Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   Boualem Alami
  • mercredi 18 janvier 2017 17:03

Maroc: Après le trou d'air de 2016, la croissance en légère hausse en 2017 (HCP)

Une bonne pluviométrie et une hausse du PIB agricole devraient permettre à l'économie marocaine de terminer l'année 2017 sur une progression de sa croissance de 3,6% et une inflation à 2,1%.

 

Dans la présentation de son ''Budget Economique Prévisionnel 2017'', le Haut Commissariat marocain au Plan (HCP) estime qu'en 2017 les bonnes conditions climatiques vont permettre au secteur agricole de créer une valeur ajoutée en hausse de 9,7%, et va porter sa contribution à 1,2% au PIB prévisionnel de cette année. ''La valeur ajoutée non agricole, de son côté, s’améliorerait à 2,4% sous l’effet d’une hausse à 2,5% du rythme de croissance du secteur secondaire et de la consolidation à 2,4% de celui du secteur tertiaire, confirmant la légère reprise amorcée depuis 2015'', estime M. Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au plan, dans sa note de présentation des perspectives économiques du royaume pour 2017. Dés lors, il table sur une légère reprise de la croissance et le maintien à moins de 3% de l'inflation. ''Au total, l’économie nationale terminerait l’année 2017 avec une croissance de 3,6% et l’inflation en hausse à 2,1%'', ajoute t-il. Le gouvernement, lui, prévoit une croissance de 4,5%, un déficit budgétaire de 3% du PIB et une inflation limitée à 1,7%. Par ailleurs, M. Lahlimi rappelle que l'économie marocaine reste encore dépendante des performances de l'agriculture, elle même dépendante des conditions climatiques.

La dépendance de la météo

''La double évolution de la situation économique estimée pour 2016 et celle prévue pour 2017, devrait reproduire ainsi, l’une et l’autre, la dépendance de notre offre agricole des conditions climatiques et la tendance persistante du ralentissement que manifesterait la croissance de l’ensemble des activités non agricoles, aussi bien celles du secteur secondaire que celles du secteur tertiaire.'' Pour l'année 2016, le HCP avait situé la croissance en forte décélération à  2,6%, contre +4,1% en 2015. Même bilan de la Banque centrale, qui a établi dans son rapport annuel sur l’état de l’économie marocaine qu’à la fin 2016, la croissance ne sera guère plus de 2%. Dans ses prévisions pour 2016, le gouvernement avait prévu au moins 4% de croissance, et un déficit budgétaire de 3,5% du PIB, et un taux d’inflation à 1,7% du PIB. Pour beaucoup, 2016 a été une année de tous les déficits. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.