Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 18 Août 2017

  •   De Marseille, Yazid Ferhat
  • dimanche 8 novembre 2015 17:09

Semaine Eco-Med : La métropolisation au Maghreb à l’épreuve de l’aménagement « intelligent »

Repenser « les villes de demain » en Méditerranée, a été le point nodal des discussions ayant émaillé la session d’introduction  de la Semaine Economique de la Méditerranée, qui a regroupé du 4 au 7 novembre à Marseille (France) une dizaine d’experts venus des pays de Méditerranée autour du thème central « Villes et territoires : Leviers de développement économique en Méditerranée ».

 

Les villes de la méditerranée sont confrontées à des défis multiples. Ils sont à la fois économiques, sociaux, culturel, écologiques. Ces défis sont encore plus prégnants pour les villes de la rive sud de Méditerranée. Il s’agit notamment de relever celui de la mondialisation, la métropolisation et de la démocratie urbaine, selon les experts qui ont intervenu lors de la table ronde articulée autour du thème « L'évolution des villes en Méditerranée, villes rêvées, villes vécues ».

Pour le scientifique humaniste, Carlos Moreno, le « métabolisme » des villes en méditerranée est en train de changer. Des changements qui n’ont pas été prévus, exacerbés par la mondialisation, selon lui. Il plaide pour le développement d’une « identité socio-territoriale » des villes méditerranéennes dans ce contexte de changement des villes. « Il faut garder cette identité », dit-il. Autrement on ira vers un concept de villes « aculturelle ».

Les contraintes des villes de la rive sud de la Méditerranée  

Les villes méditerranéennes sont ainsi traversées par des changements profonds en quelques années, générant une pression  démographique sur les côtes notamment dans la rive sud et spécialement dans le Maghreb. Cette pression est telle que l’accès au foncier devient problématique. « Les terrains sont vendus à Alger aux valeurs des terrains de la première périphérie parisienne », relève Toufik Souami, professeur en Urbanisme et en aménagement urbain à l’Ecole d’urbanisme de Paris.

Selon lui, le foncier n’est qu’un indicateur des inégalités criantes, générées par la métropolisation prônées par l’Etat. Car, la métropolisation implique une refonte des réseaux de transports et des services.  Pour cet expert, l’aspiration à vivre dans la ville en Méditerranée, crée aussi de la frustration qui se manifeste parfois d’une manière violente. D’après lui, cette aspiration peut orienter d’une manière concrète l’aménagement « intelligent » des villes sans tomber dans le modèle de la métropolisation qui est « vendu » aux pays de la rive sud.

Abondant dans le même sens, Rachid Sidi Boumediène, sociologue urbain, directeur de recherches associé au CREAD d’Alger, estime que les pays du Maghreb « sont soumis à une sorte de contrainte intellectuelle » lorsqu’il s’agit de modèle d’urbanisation. « C’est le modèle dominant qui l’a emporté », dit-il. C’est ainsi que, selon lui, les villes du Maghreb sont allées vers la métropolisation,  sans réunir toutefois les seuils critiques appropriés aux critères de la métropolisation (nombre de population, seuil critique de services et d’infrastructures, qualité de vie…etc). Dans ce modèle, ces pays ont entrepris une vaste compagne de grande infrastructures. Ce rattrapage en infrastructure n’a pas répondu totalement aux attentes des habitants.

Pour une approche « servicielle » dans l’aménagement des villes

C’est pourquoi, Carlos Moreno prône une approche « servicielle » dans l’aménagement des villes qui doivent se tourner vers les services et non vers les infrastructures. Le modèle des smart-cities (villes intelligentes, est le plus approprié à ses yeux, tout en incluant le facteur humain. « La smart-city doit avant tout être une ville humaine », dit-il.

Selon lui, il ne faut pas penser une ville intelligente du point de vue technologique, mais qu’elle soit un lieu de vie et de partage. M. Moreno n’envisage pas aussi d’intelligence urbaine sans la démocratie participative. « Réviser l’infrastructure urbaine par l’innovation est une approche transversale qui doit concerner tout le monde », conclut-il.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Sahara Occidental : Guterres charge l'ancien président Allemand de relancer le processus de négociations

  Le SG de l'ONU Antonio Guterres, qui a nommé mercredi l'ancien président Allemand Horst Köhler son envoyé personnel pour le Sahara Occidental, plus de cinq mois après le départ de l'Américain Christopher Ross, compte relancer le processus de négociations, à l'arrêt depuis 2012. 

Espagne : Les attentats en Catalogne ont fait 14 morts (dernier bilan), trois Algériens blessés

Le bilan des attentats en Catalogne s'est alourdit vendredi avec le décès d'une femme enceinte. Trois Algériens ont été blessés dans l'attaque meurtrière contre les Ramblas de Barcelone.

Tunisie – Les avoirs en devises ne couvrent que 90 jours d'importation : de "lourdes conséquences" selon l’économiste Fatma Marrakchi Charfi

Le niveau des avoirs nets en devises de la Tunisie a atteint, le 14 août, 11,538 milliards de dinars ou 90 jours d’importation, contre 120 jours d’importations à la même date en 2016. Une économiste explique ses "lourdes conséquences".