Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 23 Février 2018

  •   TAP
  • mercredi 14 février 2018 10:17

"Il y a une nouvelle avancée dans le partenariat public-privé, pour une transformation digitale en Tunisie" (ancien ministre)

L’ancien ministre considère que le financement constitue l’un des principaux problèmes qui se posent actuellement.

 

«Il y a une nouvelle avancée dans le partenariat public-privé dans le domaine de la transformation digitale en Tunisie», a affirmé l'ancien ministre des technologies de l’information et de la communication, Noomane Fehri, mardi, dans une déclaration à l’agence TAP, lors de la 10ème édition des rencontres économiques à l’Institut du monde arabe à Paris.

Fehri a présenté, lors de cette rencontre placée sous le thème “la transformation digitale dans le monde arabe : enjeux et opportunités”, le programme de la Tunisie dans le domaine des nouvelles technologies “Tunisie Digitale 2020”.

Il a estimé que cette transformation est sur la bonne voie au niveau du planning, et ce malgré le ralentissement du rythme de concrétisation du projet, soulignant que le secteur privé prend conscience de l’importance de la transformation digitale et que le partenariat public/privé (PPP) est sur une bonne voie.

L’ancien ministre des TIC rappelle les quatre piliers du plan “Tunisie Digitale 2020”, à savoir la généralisation de la connexion, l’éducation digitale, l’e-gouvernement et l’amendement des lois. “Une plateforme de start-up qui a pour finalité de transformer l’industrie sera créée grâce au plan national stratégique, Tunisie digitale 2020”.

Evoquant les obstacles pour la mise en place de ce projet, l’ancien ministre considère que le financement constitue l’un des principaux problèmes qui se posent, d’où la nécessité de la réalisation de partenariats avec d’autres acteurs, notamment en France et au Maroc.

Les rencontres économiques sont organisées par l’Institut du monde arabe à Paris depuis 2014. “Il s’agit d’une plateforme de rencontres et d’échanges à l’intention des chefs d’entreprise des deux rives de la Méditerranée”, a précisé le président de l’IMA, Jack Lang.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le pain, le lait, le mini krach boursier de Wall Street et les paris de 2018

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite de la cacophonie sur les subventions et le sens du mini krach boursier qui menace le capitalisme mondial. 

Algérie : Des stations de péage de l’autoroute est-ouest seront livrées en octobre prochain

    Le gouvernement a réservé une rallonge financière pour la prise en charge des travaux supplémentaires du projet de l’accès entre Mascara et l’autoroute est-ouest.

Le Maroc fera partie des cinq pays d'investissement de la BERD

Le président de la BERD, Suma Chakrabarti a souligné que sa banque est engagée et prête à continuer à soutenir le Maroc.