Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • lundi 12 décembre 2016 12:01

Tunisie : Près de 600 projets industriels par an non réalisés à cause de la complexité administrative

 Les lourdeurs bureaucratiques ont entravé la réalisation de 7548 projets en 10 ans (dr)

7548 projets industriels déclarés, qui totalisent 236 milles emplois, n’ont pas été réalisés entre 2005 et 2015, soit une moyenne de non-réalisation de 600 projets par an, révèle une étude de l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), sur ” les difficultés de réalisation des projets et problèmes de fermeture des entreprises en Tunisie : Perspectives d’amélioration des taux de réalisation et la pérennisation des entreprises”.

 

 

La faiblesse du niveau de réalisation des projets déclarés à l’APII au cours de la période 2005-2015, dont le montant d’investissement est supérieur à 100 Mille Dinars, est due, selon l’étude, à la complexité et délais tellement longs des procédures administratives. Elle est aussi, expliquée par le climat d’affaires non encourageant en raison de l’instabilité politique et des problèmes socio-économiques.

 Cette moyenne a connu un pic de hausse en 2011 (plus que 900 projets non réalisés par an), suite à la révolution et aux problèmes socio-économiques qui ont résulté, indique l’étude de l’APII qui n’est qu’à sa première phase.

 La plupart des projets non réalisés, soit 34%, sont des projets du secteur des industries agroalimentaire, suivi par le secteur des industries mécaniques et électriques avec 17% des projets non réalisés.

 En effet, les projets non réalisés entre 2005-2015 ont cumulé un montant d’investissement non réalisé de 12,5 Milliards de dinars. Parmi ces projets, 5% sont de taille importante dont le cout de l’investissement est supérieur ou égale à 5MD et représentent 57% des investissements prévus.

 En ce qui concerne la répartition régionale des projets non réalisés, l’étude montre que la région de l’Est totalise près du ¾ des projets non réalisés (PNR) avec 47% de PNR au Nord-Est et 23% de PNR au Centre-Est.

 L’étude consultable sur le site de l’APII, approuve deux constats très importants : d’un côté 61% des 7548 projets non réalisés sont des projets non totalement exportateurs et d’un autre côté 73% de ces projets sont à capital 100% tunisien.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Rocambolesque revirement sur le dossier des importations après plusieurs jours d’embargo

  La Banque d’Algérie a autorisé la domiciliation des opérations d’importations de produits destinés à la revente en l’état. Ce revirement intervient moins d’une semaine après la suspension décidée par le ministre du commerce Abdelmadjid Tebboune.

OPEP et NON OPEP trancheront en avril sur la reconduction de l’accord sur la réduction de la production

  Les membres du comité ministériel de suivi des accords OPEP et non OPEP, réunis au Koweït se prononceront en avril prochain sur la reconduction ou non de l’accord sur la réduction de leur production.

Maroc: Pour pouvoir former le gouvernement El Othmani a cédé et fait le contraire de Benkirane

                                           Saad Eddine El Othmani a rapidement dénoué le blocage dans lequel s’empêtrait son prédécesseur Abdelilah Benkirane. Il a choisi de céder : l’USFP fera partie du gouvernement, l’Istiqlal reste dehors.