Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Les entreprises marocaines sont résolument engagées dans une dynamique de transformation, ressort-il d’une étude présentée mercredi à Casablanca par La confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le cabinet Optimum Conseil.
Réalisée entre mai et juillet derniers et s’adressant aux dirigeants de grandes entreprises et de PME représentatives de l’économie marocaine, cette étude intitulée ‘’Les patrons marocains face à la transformation de leur entreprise’’, a permis de capter les tendances et les enjeux qui conduisent les entreprises à s’engager dans un processus de transformation.

MAP


La Cour pénale internationale (CPI) continue d'enquêter sur les accusations de crimes, de viols, de meurtres et d'assassinats au Mali, a assuré mercredi sa procureure générale, Fatou Bensouda, à l'issue d'une visite de 48 heures dans ce pays.
Lors d'un point de presse à Bamako, elle a précisé que "le terrorisme n'est pas un crime soumis au mandat de la CPI. Mais les actes posés suite au terrorisme sont traités par notre cour qui n'a pas été créée pour tout faire".
Abordant la question des militaires maliens tués en 2012 à Aguelhok, Mme Bensouda a rappelé que tous les "crimes graves" sont pris en compte par la CPI.
Quant à la plainte contre Nicolas Sarkozy du Front international de la société civile panafricaine (FISPA), qui regroupe une quinzaine d'associations de la société civile, la procureure de la CPI a donné l'assurance que la cour allait donner "suite à cette demande sur la base des informations qu'elle va recevoir à la suite des enquêtes et investigations".
La FISPA reproche à l'ancien président français son intervention armée en Libye en 2011, estimant que la guerre dans ce pays a entraîné des milliers de morts dans toute la région.
Au cours de son séjour, Mme Bensouda a été reçue par le président Ibrahim Boubacar Keita. Selon la présidence, "les échanges ont essentiellement porté sur les questions de violations graves et d'abus des droits de l'Homme, notamment dans le nord" du Mali.
La procureure générale a déclaré que la CPI souhaitait continuer ses investigations au Mali et poursuivre la coopération avec ce pays "afin d'aller au delà du cas du djihadiste Ahmad Faqi, l'unique Malien actuellement jugé par la juridiction internationale", a précisé un communiqué.
Pendant son séjour, Mme Bensouda a également eu des entretiens avec l'exécutif, les institutions judiciaires et la société civile malienne.

Xinhua

Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a affirmé mercredi à Alger, que les maitres-d’œuvre algériens ne réalise que 30% des projets du secteur, contre 70% pour les maitres-d’œuvre étrangers.
Intervenant lors d'une séance consacrée au secteur du bâtiment dans le cadre des travaux de l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), M Temmar a indiqué que ce taux prouvait que la contribution des opérateurs économiques locaux demeurait faible, comparé à leurs homologues étrangers, d'où la nécessité d'encourager les maitres-d'oeuvre algériens à investir dans ce domaine.
"La conjoncture économique actuelle marquée par le recul des cours du pétrole et des revenus du pays nécessite la mise en place d'une nouvelle stratégie à même de permettre l'émergence d'opérateurs nationaux générateurs de richesse à travers le soutien aux moyens de réalisation locaux et la mise en place de mesures incitatives dans le domaine du  bâtiment, outre le développement des PME, créées dans le cadre des différents dispositifs publics, a ajouté le ministre.
Le ministère de l'Habitat avait adopté une feuille de route issue du Plan d'action du Gouvernement, qui prévoit plusieurs mesures dont l'obligation de recourir aux moyens nationaux dans le cadre de la commande publique,  l'encouragement des maitres-d'oeuvre à adopter progressivement des systèmes modernes de construction, à même de réduire les coûts et les délais de réalisation, a-t-il relevé.
Ces mesures comprennent, entre autres, l'élaboration d'une short-list visant le classement des maitres-d'oeuvre en fonction de leurs performances, ce qui permettrait une répartition équitable du plan de charges, une réduction des délais de réalisation ainsi que l'élaboration de nouveaux cahiers de charges imposant le recours au produit local.
Près de 20% de la commande publique dans le secteur de l'habitat seront octroyés aux jeunes entreprises créées dans le cadre de l'ANSEJ, la CNAC et l'ANGEM. Les maitres-d'oeuvre étrangers seront soumis à l'obligation de consacrer 30% des marchés de sous-traitance aux entreprises locales, ajoute le ministre, rappelant que près de 900 jeunes entreprises contribuent au programme du secteur en prenant en charge la réalisation de 24.000 logements.

APS

L’homme d’affaires et président de l’Union patriotique libre (UPL), Slim Riahi, a été entendu, une nouvelle fois, par le juge d’instruction du Pôle judiciaire économique et financier dans l’affaire dite du “blanchiment d’argent”.
L’ouverture de ce dossier, qui remonte à 2012, intervient sur fond d’une plainte déposée par nombre de libyens accusant Slim Riahi de “blanchiment d’argent” et de “transfert suspect de fonds”.
Dans une déclaration à l’agence TAP, jeudi 19 octobre, Riahi a affirmé avoir été entendu mercredi par le juge d’instruction dans le cadre de la même affaire. “Un nouveau magistrat s’est saisi du dossier”, a-t-il précisé.
Le juge d’instruction du Pôle judiciaire économique et financier avait ordonné, le 28 juin dernier, le gel des biens et avoirs de Slim Riahi pour suspicion de blanchiment d’argent.

TAP

Les produits suspects saisis dans une “planque sûre” à Fès et dans une voiture appartenant à l’un des éléments arrêtés dans le cadre du démantèlement samedi dernier par le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire national, de la cellule terroriste pro-Daech sont des liquides et poudres chimiques essentiels utilisés dans la fabrication d’explosifs que les membres de la cellule projetaient d’utiliser pour perpétrer leurs plans terroristes dans le Royaume, indique mercredi le ministère de l’Intérieur.
L’expertise scientifique menée par les services compétents sur les produits suspects saisis dans le cadre de cette opération a confirmé qu’”il s’agit de liquides et poudres chimiques essentiels utilisés dans la fabrication d’explosifs que les membres de la cellule projetaient d’utiliser pour perpétrer leurs plans terroristes dans le Royaume”, précise le ministère dans un communiqué.
La même expertise a démontré que certains de ces produits chimiques sont utilisés pour accélérer le processus d’explosion et intensifier son ampleur et que les extincteurs saisis sont remplis de matières explosives combinées de quantité de clous et de petites pièces de fer afin de causer des pertes humaines et des dégâts matériels d’envergure, ajoute la source, notant que les bonbonnes de gaz butane saisies lors de cette opération peuvent être utilisées en tant que cocktails Molotov pour amplifier l’intensité de l’explosion lors de l’exécution de leurs opérations terroristes.
L’expertise a également fait ressortir que les autres produits sont utilisés dans la fabrication de charges électriques nécessaires à la création de systèmes d’activation des engins explosifs.
Le ministère rappelle que le démantèlement de la cellule terroriste s’est soldé par la saisie d’armes à feu (trois pistolets et deux fusils de chasse), d’une quantité importante de munitions, de bombes lacrymogènes, de deux gilets destinés à la fabrication de ceintures explosives, de sacs comportant des pesticides toxiques, de bâtons électriques et télescopiques, d’appareils de télécommunication et d’armes blanches.

MAP
Maroc, terrorisme

Le corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), unité paramilitaire d'élite, a annoncé jeudi que l'Iran allait accélérer son programme balistique en dépit des pressions américaines et européennes en faveur de sa suspension.
"Le programme balistique iranien va s'accroître et se poursuivra à une vitesse accrue en réaction à l'approche hostile de (Donald) Trump", indique un communiqué du CGRI publié par l'agence de presse Tasnim.
L'administration Trump, qui a appelé Téhéran à ne pas chercher à se doter d'engins pouvant être équipés de têtes nucléaires, a imposé de nouvelles sanctions unilatérales contre l'Iran. Et le président américain a fragilisé l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien en refusant vendredi de certifier que Téhéran était en conformité avec ses engagements.
Les autorités iraniennes soutiennent que ce programme militaire n'a qu'une vocation défensive.
"Les sanctions cruelles imposées aux gardiens et l'approche hostile d'un président incontrôlable et brutal montrent la faillite des politiques malfaisantes de l'Amérique et du régime sioniste (israélien) dans la région", ajoute le communiqué.
L'Iran mène l'un des programmes balistiques les plus sophistiqués parmi les pays du Moyen-Orient.
"Plus déterminés et plus forts que jamais, les gardiens continueront à défendre l'Iran islamique et ses intérêts", ajoute le texte faisant référence aux brigades Al Qods, unités du CGRI en charge des opérations extérieures et présentes en Irak, en Syrie ou au Yémen.

Reuters

Un complexe de stockage de céréales, d’une capacité théorique de 300.000 quintaux en cours de réalisation dans la commune d’El Hamma (wilaya de Khenchela), sera mis en exploitation avant fin 2018, a-t-on appris mercredi du directeur local de la Coopérative des céréales et légumes secs (CCLS), Allaoua Zouraghi.
Ce complexe, dont le taux d’avancement des travaux a atteint les 50%, a nécessité une enveloppe financière estimée à près de 2 milliards de dinars, a indiqué le responsable du CCLS qui a affirmé que sa mise en service permettra de renforcer les capacités de stockage des céréales dans la wilaya de Khenchela et mettre fin au problème de transfert de la production locale vers d’autres wilayas afin d’y être stockées.
Cet ouvrage moderne, outre sa vocation première, permettra de faciliter la collecte, la transformation et la distribution des céréales, a ajouté le directeur de la CCLS.

APS


 

Un accord cadre tripartite visant à dynamiser la recherche et l’innovation dans les secteurs de l’agriculture et l’industrie agroalimentaire a été conclu, mercredi, entre la Tunisie et la France.
Le document a été signé entre le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et le Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD).
C’était lors d’une rencontre tenue, au siège du ministère, entre le ministre, Slim Khalbous, et une délégation française conduite par le Président Directeur Général de l’IRD, Jean-Paul Moatti et le Président Directeur Général du CIRAD, Michel Eddi.
Ledit accord vise à favoriser le rapprochement entre les deux institutions françaises et les universités et structures de recherches tunisiennes à travers des projets communs qui pourront être financés dans le cadre de différents programmes tels que PRIMA, EMORI et H-2020.
Cet accord prévoit notamment la réalisation conjointe ou par l’une des trois parties, de programmes de recherche ou d’actions spécifiques décidés en commun et la création d’unités et laboratoires mixtes internationaux.
Il sera également question, en vertu de cet accord, de participer aux manifestations et activités de promotion de la recherche scientifique et de recherche des financements nationaux, régionaux et internationaux.

TAP

La 5ème Session du Comité Conjoint chargé du Suivi de l’Accord de Libre-échange (ALE) conclu entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d’Amérique s’est tenue, mercredi à Washington, sous la co-présidence de la Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale, Mme Mounia Boucetta, de la Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Chargée du Commerce extérieur, Mme Rakiya Eddarhem, et du Représentant Adjoint des Etats-Unis pour le Commerce en Europe et au Moyen Orient, M. Daniel Mullaney.
Lors de cette Réunion, marquée par la présence de l’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi à Washington, Lalla Joumala Alaoui, les deux Délégations ont passé en revue plusieurs questions économiques d’intérêt commun ainsi que les moyens à mettre en oeuvre afin de développer davantage les relations commerciales particulières entre les deux pays et de donner plus de contenu et de dynamisme à l’Accord en question, notamment au niveau des secteurs de l’agriculture, de textile, d’investissement et PME.

MAP


Quelque 100.000 Kurdes ont fui Kirkouk depuis la reprise lundi par les forces irakiennes de cette ville pétrolière du nord de l'Irak, ont annoncé jeudi des responsables du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK).
Dans le détail, le gouverneur d'Erbil, Nawzad Hadi, a précisé que 18.000 familles avaient trouvé refuge à Erbil et Souleimanieh, les deux grandes villes du Kurdistan irakien.
Kirkouk fait partie des "territoires disputés" dont le gouvernemental central de Bagdad et les autorités autonomes du Kurdistan irakien revendiquent chacun la possession.

Reuters

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole- La reconduction de l’accord de réduction de la production se ferait après une interruption de quelques mois

« Tout porte à croire que l’accord sera reconduit vers la fin de l’année 2018 et qu’aucune décision ne sera prise, dans ce sens, à la réunion de l’Opep de novembre prochain », indiquent des sources citées par Reuters qui précisent qu’une telle décision sera prise en fonction de la situation du marché.

Maroc - Le PIB du tourisme a progressé de 5% en 2016 (HCP)

Selon une note d'information du Haut Commissariat marocain au Plan, la contribution du tourisme au PIB marocain est, en revanche, restée presque stable en 2016, par rapport à 2015 (6,6% contre 6,5%).

Horst Köhler en tournée dans la région : l’ONU reprend sa médiation dans le dossier sahraoui

L’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, qui a rencontré le roi du Maroc mardi, a discuté hier avec les responsables sahraouis des moyens de relancer les négociations de Manhasset interrompues en 2012.