Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Amar Ingrachen
  • mercredi 12 juillet 2017 08:39

Les voitures électriques n’empêcheront pas les pays pétroliers de dormir tranquillement

British Petrolium estime, dans son rapport annuel 2017 sur les perspectives énergétiques, que la demande pétrolière mondiale continuera à croître jusque dans les années 2040.

 

L’industrie automobile est en train de vivre une révolution en passant du moteur thermique au tout électrique.  C’est la tendance. En France, le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a annoncé récemment que plus aucune voiture diesel ou essence ne serait vendue en France d’ici à 2040. Dans la même perspective, il prévoit de « proposer au niveau européen une norme euro 7 ambitieuse » consistant à « mettre fin à la vente de voitures émettant des gaz à effet de serre ».Elon Musk, patron fondateur de Tesla, a également  fait la réception inaugurale de la Model 3, une voiture Tesla destinée au grand public.  Volvo Cars, le constructeur sino-suédois,  a annoncé quant à lui qu’il ne lancerait plus que des modèles électriques ou hybrides à compter de 2019.

De prime abord, il apparait que le passage vers un moteur fonctionnant à base de carburants alternatifs, notamment  l’électricité, le gaz naturel, le biogaz et l’hydrogène, va impacter  considérablement le marché pétrolier en entrainant une baisse mondiale de la demande  et des prix et un chancellement des économies reposant sur les hydrocarbures, comme c’est le cas de l’Algérie. La panique a d’ailleurs commencé à s’emparer de plusieurs Etat. « A 70 dollars nous serions en danger, à 60 dollars ça irait mal, à 50 ça irait très mal», avait déclaré Ahmed Ouyahia au mois de septembre 2008. Depuis, la situation économique du pays n’a pas sensiblement changé, l’essentiel de ce qui a été fait durant ces neuf dernières années visant plus à réduire les importations qu’à développer l’offre exportable algérienne et à huiler la machine d’exportation hors-hydrocarbure.  Résultat : l’économie algérienne dépend toujours des hydrocarbures à  hauteur de 97%, ce qui en fait une cible très vulnérable.

Cette mutation de l’industrie automobile sonne, selon l’expert Ferhat Ait Ali, comme « une fin de parcours pour les pays rentiers comme le notre ». « Si la Hollande et l’Autriche parlent de 2025, la France, mauvais élève en matière de renouvelables, parle de 2040, ce qui n'est pas bien loin, » appuie-t-il.

BP rassure

Toutefois, des propos plutôt rassurants viennent de British Petrolium,  troisième compagnie pétrolière mondiale.  En effet, cette compagnie estime, dans son rapport annuel 2017 sur les perspectives énergétiques, que la demande pétrolière mondiale continuera à croître jusque dans les années 2040 en raison d'une consommation accrue de produits à base de plastique et malgré le développement rapide de la voiture électrique. Spencer Dale, l'économiste en chef de BP, estime lui aussi  que la demande continuera à augmenter jusque dans les années 2040 en raison notamment de la forte croissance économique des pays en développement d'Afrique et d'Asie, et la consommation de plastique et de fibres textiles fabriquées à partir du pétrole en soulignant que l'essentiel de la croissance n'est pas lié aux transports. Mais pas seulement. Malgré l'amélioration de l'efficacité énergétique des moteurs à essence et la multiplication par 100 du nombre de véhicules électriques, BP considère que la demande pétrolière globale liée à l'automobile devrait passer à 23 millions de barils/jours en 2035 alors qu’elle n’a été que de 19 millions de barils/jour en 2015 parce que le parc automobile mondial est en pleine expansion.  De plus, ajoute BP, le parc automobile électrique, qui devrait atteindre 100 millions de véhicules d'ici 2035, ne devrait représenter que 5 à 6% du parc total.

L’optimisme de BP veut-il dire que les Etats rentiers qui comptent sur les hydrocarbures ne sont pas « en fin de parcours » et qu’ils peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles ? Tout porte à le croire.


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Et d'autre part, le PDG de Shell dit que la consommation pourrait caler en 25 ans, si les voitures électriques décollent.
    Pour les nations du Moyen-Orient qui sont assis sur des réserves d’hydrocarbures énormes, la demande de pointe est plutôt une menace existentielle.
    « Si vous avez une 100 ans de réserves pétrolières, 25 ans ressembleraient à un très court laps de temps », explique Martijn Rats, un analyste de Morgan Stanley à Londres. L’Arabie Saoudite et le Koweït dépendent des hydrocarbures a plus de 90% de leur revenu. Ils et d’autres pays du Moyen-Orient ont utilisé leurs richesses pétrolières pour fournir à leurs populations des emplois bien rémunérés dans le secteur public et autres généreuses subventions — une sorte de contrat social tacite qui sous-tend leurs pétromonarchies absolues qui du lot ont réussi par opposition aux "républiques". Les résultats aujourd’hui sont très clairs pas en termes de gratte-ciels construits . . . .
    En fait, beaucoup s'accordent a dire que la demande de pétrole augmentera dans les pays sous-développés pour des raisons simples.
    Amicalement.

    Rapporter Faro Laz mercredi 12 juillet 2017 11:26
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.