Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Janvier 2018

  •   APS/Maghreb Emergent
  • dimanche 29 janvier 2017 18:41

Inauguration d’une centrale solaire de 5 mégawatts dans le sud algérien

Une centrale solaire photovoltaïque d’une capacité de 5 mégawatts a été inaugurée dimanche à Adrar (140 km Sud d’Adrar), par le ministre de l’Energie, Noureddine Bouterfa.

 

Lors de l’inauguration, le ministre a fait état d’un programme national de développement des énergies renouvelables visant une production de 47 térawatts/heure (TWh), et ayant permis jusqu’ici la réalisation de plusieurs centrales, à échelle nationale, offrant une capacité cumulée de 350 mégawatts.

La centrale a été intégrée au réseau électrique national, dans le cadre du programme national des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Selon l’agence APS, M. Bouterfa a saisi l’opportunité pour annoncer le lancement prochain d’appels d’offres pour les opérateurs souhaitant contribuer aux programmes d’énergies renouvelables, au regard, a-t-il dit, de leur importance dans la diversification des sources d’énergie et de la préservation de l’environnement, en plus de générer des emplois.

Cette centrale photovoltaïque, réalisée sur 10 hectares, dans le cadre du programme national de développement des énergies renouvelables, devra permettre de diversifier les ressources énergétiques, de développer les moyens de production d’énergie renouvelables et de préserver l’environnement à travers une réduction des gaz à effets de serre, selon les données de Shariket Kahraba wa Taket Moutadjadida (SKTM, filiale de Sonelgaz), maitre de l’ouvrage.

Le ministre a visité au terme de la tournée de travail de deux jours dans la wilaya, le groupement de Reggane, lancé en réalisation en mai 2014 à la faveur d’un partenariat entre Sonatrach et Pétrofac international pour ce qui concerne son lot principal.

Le projet, devant être réceptionné avant la fin de l’année en cours, prévoit notamment une unité de traitement de gaz d’une capacité de 8 millions m3/ jour, une base industrielle, un réseau de collecte de gaz à partir de 26 puits, et une ligne d’expédition de gaz de vente (73 km), selon les explications fournies à la délégation ministérielle.

L’Algérie veut développer l’énergie durable durant les 20 prochaines années

L’Algérie est résolue à faire des 20 prochaines années une ère de véritable développement pour l’énergie durable, a affirmé récemment M. Boutarfa.

"Nous avons fixé des objectifs ambitieux et prometteurs pour les énergies renouvelables et nous sommes résolus à faire des 20 prochaines années une ère de véritable développement pour l'énergie durable", a-t-il souligné dans une interview au groupe britannique d’expertise économique, Oxford Business Group, publiée dans son rapport Algérie 2016.

Le ministre a rappelé que le programme national des énergies renouvelables prévoit l’installation d’une puissance de 47-51 TWh d'ici 2030, dont plus de 9 TWh d'ici 2020.

La phase initiale de ce programme a déjà été lancée et, depuis la fin de 2016, l'Algérie a une capacité de 343 MW répartis sur 14 wilayas, a-t-il relevé, soulignant qu’actuellement, 16 usines d'une capacité de 195 MW sont déjà fonctionnelles et fournissent de l'énergie renouvelable au réseau, et six autres le seront prochainement.

Ces premières usines ont permis d'identifier les contraintes et les défis qui peuvent survenir lors du développement de grands projets d'énergies renouvelables, a expliqué le ministre.

Il a souligné que le programme national de développement de l'énergie renouvelable permettra le développement à grande échelle, des installations renouvelables associées à une industrie nationale qui comprendra tous les éléments de la chaîne de valeur renouvelable, dont l'ingénierie, l'équipement et la construction.

Un appel aux investisseurs pour 4.000 MW en technologie solaire finalisé

M. Boutarfa a fait savoir qu’afin d'accélérer la mise en œuvre du programme, un appel aux investisseurs pour 4.000 MW en technologie solaire est finalisé par le secteur énergétique pour la mise en place des installations de production d'électricité à partir de sources renouvelables.

Il a précisé que l’appel permet aux investisseurs de construire des centrales pour l'énergie renouvelable sur des sites présélectionnés, ce qui facilitera les aspects procéduraux pour les investisseurs, et permettra d’accroître le rythme de mise en œuvre.

Des études sur la connexion de ces sites au réseau électrique sont en cours pour déterminer la capacité des centrales électriques à installer, a-t-il dit.

M. Boutarfa relève que ce mode de mise en œuvre exigera la recherche de partenariats internationaux "forts, bénéfiques et équitables" pour permettre à l'Algérie d'investir dans une véritable transition énergétique visant des modèles de production et de consommation "propres, rentables et durables".

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

La reprise des privatisations a provoqué un conflit à la tète de l’Etat est ce que vous pensez que :

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-LPA: De nouvelles mesures incitatives garanties aux promoteurs immobiliers

  Le ministre a instruit, par la même occasion, les commissions des wilayas de remplacer les promoteurs immobiliers se trouvant en difficulté de réalisation ou dont les chantiers se trouvent à l'arrêt.

La politique économique algérienne sera présentée par Messahel à Davos

Pour l’Algérie, il s’agit d’une visite «business» car la recherche de financements extérieurs est toujours d’actualité ainsi que le projet d’adhésion à l’OMC.

82% de la richesse mondiale détenus par 1% de la population (rapport Oxfam)

Pour les pays en développement, l'évasion fiscale entraîne chaque année un manque à gagner estimé à 100 milliards de dollars.