Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   De Rabat, Yazid Ferhat
  • mardi 1 mars 2016 14:10

Le traité transatlantique risque d’avoir des implications sérieuses sur l’Afrique du Nord (Benyahia)


« Ces accords (traités transatlantique et transpacifique) risquent d’avoir des implications sérieuses sur le continent africain et surtout sur l’Afrique du Nord qui a signé des accords de libre-échange aussi bien avec l’Union européenne qu’avec les USA », estime le SG de l’UMA.


Le Secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), Habib Benyahia a alerté ce mardi à Rabat (Maroc) sur le risque que constituerait pour l’Afrique la construction de grands blocs inter-régionaux dans les pays développés.
Dans un discours prononcé à l’occasion de l’ouverture de la 31e session du Comité intergouvernemental d’experts de la Commission économique Afrique pour l’Afrique du Nord (CEA-AN), M. Benyahia a cité le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement en cours de négociation entre les Etats-Unis et l’Europe et l’accord de partenariat transpacifique, signé le mois de février dernier, prévoyant l’intégration des économies des régions Asie-Pacifique et Amérique.
« Ces accords (traités transatlantique et transpacifique) risquent d’avoir des implications sérieuses sur le continent africain et surtout sur l’Afrique du Nord qui a signé des accords de libre-échange aussi bien avec l’Union européenne qu’avec les USA », a-t-il précisé.
Pour lui, ces traités de libre-échange qui « rendront un jour les accords de l’OMC caducs » ne se limitent plus au commerce, mais englobent les services, les questions environnementales, les marchés publics, les mesures sociales.. etc. Il a recommandé, dans ce sens, de mener une étude sur les éventuels impacts de ces accords sur les échanges avec l’Afrique du Nord « afin de prendre les mesures qui s’imposent ».

« Une véritable vision au niveau national d’abord »

Convaincu que l’Afrique signera l’accord de libre-échange en 2017, le SG de l’UMA a estimé que la transformation structurelle envisagée pour l’Afrique à l’horizon 2063 nécessitera non seulement le développement du commerce régional ou continental mais « une véritable vision au niveau national d’abord ensuite continentale ». « Cette vision doit tenir compte du potentiel existant dans chaque pays », a-t-il dit. Et d’ajouter que la réalisation d’un développement constant et inclusif, doit combiner le développement des infrastructures et le renforcement du processus d’intégration régionale afin la dépendance des pays africains vis-à-vis de ses marchés traditionnels.
« Parallèlement à cela, un effort doit être entrepris dans le domaine de la facilitation du commerce et la suppression des barrières non tarifaires », a-t-il insisté. Et de recommander : « Il faut instaurer un flux commercial fluide entre nos pays afin de permettre l’accroissement des investissements et l’installation de chaines de valeurs compétitives ».


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • M. Benyahia ne se prononce pas sur les éventuels risques que peut "constituer pour l’Afrique la construction de grands blocs inter-régionaux dans les pays développés".
    C'est bien beau de le souligner d'autant plus que ce n'est pas nouveau, c'est toujours l'occident qui essaye d'imposer ses points de vue sur l'autre monde de la consommation passive que sont les peuples de l'hémisphère Sud d'une manière générale.
    Il faut bien le rappeler que nous sommes dans un monde qui n'accorde aucune circonstance atténuante à ceux qui traînent la savate. L'essor scientifique et technologique évolue à une vitesse grand V.
    Et pour justement désintéresser les pays dont les sous-sol recèlent un potentiel considérable de ressources naturelles, l'on essaye de saborder leurs tissus de développement économique par la création de foyers de tension. Ce qui remettra en cause leur volonté de vouloir s'accrocher à la locomotive d'émancipation.
    Nous peuples du Sud, sommes condamner à relever tous les défis gage à nous d'instaurer d'abord la confiance entre nous pour ensuite envoyer un signal à nos gouvernants que dorénavant la gestion managériale de la cité (République) sur tous les plans se devait d'être conforme aux normes universelles.
    Une fois ce deal conclu, l'ouverture commerciale ne saurait nous créer des frissons car toutes les ententes que cet occident aurait à conclure avec les pays du Sud se feront d’égal à égal d'autant que nos personnels compétents sauront se mettre au diapason.

    Rapporter Rezki Djerroudi mardi 1 mars 2016 23:50
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».