Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Hassan Haddouche
  • mercredi 21 septembre 2016 16:33

"Augmenter la production pétrolière de l’Algérie va détruire les gisements"-Amor Khelif (audio)

Amor Khelif, économiste expert dans les questions énergétiques /Ph: Ahmed Sahara

Dans un contexte dominé par les réunions programmées en début de semaine prochaine à Alger,  l’expert pétrolier Amor Khelif était le premier «  invité du direct » de la saison sur Radio M.

 

L’ interview d’Amor Khelif  a très opportunément  coïncidé avec une des premières interventions publiques du nouveau ministre de l’Energie  M.Nouredine Bouterfa dont les déclarations ont  largement  servi de fil rouge aux questions des journalistes de Radio M. A propos des prix pétroliers et du résultat prévisible  des réunions des prochains jours, l’expert algérien se montre relativement en phase avec un gouvernement algérien dont il considère qu’ « il a fait son deuil des prix pétroliers élevés » avec des prévisions d’évolution à moyen terme des prix du baril qui devraient être compris dans « une fourchette de 50 à 60 dollars ». Des prévisions d’ailleurs « conformes à celles de la plupart des analystes internationaux » et également en ligne avec « les déclarations récentes du ministre saoudien  du pétrole qui évoquait voici quelques jours une cible de 50 à 55 dollars pour le prix du baril ».

 

« Inquiétudes » face à la baisse des investissements

 

L’hypothèse d’une décision-formelle ou non- de gel de la production lui semble également un résultat probable des consultations en cours entre les producteurs OPEP et non OPEP en raison principalement  de  l’ « inquiétude récente »  qu’  Amor Khelif croit déceler parmi les principaux pays producteurs,  Arabie séoudite et Russie en tête, face à la baisse des investissements dans le secteur. L’expert algérien mentionne notamment le chiffre considérable de «  60 % de diminution des investissements d’exploration  dans l’industrie pétrolière mondiale depuis 2014 », ajoutant qu’ « en 2015 on a découvert à peine l’équivalent de 1 mois de consommation mondiale ».

 

Attention à la surexploitation des grands gisements

 

Amor Khelif se montre beaucoup plus sceptique au sujet des  annonces d’augmentation de la production nationale d’hydrocarbures. Alors qu’hier encore M. Nouredine Bouterfa confirmait l’objectif officiel,  déjà formulé par son prédécesseur d’une augmentation de la production nationale de « 25 à 30 % à moyen terme »,  l’invité de Radio M estimait que « face à l’effondrement des prix,  les responsables politiques algériens ont toujours essayé de régler le problème de la même façon en cherchant à augmenter à tous prix la production ». Amor Khelif, à l’image de beaucoup de spécialistes algériens, avertit :« les géologues nous disent qu’on a déjà pompé à l’extrême au cours des dernières années. On « surexploite notamment les grands gisements comme Hassi R’mel et Hassi Messaoud » ajoute sans aucune hésitation l’expert algérien. La solution serait –elle du coté de l’entrée en exploitation des nouveaux gisements du Sud Ouest du pays notamment ?  «  De petits gisements aux réserves limitées »  commente Amor Khelif qui  complète ce sombre tableau sur les perspectives de la production pétrolière nationale en relevant  en outre un « tassement des réserves » illustré par le fait qu’en 2015 « sur 149 forages d’exploration effectués en Algérie seuls 22 ont été productifs ».

 

Développement du renouvelable : l’importance du choix des acteurs

 

Amor Khelif exprime également un point de vue très tranché sur le programme national de développement des énergies renouvelables. L’expert algérien insiste sur  l’importance dans ce domaine des « acteurs  qui sont puissants à la fois sur le plan économique et sur le plan politique ». En Algérie comme ailleurs,  il faut bien choisir les acteurs. Sonelgaz ? « On lui livre un gaz abondant et bon marché jusqu’à la porte des centrales électriques. Comment voulez vous qu’il devienne un acteur déterminant dans le développement de nouvelles sources d‘énergie qui demandent l’investissement de  ressources humaines, technologiques et financières considérables alors qu’il ne dispose aujourd’hui d’aucun de ces atouts ». L’annonce, le matin même,  par Nouredine Bouterfa de la demande adressée à Sonatrach de «  s’impliquer dans le développement du renouvelable à l’image de ce que font toutes les  grandes compagnies internationales » lui  inspire le même scepticisme « Sonatrach a déjà beaucoup de pain sur la planche avec le développement de la production d’hydrocarbures ». La solution pour Amor Khelif est claire «  il faut un nouvel acteur neutre en Algérie dans le domaine du renouvelable ».

 

Pour un meilleur  ciblage des augmentations de prix des produits énergétiques 

 

Face à des perspectives peu encourageantes sur le front des prix et du développement de la production,  les marges de manœuvre disponibles  seraient-elles plus importantes  du coté des économies d’énergie ? Peut être,  souligne Amor Khelif  qui considère que dans ce domaine le levier des prix et des tarifs  sera un outil important  à condition que les pouvoirs publics adoptent une démarche plus « ciblée » à la fois du point de vue des produits concernés et des types de clientèle. Pour l’expert algérien,  un  relèvement substantiel des prix des carburants est certainement une priorité. Pour les tarifs de l’électricité et du gaz Amor Khelif prône une démarche plus prudente et progressive. Les augmentations de prix devraient également distinguer les différentes catégories de clients en réservant par exemple « un traitement particulier au transport collectif ou au matériel agricole ». Plus largement cette démarche d’ensemble ne semble pas avoir selon l’expert algérien fait encore l’objet d’une maturation suffisante de la part des pouvoirs publics  qui continuent  de privilégier « des décisions prises de façon abruptes, appliquées de façon uniforme, et sans avoir été précédées par  un effort de  communication et de sensibilisation suffisant ».

Ecouter l'émission:


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • si la declaration est "en phase avec celle du gouvernement algerien elle demeure cependant et a juste titre nuancee ! le message est tres clair il faut faire adieux aux prix eleves et la production intensive n est pas la solution non plus!!!!
    l avenir c est les energies renouvelables ! c est a dire les ressources humaines!!! et la nos voisins ont des longueurs d avance et nos honorables dirigeantsne prevoient pas encore un plan MARSHALL POUR NOS UNIVERsites c est dommage! une autoroute du savoir aurait pu etre plus utiles que celle de mr GHOUL AVEC TOUS SES REBONDISSEMENTS!!!!

    Rapporter amar mokhnache mercredi 21 septembre 2016 21:47
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets

De révélation en fuite, le système Haddad apparait au grand jour : une immense nasse qui permet au patron du FCE de percevoir une dîme sur tous les grands marchés.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».