Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 28 Avril 2017

  •   Selma Kasmi
  • mercredi 24 septembre 2014 09:09

Algérie-Deux grands projets de fabrication d'équipements industriels lancés prochainement (Sonelgaz)

Nouredine Bouterfa, PDG de Sonelgaz

L’Algérie prévoit la réalisation très prochainement de deux nouvelles usines dans le domaine des centrales électriques, a indiqué mardi à Alger le PDG de Sonelgaz, Nouredine Bouterfa.

 

Une sera destinée à la fabrication d’équipements industriels en renforcement du complexe industriel General Electric Algeria Turbine ( GEAT) de Batna et l’autre, une usine de fabrication de chaudières industrielles à Relizane, issue d’un partenariat entre l’entreprise nationale Chaudral et une entreprise étrangère, a précisé M. Bouterfa lors la cérémonie du lancement de l’initiative I.D.E.A de General Electric visant à promouvoir l’entreprenariat et la sous-traitance dans le domaine de l’électricité en Algérie.

L’entreprise étrangère qui composera cette joint-venture avec l’entreprise nationale Chaudral, n’a pas encore été désignée, a confié à Maghreb Emergent, M. Kinan Directeur du Développement industriel et d’intégration nationale à Sonelgaz, ajoutant que cette usine de fabrication de chaudières industrielles  évitera à l’Algérie de les importer dans un futur proche.

Une capacité de production de 2.000 MW

Le complexe électrique et industriel de Batna, dont la capacité de production annuelle sera de 2.000 megawatts,  sera composée de quatre usine : une pour la fabrication de turbines à gaz d’une capacité de 100 à 300 mégawatts, « l’unique en Afrique et a Moyen Orient de cette envergure », selon M Kinan.  Une deuxième usine sera dédiée à la fabrication de turbines à vapeur  de 100 à 150, une autre usine de fabrication des alternateurs électrique associés à des turbines à gaz et à vapeur , puis une quatrième usine dédiée au contrôle de commande destinée  beaucoup plus à l’industrie des particuliers. « On peut fabriquer un groupe de puissance dont la capacité peut aller de 450 à 600 mégawatts par ligne d’arbre », précise notre interlocuteur.

« Tous ces projets permettront l’intégration d’autres entreprises du secteur privé et public, chose qui permettra à nos entreprise d’intégrer la chaine d’approvisionnement mondiale de General Electric », soutient  M Bouterfa.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Renault Algérie va lancer le montage de la Clio GT Line à Oued Tlélat dès le mois d’octobre 2017

  Renault Algérie verra prochainement le lancement de la deuxième phase de l’investissement, réalisé dans le cadre du partenariat entre l’Algérie et le constructeur français.

Algérie - L’exportation des véhicules de l’usine de Renault à Oran est envisageable (ministre)

Selon le ministre de l’Industrie Abdeslam Bouchouareb, elle peut être envisagée une fois la capacité de production de cette usine égale ou supérieure à 100.000 véhicules/an.

Tunisie- L'amnistie des corrompus "repentis" n'améliorera pas le climat économique, bien au contraire (ONG)

Selon Selim Azzabi, un conseiller du président tunisien ce projet de loi d’amnistie devrait concerner 4.000 à 8.000 « fonctionnaires n’ayant pas tiré profit de manière directe ou indirecte (de la corruption, NDLR) et n’ayant pas abusé de l’argent public », et de 2000 à 3000 « citoyens en ayant tiré profit directement et indirectement ».