Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 17 Décembre 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • mardi 27 décembre 2016 09:02

Tunisie: 400.000 tonnes d'oranges risquent la destruction faute de capacité d'exporter

"La moitié de la récolte des agrumes de 2016, composée à hauteur de 750 mille tonnes d’oranges, pourrait être détruite, à cause d’un marché local restreint (350 mille tonnes), de la faiblesse de l’exportation et l’absence d’industries de transformation de ce produit", a souligné le président de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) Abdelmajid Zar.

 

 Il a souligné, lundi, lors d’une conférence de presse portant sur le secteur des agrumes, que la production des agrumes pourrait évoluer au cours des cinq prochaines années pour atteindre 1 million de tonnes, regrettant l’absence de stratégies permettant de créer une diplomatie économique de promotion du secteur agrumicole aux fins d’absorber l’abondance de la production et garantir sa bonne exploitation.

 Le responsable a mis l’accent sur l’incapacité des gouvernements successifs à traiter le phénomène de la corruption dans les circuits de distribution, surtout que le marché parallèle accapare 80% de la production des agrumes, alors que seuls 10% de cette production sont vendus au marché de gros à Bir Kasâa et le reste (10%) est vendu dans les marchés de gros intérieurs.

 

Les exportations n'ont pas dépassé 23.000 tonnes

 

Il a fait savoir que les quantités d’agrumes exportées vers 12 marchés extérieurs n’ont pas dépassé 23 mille tonnes, sachant que le marché le plus important est le marché français (90% des exportations), des exportations qu’il a qualifiées de faibles par rapport aux quantités produites.

 Zar a souligné que les problématiques entravant le développement des exportations du secteur sont relatives aux conditions difficiles d’accès à de nouveaux marchés (à l’instar de l’Afrique), à l’absence d’une infrastructure logistique et au manque de diversité des variétés d’agrumes produites, outre la concurrence imposée par l’importation de certains produits comme la banane.

 Le président de l’UTAP a mis en relief la nécessité de s’orienter vers les industries de transformation des agrumes (jus, séchage, produits de beauté..) et d’encourager l’investissement dans ce domaine pour absorber la surproduction, réduire les quantités détruites, valoriser les agrumes et créer de l’emploi.

 De son côté, le président de l’Union régionale de l’agriculture et de la pêche (URAP) à Nabeul, Imed El Baya a indiqué que le gouvernement n’a pas tenu ses promesses pour faciliter le transport des produits agrumicoles et ouvrir des points de vente du producteur au consommateur.

 Les ministères de la santé, de l’éducation et de la défense (armée) n’ont pu, quant à eux, absorber les excédents de production. Par ailleurs, les mesures imposées aux marchands ambulants n’ont pas été allégées et les crédits saisonniers n’ont pas été rééchelonnés.El Baya a appelé à assurer de garanties pour la vente des agrumes sur le marché local à des prix étudiés, à travers des circuits de distribution organisés.

 Il a ajouté que plus de 70% des agrimiculteurs sont des petits agriculteurs disposant de superficies qui ne dépassent pas 2 hectares, sachant que les superficies plantées d’agrumes en Tunisie s’élèvent, en 2016, à 25 mille hectares, soit l’équivalent de 5% des superficies plantées d’arbres fruitiers.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • très bel exemple...à bien méditer...car il n'est aisé de trouver une place....surtout si on est pas concurrentiel...pourtant, le jus d'orange est très apprécié en europe...qui préfère importer du jus triple concentré depuis le Brésil...voilà un secteur que l'UE devrait aider pour réduire un tant soit peu l'influence du salafisme dans les vergers agrumicoles de Tunisie000après, faut pas s'étonner que les jeunes Tunisiens aillent grossir les rangs de Daech et de l'immigration, clandestine...il faut offrir de l'emploi...et l'agriculture est une très bon créneau...encore faut-il que le marché suive...

    Rapporter Aziz MOUATS mercredi 28 décembre 2016 12:18
  • Vendez vos oranges zn Algérie, on est preneur.

    Rapporter derdour mardi 27 décembre 2016 11:58
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

57 % des Algériens ont une opinion positive sur l’Union européenne (sondage)

Plus de 60%  des personnes sondées pensent que l'UE devrait en faire plus sur les questions liées aux droits de l'homme, près de 70% sur le commerce et près de 60% des personnes interrogées attendent davantage dans le domaine de la migration et de l'éducation.

Algérie : Ouyahia inaugure le complexe gazier Reggane Nord

Le complexe produira plus de huit (8) millions m3/jour de gaz et 148 barils/jour de condensat, sachant que la période du plateau de production est de douze (12) années, avec une moyenne de production de 2,7 milliards de m3/an.

Une vague de froid touchera l’Algérie à partir de ce soir : jusqu’à -3 C°

Une météo plus hivernale va marquer la partie nord du pays à compter de ce soir jusqu’au week end prochain, en raison de l’arrivée d’une vague de froid d’une intensité moyenne, indique le Model nord américain des prévisions météo.