Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 29 Mars 2017

  •   Elias Bouzahra
  • lundi 5 septembre 2016 12:10

Actis acquiert une participation importante dans le groupe pharmaceutique tunisien Médis

Le capital-investisseur britannique Actis, une des principales sociétés mondiales sur les marchés émergents de Private Equity, s'est offert une participation importante dans le groupe pharmaceutique Medis Group, présent en Tunisie et en Algérie, en rachetant des parts de l’investisseur panafricain Africinvest.

 

AfricInvest, est sorti du capital du groupe pharmaceutique tunisien Medis Group, l’un des plus grands fabricants de médicaments génériques en Afrique.

« AfricInvest a atteint ses objectifs de rendements financiers qui ont pleinement répondu aux attentes de ses actionnaires. Nous sommes heureux de voir l'aventure Medis se poursuivre avec Actis, un des investisseurs les plus respectés de private equity en Afrique », a déclaré Azziz Mebarek qui a cofondé AfricInvest avec, Ahmed Abdelkefi, Ziad Oueslati et Karim Trad.

Le groupe AfricInvest, dont les origines remontent à 1994, gère environ 1 milliard de dollars d’actifs, à travers 14 fonds actifs en Afrique du Nord et au sud du Sahara. Parmi ses actifs, figurent une participation dans le groupe pharmaceutique marocain Radio Isotope Méditerranée (RIM), spécialisé dans la fabrication de radiotraceurs utilisés dans la détection de tumeurs.

Dans un communiqué publié conjointement avec AfricInvest vendredi dernier, Actis a annoncé la reprise de la participation de l’investisseur panafricain. Dans cette opération, Actis a également acquis des parts du capital du groupe Médis détenues par la famille de son fondateur Lassaad Boujbel.

Selon une compilation réalisée par l’association de capital-investissement et de ‘’venture capital’’ d’Afrique australe (SAVCA) et le cabinet d’avocat d’affaires sud-africain Webber Wentzel, Actis a acquis au total 40 % du groupe Medis, pour un montant de 39,5 millions de livres sterling (56 millions de dollars).

Faire de Médis un des opérateurs de référence du marché

Actis devrait, à la suite de cette prise de participation, injecter du capital supplémentaire, pour l'acquisition et le développement d'autres unités de production avec comme objectif de les regrouper, pour en faire un des plus grand groupe pharmaceutique panafricain et du Moyen Orient.

Actis fait part, en effet, dans le communiqué, de son intention «de renforcer davantage » les fonds propres de Médis afin de «financer sa stratégie de croissance externe et le développement de ses activités, en Afrique et au Moyen-Orient» où il «ambitionne de devenir un des opérateurs de référence du marché».

Médis compte trois unités de production opérationnelles à Nabeul, dans le nord-est tunisien, totalisant une surface de 17 000 m2 et disposant d’une vingtaine de lignes de production. Une quatrième unité de production dans les domaines de l’oncologie et la biotechnologie, d’une superficie de 3 000 m2 carrés et comptant 4 lignes de production, est attendue en 2016. Le groupe est également présent en Algérie, à travers sa filiale Infra-Médis.

Le groupe pharmaceutique est présent sur le marché des médicaments génériques. Il est «sur le point de démarrer la production et la commercialisation d’une large gamme de médicaments de pointe comme les produits “bio-similaires”, destinés aux traitements des maladies telles que l’infertilité ou la sclérose en plaques», précise le communiqué d’Actis qui compte près de 6,3 milliards de dollars d’actifs sous gestion, en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Le capital-investisseur britannique Actis, détient une cinquantaine de participations dans des entreprises actives en Afrique, des énergéticiens Globeleq et Eneo (Cameroun) à Diamond Bank (Nigeria) et Emerging Market Payments dans le secteur financier, en passant par le spécialiste hollandais du textile Vlisco (Uniwax), ainsi que les centres commerciaux Accra Mall et Nairobi Business Park.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 22.3.2017 : Sonatrach, la preuve du vide ou de la folie ? Zetchi, ou comment gâcher une bonne candidature à la FAF

Vidéos

Algérie - "L'appel d'offres de 4GW en solaire est un échec annoncé " selon Mourad Louadah (FCE)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-"Il faut continuer à augmenter les prix de l’énergie, mais de façon graduelle"- Pr. Chitour (audio)

Le Pr Chitour appelle à la mise en place d’« un bouquet énergétique incluant le solaire, l’éolien, le géothermique mais le gisement le plus important restera celui de l’économie d’énergie ».

Algérie : Dans l’industrie automobile naissante, la transparence de l’actionnariat est aussi en question

Le développement d’une industrie de montage automobile dans notre pays ne soulève pas seulement un problème technique de « taux d’intégration ». Il renvoie aussi à un enjeu relativement méconnu et encore peu médiatisé : celui de la nature de l’actionnariat des nouvelles entreprises créées au cours des dernières années et donc de l’identité exacte  de leurs propriétaires. Une question pas forcement très...

Hydrocarbures- L’abandon de la loi Khelil a entrainé la fuite des investisseurs (Benachenhou)

Pour l’ancien ministre des Fiances, depuis 2002,  l’Algérie collectionne les contradictions qui font fuir les investisseurs.  Et il défend la loi Khelil sur les hydrocarbures qui n’était pas mauvaise, selon lui.