Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   Xinhua
  • vendredi 19 août 2016 15:34

Le groupe aéronautique canadien Bombardier compte délocaliser de nouvelles activités au Maroc


Le groupe aéronautique canadien Bombardier a annoncé son intention de délocaliser une partie de ses usines de Belfast (Irlande du Nord) au Maroc.


C'est ce qu'a révélé dernièrement le quotidien irlandais "The Belfast Telegraph". Le constructeur aéronautique canadien a "confirmé le transfert de certaines de ses activités, car il lui était impossible de rester compétitif en Irlande du Nord", rapporte le quotidien local qui ajoute que la société emploie plus de 5.000 personnes à Belfast, mais a besoin de délocaliser une partie de sa production vers d'autres destinations plus compétitives, afin d'optimiser les coûts ainsi que les revenus et les ventes.
Avec ses 80 sites mondiaux et 73 000 employés, la société qui a réalisé un bénéfice de 20,1 milliards dollars en 2014, a enregistré une perte estimée à 4,9 milliards de dollars au cours du troisième trimestre de l'année dernière. "Il est absolument essentiel que nous continuions à transférer une partie de nos opérations dans lesquelles nous ne sommes plus compétitifs afin que nous puissions assurer, à l'avenir et à long terme, notre présence en Irlande du Nord", a indiqué la société canadienne. Les activités concernées sont celles relatives à la série C de jets fabriqués par le groupe canadien.
A plusieurs reprises, la multinationale a fait part de son intention de renforcer ses activités au Maroc au regard de l'attractivité du pays, mais aussi de la maturité de l'industrie du secteur. Face aux critiques des syndicats irlandais, le management de la société a fait remarquer qu'il envoie régulièrement des groupes de travail de Belfast au Maroc, au Mexique et sur d'autres sites à travers le monde et accueille également des groupes de travail d'autres pays à Belfast.
A noter que l'année dernière déjà, la société a également annoncé la délocalisation d'une partie de ses opérations du Québec vers le Maroc, le Mexique et l'Inde dans le cadre de ses plans de réduction des coûts.
Le Maroc, qui a réussi à mettre en place, ces dix dernières années, une industrie aéronautique ambitieuse estimée à hauteur de 1 milliard de dollars, s'évertue à donner le signal aux marchés qu'il est prêt à devenir un acteur mondial dans le secteur de l'aéronautique. Ce nouveau domaine industriel, qui emploie 10.000 personnes, participe à hauteur de 5% des exportations du pays.
L'inauguration, en septembre 2013, de la plateforme industrielle de Midparc de Nouaceur par le roi du Maroc, Mohammed VI, pour un coût global de 887 millions de dirhams (1 dollar=9,5 dirhams), permet d'accélérer le développement du secteur. Le canadien Bombardier, déjà présent au Maroc, a ouvert le premier ses portes dans cette plateforme, avec à la clef, 200 millions de dollars d'investissements et, à terme, 850 emplois directs et 4500 indirects d'ici à 2020. Cette usine produit des composants mécaniques et des sous-ensembles pour les ailes du Canadair regional jet (CRJ), un avion de transport régional. Des opérations jusqu'ici réalisées notamment à Belfast.
A signaler qu'au total, le groupe aéronautique canadien a acheté 55 000 m² de terrains industriels au sein de la zone franche d'exportation Midparc. Ces emprises sont toutes situées tout au fond de la zone franche notamment parce que la hauteur de l'usine est exceptionnelle par rapport au reste des bâtiments industriels que prévoient les gérants de Midparc. Ce site industriel a le statut de zone franche d'exportation. Les entreprises y bénéficient (à l'export seulement) d'une exemption d'impôts sur les sociétés pendant 5 ans, puis d'un taux réduit à 8,75%, une exonération de TVA. Ainsi qu'un libre rapatriement des bénéfices. Les activités réalisées sur le marché marocain sont, elles, soumises à la fiscalité de droit commun.


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Tant mieux pour le Maroc , son elite fait confiance dans son pays et
    C'est l'évidence même que les autres font lui faire aussi confiance.

    Rapporter Rachid Boumahdi vendredi 19 août 2016 16:52
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.