n'a connu de tels résultats".

"Le programme de développement initié par le président de la République s'est traduit par une amélioration notable de la couverture nationale", a-t-il ajouté, citant l'exemple de la wilaya d'Oran qui jouit aujourd'hui d'un taux de 98% pour l'énergie électrique et de 80 % pour le gaz.

S'agissant des stations de dessalement de l'eau de mer, qui fonctionnent grâce à l'énergie produite par les centrales électriques, elles fournissent 1,1 million de mètres cubes d'eau potable/jour, soit 25% du volume total consommé par les foyers, a signalé le ministre.

Il a annoncé dans ce contexte que le président de la République a ordonné la construction de deux nouvelles stations à Tarf et à Zéralda afin de  pourvoir ces deux régions. Au cours de sa visite à Oran, le ministre a inspecté deux infrastructures en voie d'achèvement qu'il a qualifiées de "très importantes", à savoir la  centrale électrique de Boutlélis et le poste de transformation d'El-Macta.

M. Guitouni a notamment insisté sur le respect des délais pour la mise en service de ces deux stations, fixés à juin prochain après les phases  d'essai, tout en mettant l'accent sur les bénéfices pour le développement économique de la wilaya d'Oran.

La capitale de l'Ouest, a-t-il expliqué, évolue au rythme d'un développement urbain et industriel croissant qui "ne doit souffrir d'aucune  perturbation en alimentation électrique".

Dans la ville d'Oran, le ministre a inauguré deux agences commerciales du groupe Sonelgaz ainsi que le nouveau siège administratif de la "Société  Amne wa Himaya" (SAH) chargée de la vigilance des infrastructures. Il a en outre inauguré et inspecté d'autres projets, dont deux stations-services et une autre agence commerciale près de la Zone administrative (USTO).  


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Une centrale électrique de 1000 MW à haut rendement (avec une cogénération) ultra moderne coûte 1,2 milliards d'Euros. Pour produire 18 000 MW, il faut 18 centrales et un budget de 21,6 milliards d'Euros, soit 25,92 milliards de dollars (1€ = 1,2 $ ). Ce marché Algérien extrêmement juteux a été partagé entre GE (USA) et Alstom (France). L'Algérie a dépensé 150 milliards de dollars. Il apparaît clairement que 124,08 milliars de dollars ont disparu dans la nature. Les surfacturations criminelles pratiquées par Alstom et GE apparaissent au grand jour, preuves à l'appui. Cette surfacturation a fait couler beaucoup d'encre dans la presse et sur le web. La responsabilité des responsables Algériens au plus haut niveau del'état, corrompus, chargés du secteur, ne fait aucun doute. Et c'est notre pays qui a perdu plus de 124 milliards de dollars, sans le moindre transfert de technologie. Où sont passés ces 124 milliards de dollars?

    Rapporter simply lundi 1 janvier 2018 05:44
  • Très curieux ce décompte et franchement le compte n'y est pas...

    Le benchmark est que grosso modo, les 1.000 MW coutent environ 1 Md usd, donc avec 150 Md usd, on aurait dû avoir une capacité de 150.000 MW soit 50% de plus que la France par exemple...

    D'autre part, sur les 14.000 MW que le ministre dit avoir installé depuis 2000, plus de 2.000 MW ont été réalisés par Lavallin en BOT et n'ont couté à l'algerie aucun Kopeck. Si on ajoute les 2 centrales combines de Terga et Koudiet Eddraouech de 1280 MW et qui ont couté environ 1,7 Md usd chacune, il reste environ 147 Md usd pour moins de 10.000 MW, soit presque 15 Md usd par 1000 MW installés..,

    Soit le ministre s'est trompe d'un zéro, soit il a construit des centrales qui marchent a la fusion nucléaire...

    Rapporter De Omni... samedi 30 décembre 2017 23:05
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...