Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Amin Fassi-Fihri
  • lundi 23 janvier 2017 14:54

Les usines marocaines de Renault ont enregistré en 2016 des records de vente et de production

L’usine de Renault de Tanger a produit 273.176 véhicules en 2016.

Les usines marocaines du groupe automobile français Renault ont battu en 2016 un nouveau record de production avec la livraison de 345.000 véhicules pour le marché local et européen. Le groupe truste également le marché local des berlines et des ‘’SUV’’.

 

 

Le bilan 2016 de Renault Maroc est impressionnant: production de 345.000 véhicules, dont 273.176 véhicules à l’usine Renault-Nissan de Tanger et 71.824 à l’usine Renault de Casablanca, l'ex-SOMACA, tombée dans le giron du constructeur français en 2005 après un tour de table et le départ de l'italien Fiat.

L'unité de montage de Meloussa (Tanger) a dépassé à fin 2016 la barre des 800.000 véhicules produits depuis le lancement de l'usine en 2012. L'usine de la SOMACA, à Casablanca a, quant à elle célébré la sortie de son 500.000ème véhicule produit depuis 2005. Les exportations ont tout naturellement bondi de 18 % avec un volume global de 303.892 véhicules en 2016 contre 256.537 en 2015.

Parmi ce stock de véhicules exportés par le groupe français, 252.981 ont été produits à l’usine Renault-Nissan de Tanger, soit 93 % de la production de cette usine, alors que 50.911 des véhicules exportés ont été produits à l’usine de Casablanca, soit 71 % de la production de la SOMACA.

Les trois principales destinations de ces exportations sont la France, la Turquie et l’Espagne. Le groupe Renault, qui truste les ventes au Maroc avec son modèle Dacia fabriqué à Tanger, occupe le podium du marché marocain des véhicules avec une part de 29,71% devant Ford et Peugeot.

Sur l'année 2016, le groupe français a commercialisé 61.728 véhicules dont 8.451 en décembre, soit une progression de 22,5%. En 2016, Dacia a réalisé 43.408 ventes, soit 26,6% de parts de marché, alors que Renault a commercialisé 18.320 véhicules, soit une part de marché de 11,2 %. Le Groupe Renault Maroc place ainsi 7 modèles dans le top 10 des meilleures ventes au Maroc en 2016, Dacia Logan étant le modèle le plus vendu au Maroc avec 13.141 ventes sur l’année 2016, suivie de Dacia Dokker avec 10.035 unités.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Est ce que Renault détient tout le capital de l'usine ? Ou est-ce une partenariat ?
    Merci

    Rapporter John Lenon mardi 24 janvier 2017 17:08
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...