Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 15 Décembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 23 mars 2017 10:28

La production pétrolière libyenne atteindra 1,2 millions de b/j d'ici la fin de l'année (NOC)

La production de pétrole libyenne a pâti depuis 2011 de l’instabilité politique (photo non signée, publiée sur Emerging Equity.org). 

Selon Messaoud El-Awami, qui s'exprimait en marge de la Conférence internationale sur l'industrie pétrolière et gazière dans le nord de l'Afrique (NAPEC 2017, Oran, 21-24 mars 2017), l'activité pétrolière libyenne a repris à 80% par rapport à son niveau d'avant l'instabilité politique qui a débouché en l’été 2011, sur la chute du colonel Kadhafi.

 

 

La Libye compte atteindre une production pétrolière de 1,2 million de barils par jour (mbj) d'ici la fin de l'année, a déclaré à Algérie Presse Service (APS), hier à Oran, Messaoud El-Awami, le président de l'exposition pétrolière permanente de la compagnie pétrolière libyenne, la National Oïl Compagnie (NOC). Depuis le début du mois de mars, a-t-il ajouté, la production libyenne a atteint 750.000 baril/jour (bj), soit plus de 3 fois son niveau de décembre dernier, qui était de seulement 225.000 bj.

Selon Messaoud El-Awami, interrogé par l’APS en marge de la Conférence internationale sur l'industrie pétrolière et gazière dans le nord de l'Afrique ((NAPEC 2017, 21-24 mars 2017), l'activité pétrolière libyenne a repris à 80% par rapport à son niveau d'avant l'instabilité politique qui a débouché, en 2011, sur la chute du colonel Kadhafi. Il s'est félicité de la « nette amélioration » qu'elle a connue ces derniers mois.

Messaoud Al-Awami a également rappelé, dans sa déclaration à l’APS, que depuis 2011, « 10% des installations pétrolières libyennes ont été affectées par la crise », laquelle, s'est manifestée par une chute vertigineuse de la production pétrolière.

Pour rappel, la Libye a besoin d'investissements étrangers pour faire atteindre à sa production pétrolière son niveau d'avant 2011. Pour les encourager, a déclaré en janvier dernier à Londres le PDG de la NOC Mustafa Sanalla, elle entend lever « le moratoire auto-imposé depuis 2011 sur les investissements étrangers dans de nouveaux projets ».

Selon, Mustafa Sanalla, qi s'exprimait lors du Middle East and North African Energy Conference, « la compagnie ne peut plus attendre la fin de la période de transition (politique) pour adopter les réformes nécessaires au retour des investissements étrangers, vu l'urgence de doper la production pour redresser l'économie ». Les nouveaux projets pétroliers pourraient créer un cercle vertueux de stimulation économique et de sécurité intérieure", avait-il expliqué.

 

Lire également sur ce même sujet :

La Libye envisage de rouvrir son secteur pétrolier aux investisseurs étrangers

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.