Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent avec TAP
  • vendredi 5 janvier 2018 18:35

La croissance de la productivité réalisée en Tunisie durant la période 2016- 2017 est nulle (expert)

Le taux de croissance annoncé en 2017 (2,2%) est inférieur à la moyenne mondiale (3,7%). Il s’agit “d’une croissance chétive basée sur la consommation et boostée notamment par les augmentations salariales”, d’autant plus que “l’investissement et l’export sont quasiment à l’arrêt”.

 

La croissance de la productivité réalisée en Tunisie durant la période 2016- 2017 est nulle, a indiqué l’expert-comptable, Walid Ben Salah, vendredi, lors d’une rencontre débat organisée à Tunis par l’Ordre des experts-comptables sur la loi de finances 2018,

Ben Salah a précisé, dans une analyse du budget de l’Etat 2018, que le taux de croissance annoncé en 2017 (2,2%) est inférieur à la moyenne mondiale (3,7%), à la moyenne de l’Union européenne (2,3%) et à celle réalisée par les pays africains (2,6%).

D’après lui, il s’agit “d’une croissance chétive basée sur la consommation et boostée notamment par les augmentations salariales”, d’autant plus que “l’investissement et l’export sont quasiment à l’arrêt”.

 

Forte pression fiscale

 

Il pointe du doigt “un niveau très élevé de la pression fiscale, dépassant les 33%”, soit le plus élevé dans le continent africain, pour se rapprocher plutôt des niveaux enregistrés dans des pays développés, notamment au Royaume-Uni. “La fiscalité en Tunisie est très mal répartie, dans la mesure où elle cible surtout les contribuables et les sociétés légales et opérant dans la transparence, ce qui décourage l’investissement et incite à l’évasion fiscale”.

Mettant l’accent sur l’endettement public, il estime qu’il est très lourd, surtout que l’endettement intérieur ne dépasse pas les 29%, contre une aggravation de l’endettement extérieur aux alentours de 71% de la dette tunisienne.

Selon Ben Salah, cette orientation inévitable vers l’endettement extérieur coûte énormément au budget de l’Etat. Ainsi, le service de la dette représente aujourd’hui environ 7,5% du PIB, soit presque le 1/5 du total des recettes des exportations tunisiennes.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...