Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   Akram Belkaïd, Paris
  • mardi 9 mai 2017 18:56

Le dinar tunisien dans un cercle vicieux [Le BLOG ECO]

 La semaine dernière, nous évoquions les limites de l’affirmation selon laquelle le libre-commerce est un excellent antidote aux tensions, voire à la guerre, entre les pays. L’actualité récente de la Tunisie permet d’aborder la question commerciale – et donc celle de l’ouverture ou du protectionnisme – sous l’angle de la monnaie.

 

 Dans ce pays, le dinar est sous tension depuis plusieurs années – il a perdu un quart de sa valeur depuis 2015 - et il est question de manière récurrente de dévaluation plus importante à venir. Et cette dépréciation est directement liée aux questions commerciales même si d’autres causes peuvent être évoquées.

 

  Le déficit commercial en question

 

  Il y a quelques jours, la ministre tunisienne des finances Lamia Zribi a ainsi évoqué le fait que le dinar pouvait tomber à un taux d’un euro pour trois dinars (il a touché récemment le plancher historique de 1 pour 2,55). La responsable a démenti par la suite avoir tenu ces propos - ce qui ne lui a pas épargné d’être limogée – mais l’effet a été le même.

 Un mouvement de panique sur le marché des changes, des polémiques médiatiques sans fin et un recours plus marqué aux circuits parallèles pour certains citoyens et opérateurs économiques. A ce sujet, il convient néanmoins de relever que la Tunisie, à la différence de l’Egypte ou de l’Algérie, n’a pas de marché de change au noir très développé car le système bancaire répond pleinement à la demande en monnaies étrangères.

 Pourquoi le dinar tunisien est-il aussi faible ? La réponse qui coule de source est que la monnaie est le reflet de l’incertitude politique et de la crise économique que connaît le pays depuis 2011. A pays instable, monnaie faible… Mais cette explication n’est pas suffisante.

 En réalité, ce qui compte le plus, c’est l’aggravation du déficit commercial qui atteint actuellement près d’un milliard d’euros. Quand un pays importe plus qu’il n’exporte et qu’il n’arrive pas à compenser ce manque à gagner via d’autres recettes (tourisme), la dépréciation de sa monnaie est mécanique. Plus important encore, plus la monnaie baisse et plus l’inflation augmente ce qui n’améliore pas le climat social. On devine le cercle vicieux qui pousse le dinar vers les abimes.

 

 Restrictions…

 

 Le problème de la Tunisie, c’est que nombre de ses importations ne sont pas nécessaires ou prioritaires. Il en est ainsi des fruits exotiques et d’autres produits alimentaires achetés à l’étranger notamment pour la période du ramadan. Une facture qui dépasse les cent millions d’euros.

Dans un tel contexte, le gouvernement tunisien pourrait agir afin de limiter ces importations et préserver ses devises et donc, in fine, la valeur de son dinar. Or, ce n’est pas possible car le pays est engagé par des accords de commerciaux dont celui, de libre-échange, qui le lie à l’Union européenne (UE). Impossible donc de faire passer des mesures protectionnistes.

 Le Fonds monétaire international (FMI) s’oppose d’ailleurs à de telles restrictions et conseille d’augmenter les taux d’intérêt (une mesure qui n’est pourtant efficace que dans le cas d’une monnaie totalement convertible). Pour mémoire, l’institution multilatérale doit verser une nouvelle tranche de 300 millions d'euros à la Tunisie sur un prêt d'un total de 2,6 milliards d’euros. De quoi limiter la marge de manœuvre de Tunis en termes de limitation des importations.

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • M belkaid, 1ere lesson de l'économie pour les nuls: Quand on a un taux d'inflation de 7% et qu'on ne dévalue pas de 7%, cela veut dire qu'on est entrain de s'enrichir par rapport au monde...

    Avec une inflation cumulée de l'ordre de 50% depuis 2011, le Dinar Tunisien ne s'est pas dévalué d'autant. La quantité des produits sur les marchés n'ayant pas augmenté de 50% et avec une augmentation de la masse monétaire en circulation, cela donne automatiquement de l'inflation, déséquilibre de la balance des payements et pour finir, la fuite des capitaux...

    Une dernière chose, depuis qu'il n'y a plus beaucoup de touristes, on assiste à l'émergence d'un marché noir des devises en Tunisie et en Egypte, il n'y a plus de marché noir car la livre Egyptienne est devenue totalement convertible....

    Rapporter Truc mardi 9 mai 2017 19:33
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

« L’Algérie est sur le point d’atteindre l'autosuffisance en produits agricoles » (ministre)

Le ministre signalé que très peu de produits agricoles sont aujourd’hui importés par l’Algérie. Des produits tels que « le blé, le lait et parfois les viandes ».

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.