Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Le Matin
  • mardi 19 juillet 2016 13:26

Maroc: Les chinois boudent le marché touristique marocain

 


Le Maroc n’a attiré en 2015 que 10.515 visiteurs chinois, alors que depuis 2014, la Chine est devenue le premier marché émetteur au monde, avec plus de 100 millions de voyageurs et 165 milliards de dollars de dépenses touristiques à l’étranger.

 

Le Maroc tarde à puiser dans le prodigieux marché touristique chinois. Certes, les acteurs aussi bien publics que privés intervenant dans le secteur touristique n’en finissent pas d’afficher une volonté de grignoter une part de ce marché. Mais, les chiffres montrent que la destination Maroc n’est pas assez visible sur le radar du touriste chinois que tout le monde courtise. La suppression des visas accordée par le Maroc pour les ressortissants chinois pourra-t-elle changer la donne ? L’avenir le dira. En tout cas, il faudra aussi prendre en compte les attentes de ce touriste qui sont parfois particulières. Une fiche que vient de publier l’Observatoire du tourisme sur ce marché, qui focalise sur ses caractéristiques, peut être édifiante à ce sujet. Cette note révèle d’abord qu’à peine 10.515 Chinois ont visité le Maroc en 2015. Certes, entre 2000 et 2015, le marché chinois a enregistré un taux moyen d’accroissement annuel de 12% (au-dessus de la moyenne nationale qui est de 5%). Toutefois, il en faut beaucoup plus pour rattraper le retard qui reste énorme par rapport au potentiel de ce marché. Depuis 2014, il est devenu le premier marché émetteur de touristes au monde, avec plus de 100 millions de voyageurs et 165 milliards de dollars de dépenses touristiques à l'étranger. D’ici 2020, 120 millions de Chinois devraient voyager à travers le monde.

Un marché particulier

Concernant les caractéristiques de ce marché, l’Observatoire du Tourisme indique, en ce qui concerne la saisonnalité, que les pics des arrivées des touristes chinois au Royaume sont enregistrés pendant le printemps, le mois de septembre et les fêtes de fin d’année. La dépense moyenne des Chinois par nuitée est environ 59% plus élevée que la moyenne des autres nationalités (820 DH par personne et par nuit). Il ressort également de cette publication que 61% des Chinois viennent au Maroc pour les loisirs, 31% pour les affaires et que 53% préparent leur voyage eux-mêmes. En outre, 64% des Chinois visitent le Royaume pour la première fois et sont 53% à utiliser Internet pour la réservation de leur hébergement. Autres caractéristiques de ce marché : presque 60% viennent au Maroc seuls, 22% en couple et 12% en groupe. Ils consacrent 53% de leur séjour aux activités professionnelles et 17% aux soins et fréquentent surtout les établissements classés (85%). Internet (26%) et le bouche-à-oreille (23%) sont les principales sources d’informations des touristes chinois qui consomment plus le produit «circuit» que la moyenne des autres nationalités. Marrakech est leur destination préférée avec 28% des séjours, suivie d’Agadir (14%), Rabat (13%) et Casablanca (7%). Globalement, 75% des touristes chinois sont satisfaits de leur voyage au Maroc et la majorité recommanderait de s'y rendre, note l’Observatoire du tourisme qui souligne que des améliorations sont à apporter pour les infrastructures publiques et les services. Ceux-ci constituent, en effet, les éléments négatifs relevés par ces touristes qui, par contre, sont satisfaits par les spécialités et les spécificités du pays en termes de gastronomie et de culture.(Le Matin)

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...