Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   TAP
  • mardi 21 novembre 2017 15:53

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.

 

Le gouvernement Chahed ambitionne de réaliser un taux de croissance de 3%, en 2018, contre 2,2% prévus pour toute l’année 2017, pour avoir une croissance inclusive qui permet une répartition équitable des richesses et la création davantage d’emplois, selon le document du projet du budget économique, présenté mardi.

Le gouvernement prévoit d’atteindre ce taux, en se basant sur une croissance du secteur de l’agriculture et de la pêche de 5,5% (contre 2,3% prévus en 2017), des industries manufacturières de 5,3% (contre 3,5,% estimés pour l’année en cours) et non manufacturières de 2,4% (contre -3,4%, en 2017).

S’agissant des services marchands, les prévisions tablent sur une croissance de 2,7%, en 2018, contre +3,4% en 2017, avec le maintien de la croissance des services non marchands au niveau de 0,7%.

Selon, le document du projet du budget économique, l’année 2018 sera une année décisive dans plusieurs domaines dont le lancement d’une nouvelle phase de croissance inclusive et durable pour parachever le processus de transition économique et accélérer le rythme des réformes structurelles, afin de restaurer la confiance en l’économie nationale.

Le budget économique cible, également, à rétablir l’Etat de droit, en affirmant une ferme volonté de lutter contre toutes les formes de corruption, de contrebande et de commerce parallèle.

Le projet du budget économique préparé par le gouvernement de Youssef Chahed, a pour objectifs de réduire le déficit courant de 9% (selon les prévisions pour 2017), à 8,2% du PIB.

D’après le document, le taux d’inflation devrait passer de 5,2%, prévu cette année, à 5,8%, au cours de la prochaine année.

L’investissement devra évoluer, en 2018, de 13% aux prix courants, pour atteindre un volume de 21,395 milliards de dinars, soit l’équivalent de 20,1% du PIB.

Les prévisions tablent sur une mobilisation de près de 3,351 milliards de dinars au titre des investissements directs étrangers, contre 2,530 milliards de dinars prévus pour l’année 2017.

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années, ce qui maintient le taux de chômage à 15,3%, en raison la régression de l’investissement privé et la persistance de l’agitation sociale.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...