Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • dimanche 25 décembre 2016 09:08

Tunisie: Le déficit budgétaire supplémentaire imposerait une loi de finances corrective (LFC), très tôt en 2017

 Le parlement tunisien ne tarderait pas à revoir les comptes (DR)

 

"Une Loi de Finances Complémentaire (LFC) va probablement intervenir très tôt en 2017, soit le troisième ou le quatrième mois de l’année, en raison du déficit budgétaire supplémentaire, que la loi de finances 2017 n’a pas pris en considération", estime l’économiste Ezzeddine Saïdane.

 

 

 "L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) doit approuver une Loi de finances complémentaire 2016 avant le 31 décembre. Le déficit du budget de l’Etat pour 2016 accuse, en effet, un déficit plus élevé que celui prévu initialement : + 1.500 millions de Dinars."

 

"Ce déficit supplémentaire provient de deux sources : des revenus inférieurs à ceux budgétisés et des dépenses en dépassement par rapport à celles prévues. Le déficit global 2016 va donc dépasser les 5.000 millions de Dinars. Ce déficit supplémentaire explique pourquoi la Tunisie sera sur le marché financier en janvier 2017 (pour le compte de 2016) pour un nouvel emprunt de 1 milliard d’Euros" explique-t-il.

 Et de poursuivre "la loi de finances et le budget de l’Etat 2017 déjà approuvés ne tiennent pas compte de ce déficit supplémentaire. C’est donc là une raison de plus pour une loi de finances complémentaire 2017."

 "Les hypothèses sur lesquelles la loi de finances 2017 a été formulée, ne semblent pas réalistes, estime encore l’économiste, citant à titre d’exemples, un baril de pétrole à 50$ (54$ actuellement), un dollar à 2,250 dinars (2,335 Dinars actuellement), un taux de croissance économique de 2,5% (0,8% en 2015 et 1,2% attendu pour 2016), des revenus fiscaux en augmentation de 15,7% (baisse en 2016), etc… ".

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Tenez votre souffle, ça sera un profond plongeant dans l'endettement.

    Rapporter Omar NAMOUCHI lundi 26 décembre 2016 09:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.