Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Février 2017

  •   Xinhua
  • vendredi 17 février 2017 11:15

Tourisme : Les Chinois peuvent se rendre en Tunisie sans visa




Les touristes chinois désireux de visiter la Tunisie bénéficieront d'une exonération de visa d'entrée à partir d'hier, jeudi, a annoncé le ministère tunisien des Affaires étrangères.

 

"Officiellement, à partir d'hier, jeudi, les touristes de nationalité chinoise n'auront plus besoin d'avoir un visa d'entrée au territoire tunisien à condition de bien acquérir un billet d'avion en aller et retour et d'une réservation d'hôtel valable pour une durée qui ne dépasse pas les 90 jours", a confié à Xinhua, Chafik Hajji, Directeur-général des Affaires consulaires au ministère tunisien des Affaires étrangères.
"Il s'agit d'une bonne nouvelle pour le tourisme tunisien qui réussit à séduire le marché chinois, désormais le plus grand émetteur au monde et parmi les principaux marchés au titre de taux de départs avec pas moins de 100 millions de touristes", a déclaré dans une interview avec Xinhua, le Chef de division et coordinateur général de l'Office national du Tourisme tunisien (ONTT) Nabil Hedhiri.
D'après cet ancien représentant à Bejing de l'ONTT, l'exonération de visa au profit des touristes chinois "constitue le fruit de tout un processus de coordination entre les autorités tunisiennes et nos amis chinois".
Au départ, a-t-il précisé, un groupe composé de dix touristes chinois ou plus n'auraient pas besoin de visa pour accéder au sol tunisien avant d'alléger cette mesure pour la réduire à uniquement cinq personnes et finalement, "on a réussi à exonérer tous les Chinois pour ainsi bénéficier de la richesse culturelle, patrimoniale et touristique de la Tunisie" .
Évoquant certaines difficultés initialement rencontrées par les représentants du tourisme tunisien en Chine, le responsable de l'ONTT a reconnu avoir échoué à convaincre des tours opérateurs et agences de voyages à programmer la destination tunisienne vu le nombre réduit des passagers qui s'envolent entre les deux pays, dans les deux sens.
"Cependant, nos homologues chinois se veulent de plus en plus convaincus quant à notre vision à court, moyen et long termes (...) en effet, a-t-il insisté, la Tunisie pourra certes jouer le rôle d'un hub pour les compagnies aérienne chinoise afin de bien explorer le marché africain, dont les atouts peuvent faire du bien aux intérêts économiques de la Chine" .
Côté statistiques, les indicateurs portant sur les flux touristiques entre la Tunisie et la Chine restent encore au-delà des attentes partagées par les deux pays à moins que les derniers chiffres officiels augurent de prémices d'une sérieuse relance.
"Par rapport à d'autres marchés traditionnels pour la Tunisie en baisse ou en stagnation, le marché chinois enregistre une progression prometteuse" , a encore estimé M. Hedhiri.
De janvier à décembre 2016 - comparativement avec la même période de 2015 - la croissance du tourisme tunisien concernant le marché chinois a atteint 93,6%, soit 7.396 touristes.
"Personnellement, a estimé M. Hedhiri, je pense qu'on pourra tabler sur une augmentation annuelle et garder cette même tendance vu la moyenne enregistrée durant ces dernières années" .
Le responsable de l'Office national du Tourisme tunisien se voit confiant que "le produit touristique tunisien devra être adapté aux attentes des Chinois sans oublier la formation des guides en langue chinoise et les professionnels hôteliers en gastronomie chinoise" .
Dans ce sens, M. Hedhiri a mentionné une étroite coopération en cours entre l'institut du tourisme de Sousse (principale province balnéaire sur les côtes-Est du pays) et une école hôtelière à Ningxia en Chine.
Après cinq ans des plus difficiles pour le tourisme tunisien, connu auparavant comme l'un des vecteurs de la croissance de ce pays avec une part qui avoisine 7% du PIB, la Tunisie n'a pas repris progressivement le souffle qu'à partir de l'année 2016 où plus de 5,7 millions de touristes ont débarqué en Tunisie contre 5,3 millions en 2015, selon des chiffres dévoilés récemment aux médias par la direction générale de l'ONTT.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

 Changer les billets de banque comme en ce moment au Venezuela ? - 32.9%
 Proposer un taux de change favorable à ceux qui apportent leurs dinars non déclarés ? - 41.4%
 Interdire le paiement en liquide pour toute transaction supérieure à 500 000 dinars ? - 20.6%

Total votes: 1812

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

L’assurance des personnes gagnerait à intégrer des produits comme l’épargne-retraite - Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana (Audio- RadioM)

  L’assurance des personnes a un bel avenir en Algérie pour peu qu’on y intègre des produits comme l’épargne retraite, assure Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana de passage mardi 21 février dans l'émission "l'invité du direct" de RadioM.

Le passage en force de 850 de migrants à Ceuta suscite des questions sur un "jeu marocain"

  Quelques semaines après la menace des autorités marocaines de ne plus contrôler les flux migratoire vers l'Union européenne, au moins 850 subsahariens, selon des secouristes et les autorités espagnoles, ont pénétré depuis vendredi dans l'espace européen depuis l’enclave espagnole de Ceuta.

FanZone.dz: les pages des ambassades plus fréquentées que celles des institutions culturelles

Dans le classement des institutions internationales, on découvre que les pages Facebook des ambassades sont plus fréquentées que institutions culturelles. Primauté aux visas et aux études?