Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 20 Août 2017

  •   Hassan Haddouche
  • samedi 10 octobre 2015 09:45

Une étude récente du FMI pointe les faibles performances des régimes fiscaux des pays du Maghreb

 

Le caractère prédominant de la fiscalité pétrolière dans les recettes de l’Etat algérien (environ 60% des rentrées fiscales) a empêché l’émergence en Algérie d’une réflexion approfondie et sur les outils et l’efficacité de la fiscalité ordinaire et des différentes catégories d’impôts qui la composent .Le thème est, en particulier, quasiment absent dans les médias nationaux y compris dans la presse spécialisée.

 

 

La période récente caractérisée par une forte chute des revenus pétroliers est certainement favorable au développement à la fois de la réflexion dans ce domaine et d’une démarche plus active des pouvoirs publics dans le but d’améliorer la qualité et l’efficacité des instruments fiscaux. C’est ainsi que  le projet de loi des finances pour 2016, approuvé mardi dernier  par le Conseil des ministres, fixe un objectif clair pour l’amélioration des recouvrements de la fiscalité ordinaire, prévoyant d’en faire  croître le rendement à hauteur de 4,1% sur l’ensemble de l’exercice. Un objectif  accompagné de différentes  mesures, dont un relèvement prévu de certaines taxes sur les carburants, la téléphonie mobile et les produits de luxe, ainsi qu’une tentative de fiscalisation de l’argent de l’informel.

 

Ce sujet de la fiscalité ordinaire dans les pays d’Afrique du Nord était  le thème d’une émission  diffusée le lundi 5 Octobre par Radio M conjointement avec les 7 radios africaines du réseau l’ « Afrique en partage » (AEP) .Elle a permis a des journalistes maghrébins de confronter leurs points de vue et de dialoguer en direct avec un expert du FMI , M. Mario Mansour, qui a dirigé la publication récente d’une étude intitulée « Fiscalité équitable dans la région MENA » dont l’objectif est selon ses auteurs de « rechercher les moyens d’améliorer les régimes fiscaux pour leurs permettre de réaliser une meilleure équité économique »

 

Des régimes fiscaux faiblement performants

Premier constat établi au cours de cette émission : les pays d’Afrique du Nord ont des régimes fiscaux diversifiés mais les niveaux de rentrées fiscales sont inférieurs à ceux de la plupart des pays émergents. En outre ces niveaux de recettes sont stationnaires au cours des 20 dernières années alors qu’ils ont fortement progressé dans les pays émergents .En guise d’illustration ,le ratio recettes fiscales ordinaires / PIB est resté voisin de 20% au Maroc et  en Tunisie  depuis de très nombreuses années tandis qu’il ne dépasse pas 12% en Algérie (17% par rapport au PIB hors hydrocarbures en 2013).Commentaire de Mario Mansour  : «  le problème n’est pas dans les outils de la fiscalité qui sont diversifiés et existent partout mais  dans les montants des recettes fiscales mobilisées ».

 

Equité égale simplicité

 

Pour l’expert  du FMI, c’est d’abord un souci de simplification qui doit guider la nécessaire réforme des régimes fiscaux en Afrique du Nord. Mario Mansour cite l’exemple de la Tunisie où l’étude réalisée dernièrement  a recensé près de 70 catégories de droits et taxes différents .Trop de taxes mais aussi des régimes fiscaux caractérisés  par un nombre considérable  d’exonérations diverses qui courent le risque de la rendre illisible, de compliquer son application et de  favoriser des pratiques  discrétionnaires. «La simplification de la fiscalité et  l’élimination des exonérations fiscales sont essentiels  pour favoriser le civisme fiscal ainsi que la bonne administration et faire sortir de l’ombre un grand nombre d’activités informelles ».

Bénéfices des sociétés et « flat tax »

 

En droite ligne avec ce souci de simplification, à propos cette fois  de l’impôt sur le bénéfice des sociétés   (IBS), l’étude du FMI relève  que « dans les pays de la région, les taux d’imposition sont relativement compétitifs mais souffrent d’un grand nombre d’exonérations ».Elle  recommande «  l’élimination des exonérations et la simplification de la structure de l’impôt sur le revenu des sociétés dans le but de mettre les entreprises sur un pied d’égalité et faciliter le recouvrement » . On n’est pas loin de la « flat tax » à 15%; Mario Mansour assure  que « les études empiriques montrent que la différenciation des taux n’est pas efficace ». Pour encourager l’investissement « plutôt que des exonérations ou  des taux réduits, il vaut mieux s’attaquer aux différents obstacles et aux différents coûts qui grèvent l’acte d’investissement ». A une question d’un journaliste algérien sur les récentes mesures contenues dans la LFC 2015 qui réduisent le taux d’imposition en faveur des entreprises de production et visent à pénaliser l’importation  , Mario Mansour répond que «  la différenciation des taux est susceptible de canaliser l’investissement mais ne  favorise pas  l’accroissement des recettes fiscales » .

 

La TVA en Algérie : «seulement  50% des recettes recouvrables »

 

Les taxes sur la consommation et les taxes sur la valeur ajoutée souffrent également d’une « multiplicité de taux et d’exonérations qui en  réduisent l’efficacité  en terme de recettes fiscales et qui en outre sont souvent mal ciblées » .L ‘étude réalisée par le groupe d’experts du FMI estime que dans le cas de l’Algérie, notamment  le produit de la TVA représente seulement 50% des recettes potentiellement recouvrables » .Elle préconise « l’unification des différents taux de la TVA ainsi que la réduction des exonérations  et leur meilleur ciblage dans le but de renforcer leur efficacité et  de réduire leur coût pour le budget »

 

L’impôt sur le revenu trop faiblement progressif

 

Autre préoccupation partagée par les participants à l’émission :« Dans les pays d’Afrique  du Nord ,l’impôt sur le revenu des personnes physiques est faiblement progressif et redistributif ».En cause  à la fois « une focalisation excessive sur les revenus du travail , les taux marginaux peu élevés appliqués aux revenus de la tranche supérieure  ainsi que de l’exclusion des revenus non salariaux » .Entre souci d’équité et recherche de l’efficacité fiscale les spécialistes du Fonds monétaire notent qu’ «  il serait souhaitable de relever le taux marginal supérieur d’imposition sur le revenu en incluant également dans le revenu imposable les revenus non salariaux comme le revenu du capital » . Mario Mansour qui estime qu’ « on n’a pas besoin de 5ou 6 taux différents »  s’inquiète cependant  ,en réponse à une remarque d’un journaliste algérien ,du taux initial de 20% qui frappe en Algérie les revenus salariaux compris entre 1500 et 5000 dollars qu’il juge « énorme et pénalisant pour les classes moyennes »

 Dernière observation  partagée par les intervenants : Pour réaliser une meilleure progressivité les « systèmes fiscaux des pays de la région devraient aussi instaurer ou renforcer le poids des impôts fonciers et développer la fiscalité sur le patrimoine ( droits sur les donations ou sur les successions)voire augmenter les taxes sur les produits de luxe » .

 

Hassan Haddouche


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Les familles tunisiennes s'endettent de plus en plus : la dette des ménages a plus que doublé depuis 2010

Les tunisiens s’endettent surtout pour l’acquisition ou l’aménagement de logements, soit 80% des crédits alloués aux ménages.

Algérie- Youcef Yousfi veut "intégrer" l’automobile dans le programme des "industries nationales"

  Selon le ministre, la priorité sera accordée aux projets industriels dans la valorisation du phosphate, les engrais, la sidérurgie.  

Bouteflika procède à un important mouvement des cadres de l'administration territoriale

  Ce mouvement "vient suite à la promotion de certains cadres dans d'autres fonctions supérieures au niveau de l'administration territoriale.