Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Octobre 2017

  •   Maghreb Emergent
  • jeudi 1 décembre 2016 08:19

La conférence "Tunisia 2020" s’achève sur des promesses d’investissement de 15 milliards USD

Pas moins de 140 projets publics et privés inscrits dans le cadre du plan tunisien de développement 2016-2020 ont été présentés à la conférence "Tunisia 2020" qui a réuni pendant deux jours plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, des représentants des institutions financières internationales et des investisseurs.

 

Les travaux de la conférence sur l’investissement en Tunisie "Tunisia 2020" ont pris fin hier soir à Tunis. Les engagements récoltés ont avoisiné les 15 milliards de dollars sous forme d’investissements directs, dettes reconverties, prêts bonifiés préférentiels et dons généreux, selon le chef du Gouvernement Youssef Chahed.

Pas moins de 140 projets publics et privés inscrits dans le cadre du plan tunisien de développement 2016-2020 ont été présentés à la conférence "Tunisia 2020" qui a réuni pendant deux jours plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, des représentants des institutions financières internationales et des investisseurs.

Plusieurs conférences thématiques sur l’économie numérique, le tourisme et l’éducation, regroupant des responsables tunisiens et d'autres pays, des experts et des chefs d’entreprises, ont été organisées au premier jour de l’événement.

Le deuxième jour a été consacré à des conférences sur l’industrie automobile et aéronautique, l’industrie textile, la santé et industrie pharmaceutique, l’électricité et énergies renouvelables, l’agriculture et agro-industries et la gestion de l'eau.

Les promesses d’investissements en chiffres :

Allemagne: 1,4 milliard de dollars sur 4 ans

Qatar: 1,250 milliard de dollars

France: 1,1 milliard de dollars sur 4 ans

Koweit: 500 millions de dollars

Turquie: 500 millions de dollars

Union Européenne: 407 millions de dollars

Canada: 24 millions de dollars canadiens

Suisse: 250 millions de dinars

Banque Mondiale: 4 milliards de dollars sur 4 ans

Banque Européenne d'Investissement (BEI): 2,5 milliards d'euros sur 4 ans

Fonds Arabe pour le Développement Économique et Social (FADES) : 1,5 milliard de dollars

La Banque africaine de développement (BAD) : 1,5 milliards de dollars

Banque Européenne de reconstruction et de développement: 650 millions d'euros sur 5 ans

Fonds Saoudien du développement: 800 millions de dollars


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

[Contribution]-Défis environnementaux du gaz du schiste : Du modèle américain à l’aventure algérienne (1ère partie)

En 1980, le gouvernement fédéral des États-Unis a introduit le crédit de la production du carburant alternatif à la législation, en vertu de l'article 29 de l'Internal Revenue Code.

Le site d’information TSA est toujours partiellement bloqué en Algérie (communiqué)

Depuis le 5 octobre, TSA est partiellement bloqué en Algérie. Il n’est pas accessible sur les réseaux internet d’Algérie Télécom et de Mobilis. A ce jour, nous n’avons reçu aucune explication officielle de la part de l’opérateur historique de téléphonie fixe, malgré nos nombreuses démarches auprès des deux opérateurs et des autorités.

La Banque mondiale appelle le Maroc à investir dans le capital immatériel pour accélérer son émergence économique

La Banque mondiale (BM) appelle le Maroc à réorienter ses politiques publiques vers le développement de son capital immatériel, afin de réaliser un rattrapage économique accéléré.