Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   XINHUA
  • jeudi 17 août 2017 07:36

Maroc: Le gouvernement table sur un taux de croissance de 3,2% en 2018

aâd Eddine El Othmani, demande à ses ministres de se plier à la discipline budgétaire

Dans la note de cadrage relative au projet de loi de finances 2018, adressée le semaine dernière aux différents départements gouvernementaux concernés, le gouvernement marocain table sur un taux de croissance de 3,2%, rapporte mercredi la presse marocaine.

 

Dans cette note de cadrage de 21 pages, le chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El Othmani, demande à ses ministres de se plier à la discipline budgétaire. Ceci dit, a-t-il relevé, des efforts doivent être fournis en vue, d'une part, de poursuivre la politique de rigueur budgétaire, et d'autre part, d'améliorer la mobilisation des recettes fiscales et non fiscales.


En effet, tous les acquis engrangés par le Maroc en termes de maintien des équilibres macroéconomiques ont fait que le Royaume puisse aujourd'hui fixer en toute souveraineté, les priorités de sa politique économique et sociale, ce qui lui a valu la confiance des investisseurs et des institutions financières internationales ainsi que les différentes agences de rating, a-t-il fait remarquer.

 

Équilibres macro-économiques encore fragiles


Néanmoins, même en s'éloignant de la zone de risque, "nos équilibres macro-économiques sont encore fragiles et la responsabilité de préserver ces acquis incombent à tous", a-t-il souligné.


"Si le Maroc est parvenu à ramener son déficit budgétaire de 7,2% en 2012 à 4,1% en 2016, lequel devrait s'établir à 3% en 2017, il est primordial de rester sur ce même élan afin d'alléger l'endettement au dessous de 60% à l'horizon 2021", a indiqué le chef du gouvernement marocain.


L'année prochaine, le PIB non agricole devrait donc croître de 3,6% contre 2,9% attendu en 2017 et ce, sous l'effet de l'accélération des réformes structurelle et des différentes stratégies sectorielles. Le déficit budgétaire devrait baisser à 3% alors que la dette devrait être limitée à 60% du PIB, commente le journal marocain francophone "L'Economiste".


Ces prévisions viennent confirmer l'accélération de la cadence des réformes structurelles, la mise en œuvre des différentes stratégies sectorielles ayant abouti à un changement profond de la structure économique nationale en privilégiant, notamment, de nouveaux métiers, qui créent du développement et contribuent à la promotion des exportations.

Xinhua


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

« L’Algérie est sur le point d’atteindre l'autosuffisance en produits agricoles » (ministre)

Le ministre signalé que très peu de produits agricoles sont aujourd’hui importés par l’Algérie. Des produits tels que « le blé, le lait et parfois les viandes ».

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.