Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • vendredi 15 avril 2016 15:56

Grâce aux relations avec l’U.E, l’IHS classe la Tunisie et le Maroc parmi les économies les plus prometteuses

« En Afrique du Nord, la Tunisie et le Maroc seront les points chauds de la croissance et de l’investissement» entre 2016 et 2025. C’est ce que prévoit une firme américaine d’étude économique ‘IHS’, en se basant sur les échanges commerciaux, et les accords économiques liant les deux pays à l’Union Européenne (UE).


L’étude en question établie une liste de seize (16) pays, dit « économies d’avenir », répartis sur quatre régions du monde. Concernant l’Afrique du Nord, la firme américaine spécialisée dans les études économiques ‘IHS’, soutient que «la Tunisie et le Maroc seront les points chauds de la croissance et de l’investissement» avec une croissance estimée à hauteur de 4,2% par an pour la Tunisie, et 3,7% pour le Maroc au cours de la décennie 2016-2025.

Lors d’une conférence internationale sur « les risques économiques » (tenue ce 13 Avril à Vienne en Autriche), l’américain IHS a classé les deux pays parmi les marchés les plus lucratifs et les moins risqués pour un investisseur international. Ses prévisions se basent essentiellement -voir exclusivement- sur les « fortes relations économiques et les échanges commerciaux » liants le Maroc et la Tunisie au marché européen.

Pour IHS, le partenaire européen constitue le garant de la croissance économique pour ces deux pays maghrébins. La firme soutient que les perspectives de mise en place de zone de libre-échanges approfondies entre les deux rives (en cours de négociation) mèneraient à la stimulation du commerce et des investissements européens en Tunisie et au Maroc. Par ailleurs, la même étude soutient que le l’Union Européenne a intérêt à bâtir des économies fortes afin d’améliorer la situation géopolitique de cette sous-région.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».