Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 23 Février 2018

  •   Tunis Afrique Presse
  • dimanche 25 décembre 2016 09:08

Tunisie: Le déficit budgétaire supplémentaire imposerait une loi de finances corrective (LFC), très tôt en 2017

 Le parlement tunisien ne tarderait pas à revoir les comptes (DR)

 

"Une Loi de Finances Complémentaire (LFC) va probablement intervenir très tôt en 2017, soit le troisième ou le quatrième mois de l’année, en raison du déficit budgétaire supplémentaire, que la loi de finances 2017 n’a pas pris en considération", estime l’économiste Ezzeddine Saïdane.

 

 

 "L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) doit approuver une Loi de finances complémentaire 2016 avant le 31 décembre. Le déficit du budget de l’Etat pour 2016 accuse, en effet, un déficit plus élevé que celui prévu initialement : + 1.500 millions de Dinars."

 

"Ce déficit supplémentaire provient de deux sources : des revenus inférieurs à ceux budgétisés et des dépenses en dépassement par rapport à celles prévues. Le déficit global 2016 va donc dépasser les 5.000 millions de Dinars. Ce déficit supplémentaire explique pourquoi la Tunisie sera sur le marché financier en janvier 2017 (pour le compte de 2016) pour un nouvel emprunt de 1 milliard d’Euros" explique-t-il.

 Et de poursuivre "la loi de finances et le budget de l’Etat 2017 déjà approuvés ne tiennent pas compte de ce déficit supplémentaire. C’est donc là une raison de plus pour une loi de finances complémentaire 2017."

 "Les hypothèses sur lesquelles la loi de finances 2017 a été formulée, ne semblent pas réalistes, estime encore l’économiste, citant à titre d’exemples, un baril de pétrole à 50$ (54$ actuellement), un dollar à 2,250 dinars (2,335 Dinars actuellement), un taux de croissance économique de 2,5% (0,8% en 2015 et 1,2% attendu pour 2016), des revenus fiscaux en augmentation de 15,7% (baisse en 2016), etc… ".

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Tenez votre souffle, ça sera un profond plongeant dans l'endettement.

    Rapporter Omar NAMOUCHI lundi 26 décembre 2016 09:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le Maroc fera partie des cinq pays d'investissement de la BERD

Le président de la BERD, Suma Chakrabarti a souligné que sa banque est engagée et prête à continuer à soutenir le Maroc.

Algérie: Adoption de la loi sur le e-commerce, les premières réactions (Vidéo)

  Adoption de la loi sur le e-commerce, les premières réactions. Regarder la vidéo:      

Des "sommes énormes" ont été introduites dans les banques à partir du marché parallèle (Raouia)

      "Certains guichets bancaires ont été à l’origine d’entraves dans le domaine, au motif de la disposition relative à l’origine des fonds", a indiqué le ministre.