Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Maghreb Emergent avec TAP
  • samedi 9 septembre 2017 09:11

Tunisie- L’inflation fait craindre une perte de compétitivité et une détérioration du climat social

La hausse continue de l’inflation qui a atteint en août son niveau le plus élevé depuis 2015 suscite des inquiétudes. En plus de la baisse du pouvoir d’achat de la population, l’on craint pour la compétitivité du pays.  

 

La dépréciation du dinar est une des principales causes de l’augmentation du taux d’inflation qui a atteint 5,7%, en aout 2017, contre 4,6%, au mois de janvier 2017 et les dégâts se font déjà sentir, s'accordent à dire Abdjelil Bedoui, professeur en économie et chargé des dossiers économiques au Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES) et Tarek Ben Jazia, directeur général de l'Institut National de la Consommation (INC).

Bedoui note que la dépréciation du dinar a favorisé la hausse des coûts de l’importation, de la production et de la distribution des marchandises importées, précisant que le consommateur tunisien est le premier à en pâtir.

De son coté, Ben Jazia affirme que le glissement du dinars a eu un impact sur plusieurs secteurs et produits dont une bonne partie est importée ce qui explique le renchérissement des prix des articles d’habillement et des chaussures de 8,8% en dépit des soldes saisonniers, la hausse des prix des transports de 8% (vente des véhicules et des carburants) et l'augmentation des prix des huiles végétales de 18,5%, en aout 2017, par rapport à 2016.

Perte de compétitivité

Pour les deux responsables interrogés par l'Agence TAP, l’augmentation de l’inflation favorisera la croissance des importations, la baisse des exportations soit le déficit de la balance commerciale, l’aggravation de la contrebande et du commerce parallèle et partant la perte de la compétitivité aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays.

La hausse de l’inflation aura un impact négatif sur le pouvoir d’achat du citoyen et augmentera les problèmes des ménages, objet de pressions ce qui risque de freiner la consommation, d'après Ben Jazia. Les crédits accordés aux ménages durant le premier semestre 2017, ont atteint 1080 Millions de Dinars (MD) alors que l’encours des crédits décaissés par ses banques a atteint 21,624 MD, au mois de juin 2017, précise-t-il.

Détérioration du climat social

Pour sa part Bedoui s'attend à une détérioration du climat social due aux augmentations salariales que les syndicats ne manqueront pas de réclamer pour compenser la détérioration du pouvoir d’achat du consommateur, ce qui risque d'engendrer une crise avec la succession des grèves et le blocage de la production.

L’augmentation continue de l’inflation favorisera également la hausse des dettes des grandes entreprises qui seront obligées de rembourser leurs dettes en devises dit-il encore.

Le directeur de l’INC appelle les citoyens à maitriser leur consommation, à programmer leur achat et les autorités à à renforcer le rôle des structures de contrôles économiques (ressources humaines et logistiques) afin de garantir le contrôle des marchés et la transparence des transactions notant que le nombre du personnel actuel ne permet pas un véritable contrôle des différents circuits de distribution qui comportent 425 mille points de vente.

Une forte volonté politique

Quant à Bedoui, il fait remarquer que la baisse du taux d’inflation nécessite une forte volonté politique et des mesures exceptionnelles et urgentes afin de lutter contre le déficit de la balance commerciale et du budget.

Il appelle, à cet égard, à activer certaines clauses des accords commerciaux conclus entre la Tunisie et d'autres pays de manière à suspendre pour une période déterminée l’importation de certaines marchandises et à augmenter la taxation d'autres produits de luxe à l'instar des parfums et des tissus de haute qualité ainsi qu'à lutter contre les mafias des secteurs commercial et monétaire et l’évasion fiscale.

En Août 2017, le taux d’inflation a atteint 5,7%, contre 5,6% enregistré le mois précédent. Il est passé de 4,6% en Janvier 2017, à 5% au mois d’Avril, suivies d’une stabilisation à 4,8% en Mai et Juin. Il reprend de plus belle en juillet atteignant 5,6%, selon les données publiées par l'Institut national de la statistique.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.