Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 25 janvier 2015 10:58

Sombres perspectives pour la Libye selon le FMI : le déficit budgétaire atteindra 37% du PIB en 2015

Le contrôle des exportations pétrolières est un des enjeux majeurs de la guerre civile en Libye.

La Libye produisait avant la chute du régime du colonel Kadhafi jusqu’à 1,5 million de barils par jour. Elle n’en produit plus que quelque 350 mille à cause de l’instabilité politique. Or, son économie est très dépendante des revenus pétroliers aussi bien pour financer les importations que pour alimenter les recettes budgétaires.

 

 

La dégringolade des cours mondiaux du brut et les perturbations que connaît la production pétro-gazières libyenne vont aggraver en 2015 le déficit commercial libyen, qui pourrait ainsi atteindre jusqu'à 37,1% du Pib. Ce pronostic pessimiste a été fait par le FMI dans un rapport publié vendredi dernier et rapporté par l’agence de presse PANA.

Pour rappel, la Libye, qui produisait avant la chute du régime du colonel Kadhafi jusqu’à  1,5 million de barils par jour, n’en produit plus que quelque 350 mille à cause de l’instabilité politique et sécuritaire. Or, son économie est très dépendante des revenus pétroliers aussi bien pour financer les importations que pour alimenter les recettes budgétaires.

Les effets de la chute vertigineuse de la production pétro-gazière libyenne sont davantage aggravés par l’effondrement des prix du brut sur le marché mondial. Ces prix ont chuté de quelque 50% depuis juin dernier descendant en dessous de 50 dollars, soit leur niveau le plus bas en six ans.

Tirant la sonnette d’alarme, la Banque centrale libyenne a préconisé, dans un communiqué diffusé le 15 janvier 2015, des mesures d’austérité « urgentes, aussi douloureuses soient-elles, afin de mieux gérer nos dépenses et répondre aux besoins quotidiens de la population ».


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.