Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Tunis Afrique Presse
  • jeudi 16 novembre 2017 09:22

Le taux de croissance de l’économie tunisienne a atteint 2,1% au 3e trimestre de 2017 (INS)

Les chiffres de l’Institut national tunisien des statistiques (INS) indiquent une croissance de 0,7% du Produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre en comparaison avec le deuxième trimestre de 2017.

 

Le taux de croissance s'est établi à 2,1% au cours du deuxième trimestre de l'année 2017 contre 1,7% au cours du deuxième trimestre de la même année, a annoncé, mercredi, l'Institut national de la statistique (INS). 
Selon l’INS, le Produit intérieur brut (PIB) a enregistré une croissance de 0,7% au cours du troisième trimestre en comparaison avec le deuxième trimestre de 2017.
Ces résultats sont dus, selon l'INS, à une hausse de 2,8% enregistrée dans le secteur des industries manufacturières et les services marchands (4%) contre une importante régression de 3,3% dans le secteur des industries non manufacturières, suite à une baisse continue de 21,6% du secteur de l’extraction du pétrole et du gaz naturel.

 

Evolution de 2,8% de la valeur ajoutée dans les industries manufacturières

 

La hausse de la valeur ajoutée dans les industries manufacturières enregistrée au cours du troisième trimestre de 2017 est expliquée par la croissance de la majorité de ses filières, à l'instar des industries agricoles et agroalimentaires ( 3,4%), des industries chimiques ( 5,1%), des industries mécaniques et électriques ( 2,8%) et de l’industrie de bâtiment, de la céramique et du verre ( 3,2%) ainsi que du secteur du textile- habillement et chaussures ( 3,2%). Sur cette base, le taux de croissance dans le secteur s’est élevé à 2,8% au cours du troisième trimestre 2017, en comparaison avec la même période de l’année précédente et de 2% par rapport au premier trimestre.

 

Régression continue du secteur des industries non manufacturières

 

La valeur ajoutée du secteur des industries non manufacturières a régressé de 3,3% au cours du troisième trimestre de 2017 en comparaison avec la même période de 2016. Cette régression est due à une baisse continue de 21,6% dans le secteur de l’extraction du pétrole et du gaz naturel. Ainsi la moyenne de la production journalière du pétrole est passée de 46,5 mille barils à 37,5 mille barils, en dépit d’une importante évolution de 39, 6%, dans la production des mines ainsi qu’une hausse de 7,8%, dans la production de l’électricité.

 

Poursuite de la tendance haussière observée dans le secteur des services marchands

 

Le secteur des services marchands a enregistré au cours du troisième trimestre de l’année 2017 une croissance de 4% en comparaison avec la même période de l’année dernière. Cette hausse est expliquée par l’accroissement de la valeur ajoutée de tous ses secteurs, tels que le secteur des services du transport qui a évolué de 6,4% ainsi que celui des services hôteliers, de la restauration et des cafés qui s’est accru de 7,6%. De même, la progression de la valeur ajoutée a concerné le secteur des services financiers (3,7%) et les services des télécommunications (2,6%). La croissance du secteur des services non marchands (services rendus par l’administration) est maintenue au niveau de 0,2% par rapport au troisième trimestre de 2016.

 

Evolution du secteur de l’agriculture et de la pêche

 

La valeur ajoutée du secteur agricole et de la pêche a augmenté de 2% au cours du troisième trimestre 2017.
Il y a lieu de signaler que la croissance dans ce secteur a été actualisée au cours des 1er et 2ème trimestres de 2017 sur la base des statistiques actualisées du ministère de l’Agriculture et de la Pêche, en se basant sur les résultats des récoltes agricoles, telle que la production des céréales, estimée cette année à 16,2 millions de quintaux contre 19,4 millions quintaux prévus auparavant.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...