Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   APS
  • lundi 20 novembre 2017 13:42

Biskra deviendra un pôle de production de l’électricité à l'horizon 2023

 Les projets inscrits à travers la wilaya viennent accompagner la dynamique de développement que connait la région.

 

Biskra deviendra à l’horizon 2023 un pôle de production de l’électricité à la faveur de trois nouveaux projets géants qui y seront projetés, a affirmé dimanche à Biskra le PDG du groupe  Sonelgaz, Mohamed Argab.

Lors d’une séance de travail tenue à l’école régionale des sports olympiques en présence des cadres du groupe, le responsable de Sonelgaz a indiqué qu’outre la centrale de la commune d’Oumèche qui produira 400 mégawatts, une nouvelle centrale d’une capacité de 1.400 mégawatts sera érigée d’ici 2020 et une troisième d’une même capacité vers 2023.

Ces trois centrales feront de Biskra le plus important pôle de production d’énergie électrique dans le pays, a assuré M. Argab.

Ces projets inscrits à travers la wilaya viennent accompagner la dynamique de développement que connait la région et couvrir la demande en croissance notamment de la part des investisseurs dans les secteurs industriel et agricole outre la consommation des ménages, a ajouté ce responsable.

Le PDG de Sonelgaz a souligné que par souci de promotion du service public assuré aux citoyens, des bureaux ont été mis à la disposition des clients pour leur proposer les informations nécessaires sur les produits du groupe et les conseils liés à la rationalisation de la consommation énergétique.

Auparavant, le PDG de Sonelgaz a inspecté les chantiers des trois centrales électriques dans la région d’Ech-chouka dans la commune d’Oumèche située à 70 km à l’extrême Sud de la wilaya de Biskra ainsi que le projet d’un centre transformateur à l’Ouest de la wilaya.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • On aurait applaudi si c’était du renouvelable (solaire/éolien/géothermie), a quoi servent toutes ces centrales dans une région saharienne où l'eau est précieuse (cycle combiné),
    Et qui de toute façon (Biskra) plus adaptée au tourisme et agriculture qu'autre chose.
    Quelle est cette industrie qui est appelée a s'y déployer dans la région ?
    Terga (Ain Temouchent) a été dimensionnée pour une industrie d'aluminium qui n'a jamais vu le jours !
    Pourtant, il y a des régions a l'image de Tiaret qui dispose seulement de 420 MW et où l'industrie,fonderies,automobile, mécanique,pétrochimie nécessitent plus de production sur place (pertes en ligne oblige).
    Des lors que la région accuse un déficit de 200 MW actuellement et plus dans 3 ans qu'il faudra combler par des transferts massifs de MW (interconnecté).

    Rapporter Djamel AIT AMRANE mardi 21 novembre 2017 17:47
  • Il est important de relever que la méga centrale de 1400M est en cycle combiné nécéssitant des appoints d'eau potable colossaux pour une région semi-aride à séche , située à la porte du sahara. Un gaspillage d'eau sans précédant pour une centrale dont l'efficacité énergétique et même l'opportunité sont vraiment vraiment trés discutables pour ne pas dire inutile. Question? Qui a décidé d'installer des MEGA CENTRALES EN CYCLE COMBINE sur les hauts plateaux ou à l'entrée du désert sachant que cette filiére est trop grande consommatrice d'eau dans un pays qui connait un stress hydrique insupportable? M. Arkab dont la compétence est loin d'être établie devrait éviter de faire des annonces fausses et surtout trompeuses! M EL KADI IHSSANE et ses collaborateurs devrait éviter de chanter les louanges d'une SONELGAZ qui est dans l'échec et qui le reproduit . Pour Arkab l'essentiel est de quitter son bureau et faire des annonces dénuées de bon sens.. Ah les reflexes
    d'Etterkib

    Rapporter Réda lundi 20 novembre 2017 16:06
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...