Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 23 novembre 2017 14:44

Maroc - Les autorités monétaires rappellent que les monnaies virtuelles sont interdites

Le bitcoin la plus populaire des monnaies virtuelles. 

Les craintes de l’autorité des changes marocaine s’expliquerait par le fait que plusieurs entreprises  marocaines ont commencé à accepter le bitcoin comme moyen de paiement alors même que l’usage des monnaies électroniques n’était pas encadré légalement au royaume chérifien.

 

Selon Le Monde, l’Office national des changes du Maroc a annoncé le 20 novembre dernier que les transactions en monnaies virtuelles, dont le bitcoin est mondialement la plus populaire, sont interdites au Maroc : « Les transactions effectuées via les monnaies virtuelles constituent une infraction à la réglementation passible des sanctions et amendes prévues par les textes en vigueur ».

L’office a invoqué, pour justifier cette décision, le fait que ce type de monnaies constitue un « système de paiement occulte ».

Le lendemain, un communiqué conjoint du ministère marocain de l’Economie et des Finances, de Bank Al-Maghrib (banque cebtrale marocaine) et de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a mis en garde contre les risques liés au bitcoin, qui, avertit-il, peut être utilisé « à des fins illicites ou criminelles, notamment le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ». 

Le Monde indique que les craintes de l’autorité des changes marocaine s’explique par le fait que plusieurs entreprises  marocaines ont commencé à accepter le bitcoin comme moyen de paiement alors même que l’usage des monnaies électroniques n’était pas encadré légalement au royaume chérifien.

 

L’Algérie aussi

 

Pour rappel, le gouvernement algérien propose, dans le projet de loi de finances (PLF) pour 2018, d’interdire les crypto-monnaies aux transactions mais aussi à la possession.

L’article 113 du PLF pour 2018 stipule : « L’achat, la vente, l’utilisation et la détention de la monnaie dite virtuelle est interdite. La monnaie virtuelle est celle utilisée par les internautes à travers le web. Elle est caractérisée par l’absence de support physique tel que les pièces, les billets, les paiements par chèques ou cartes bancaires. »

Cette proposition d’interdiction est justifiée, dans l’exposé des motifs du PLF pour 2018, par le fait que les ces monnaies virtuelles « peuvent être utilisées pour le trafic de drogue, l’évasion fiscale, et le blanchiment d’argent grâce à l’anonymat garanti de ses utilisateurs ».


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Tout ce qui est virtuel au Maroc à de l'avenir, du moins tant que ce pays restera 1er producteur Mondial du Haschich.

    Rapporter Mansour samedi 25 novembre 2017 15:39
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.