Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Février 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • mardi 25 avril 2017 18:21

Algérie : Le contrat de 3 Mrd de dollars entre General Electric-Sonelgaz est "flou" (experts)

 

Le contrat de 3 milliards de dollars pour la maintenance de centrales électriques algériennes signé hier entre Sonelgaz et l'américain General Electric suscite des interrogations chez deux experts algériens. Ils le trouvent "flou", Sonelgaz n'ayant pas communiqué sur les termes du contrat.


Le contrat portant sur la maintenance de dix centrales électriques signé, lundi 24 avril 2017 à Batna, par la Société de production d’électricité (SPE), filiale de Sonelgaz et l'américain General Electric (GE) est entouré de flou, estime Abdelaali Badache, ex-président de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg).

 Abdelaali Badache s’étonne, tout d’abord, du fait que ce soit la société GE qui en fasse l’annonce dans un communiqué plutôt que la partie algérienne. « C’est à la partie algérienne de faire une telle annonce surtout pour un contrat d’un montant aussi important. Il s’agit d’un contrat de 3 milliards de dollars. Ce n’est pas rien », a-t-il indiqué.

 A noter que le montant en question ne figure pas dans le communiqué du groupe mais a été donné par l’agence de presse Reuters. « Pour M. Badache « tant que la partie algérienne n’a pas communiqué autour de ce projet, cela signifie que le contrat n’a pas été encore signé ».

Sur le projet lui-même, M. Badache estime impossible de faire un commentaire tant les choses sont floues. Si le montant est connu, les détails entourant le projet restent trop imprécis pour oser un commentaire, d’après lui.

 Un avis partagé par l’expert financier, Farid Bourenani qui relève, lui aussi, le manque de précision dans le communiqué de General Electric. "Nous avons l’impression que GE n’a pas réellement souhaité communiquer mais qu’elle a quand même publié un communiqué pour une question de principe en quelque sorte", a-t-il noté.

 «Nous avons cru comprendre qu’il s’agissait d’un contrat de Revamping et donc de renforcement des capacités des équipements existants. Mais dans ce cas, il aurait fallu que l’on nous donne davantage de précisions sur les quantités à produire après l’intervention de GE dans le cadre de ce contrat », note M. Bourenani.

 L’expert financier qui considère qu’il est impossible de parler du montage financier de ce projet en raison du flou qui l’entoure pour le moment, s’interroge, lui aussi, sur le silence de la filiale de Sonelgaz qui est, elle aussi, censée communiquer autour de ce contrat.  Pour rappel, le contrat a été signé par le P-DG de Sonelgaz SPE, Sabri Lezhari et le P-DG de GE Afrique du Nord-Ouest, Touffik Fredj.

 Un contrat de maintenance à long terme

«Il comprend des opérations et services de maintenance à long terme pour 10 centrales Sonelgaz à travers le pays et qui généreront 11 gigawatts d’électricité, la mise en place d’un système de renforcement de l’efficacité énergétique (Advanced Gas Path) qui délivrera 420 mégawatts de puissance supplémentaire, avec une réduction de la consommation du gaz naturel utilisé, ainsi que l’introduction des solutions numériques de GE », selon le communiqué du groupe américain.

 «Considéré comme le plus important contrat de partenariat de l’histoire pour GE Power Services, cet accord renforcera les capacités industrielles locales et stimulera la transition industrielle numérique des centrales électriques du pays», ajoute le même document.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • Je ne suis pas expert mais 3 milliards pour juste de la maintenance même en dix ans ça fait beaucoup!

    Rapporter Annonces dimanche 7 mai 2017 21:57
  • Ceux qui rêvent d'une revanche sanguinolente ont ici une occas' inespérée offerte par la bande de Bouterfa restée à Sonelgaz! Il suffit de lire le contrat LTSA et de suivre les péripéties ayant précédé à sa signature. Nul besoin d'être expert comme le susurre cette vieille garde de 74 ans, qui continue à téter de la vache rentière même avec une retraite dorée en s'offrant un rab de salaire conséquent! Ah 3 Milliards de dollars en pleine crise!! Et puis sur 10ans! faut vraiment une sacrée dose d'omniscience pour prophétiser l'avenir dans 10ans!! allez rions un bon coup ca détendra tout le monde

    Rapporter razia mercredi 26 avril 2017 14:19
  • Ce n'est qu'un avant goût de ce qui nous attend. Sellal devrait s'en inquiéter car cela prouve que son départ est programmé.
    Qui signe? Le groupe Sonelgaz qui est dans le rouge depuis plus de dix ans (et on s'étonne pourquoi), Sonelgaz qui a tout fait pour s'opposer au solaire.
    3 milliards de $ en gré à gré sans aucune annonce en pleine crise financière. C'est clair, circulez il n'y a rien à voir.
    Il nous reste quoi.. 2 ans , 3 ans avant le chaos.
    Mais si on enfonce de manière aussi directe et sans états d’âme aux deux mamelles du pays (Sonatrach et Sonelgaz), ce sera une affaire d'une année.

    Rapporter chaotiquement mercredi 26 avril 2017 07:58
  • Touffik Fredj est le Président de GEAT, filiale de Sonelgaz. Ca se voit que ces experts n'ont pas bien suivi les événements.

    Rapporter Saber salem mercredi 26 avril 2017 01:02
  • Pourtant, les contrats de plus de trois ans sont considéré monopolistiques. Pourtant le LTSA a largement prouvé son echec ailleurs.....Pourtant Bouterfa himself avait interdit les contrats de type LTSA, après celui de 2008

    Pourtant le bilan du premier contrat LTSA sur 6 ans n'est pas connu....Pourtant des formations (de complaisance cela s'entend) ont été faites pas GE au profit des algériens destinés à prendre le relais... Pourtant le LTSA a été décrié en son temps et suscité moult interrogations...Pourtant M. Le Ministre de l'Energie connais parfaitement tout ça....Et pourtant 3 milliards de dollars est une somme énorme...Il ne reste plus qu'à ceder SONELGAZ à GE au dinar symbolique qui exerce un monopole ...Fasse que TRUMP ne nous classe pas parmi les "mauvais"..Il nous fera regretter le jour ou on est né...Dites en choeur Amen"

    Rapporter popopopopo mardi 25 avril 2017 22:00
  • Quand un journaliste pose ce genre de questions à de vrais experts, ils doivent répondre: "je donne ma langue au chat"....

    Sans avoir lu les contrats ni plus de détails que ça, on devrait passer son tour....

    Rapporter Truc mardi 25 avril 2017 21:19
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.