Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • vendredi 7 juillet 2017 10:32

Le Maroc éprouve des difficultés pour le lancement du processus de libéralisation du dirham

Le passage progressif à un système de change flexible au Maroc est retardé. Mais pas question d’abandonner ce processus qui doit accompagner l’ouverture de l’économie du royaume.

 

Le lancement du processus de libéralisation « progressive » du dirham marocain qui devait débuter le premier juillet a été reporté sine die. Le passage progressif à un système de change flexible « demeure toujours posé », a déclaré, jeudi à Rabat, le ministre chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, Porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, cité par l’agence MAP.

Le timing du passage à ce système sera choisi au moment opportun, a précisé le ministre Khalfi lors d'un point de presse, à l'issue de la réunion hebdomadaire du Conseil du gouvernement, ajoutant que le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a tenu plusieurs rencontres à ce sujet la semaine dernière.

De même, le début de mise en œuvre de cette réforme sera annoncé en temps opportun, compte tenu de la nature de telles décisions, a encore précisé le porte-parole du gouvernement. M. Khalfi a justifié le retard mis dans la mise en branle de ce processus par la nécessité de procéder à des études supplémentaires.

Pas d’abandon

Le passage progressif à un système de change flexible devait initialement démarrer à partir du deuxième semestre 2017. L’annonce de cette mesure avait suscité des craintes sur une possible dévaluation du Dirham. Le gouvernement, considérant les « inquiétudes » suscitées par cette mesure  « légitimes », a assuré que « les mesures de précaution nécessaires seront prises à cet égard ».

Le gouverneur de la Banque centrale (Bank Al Maghrib)  Abdellatif Jouahri, était également intervenu pour écarter toute dévaluation de la monnaie nationale après le passage au régime flottant.

Le gouvernement demeure déterminé à passer au régime flottant. « Si on ne prend pas cette mesure actuellement, le Maroc subira le sort de certains pays comme l'Égypte », avait prévenu en juin dernier le ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Boussaid dans un entretien aux Inspirations Eco.

Selon lui, le passage vers un régime de change flexible était en préparation depuis 2010. « Il n'est pas possible d'opter, en même temps, pour une économie ouverte, une politique monétaire indépendante et un régime de change fixe », avait-il souligné.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

« L’Algérie est sur le point d’atteindre l'autosuffisance en produits agricoles » (ministre)

Le ministre signalé que très peu de produits agricoles sont aujourd’hui importés par l’Algérie. Des produits tels que « le blé, le lait et parfois les viandes ».

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.