Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Janvier 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 25 janvier 2015 10:58

Sombres perspectives pour la Libye selon le FMI : le déficit budgétaire atteindra 37% du PIB en 2015

Le contrôle des exportations pétrolières est un des enjeux majeurs de la guerre civile en Libye.

La Libye produisait avant la chute du régime du colonel Kadhafi jusqu’à 1,5 million de barils par jour. Elle n’en produit plus que quelque 350 mille à cause de l’instabilité politique. Or, son économie est très dépendante des revenus pétroliers aussi bien pour financer les importations que pour alimenter les recettes budgétaires.

 

 

La dégringolade des cours mondiaux du brut et les perturbations que connaît la production pétro-gazières libyenne vont aggraver en 2015 le déficit commercial libyen, qui pourrait ainsi atteindre jusqu'à 37,1% du Pib. Ce pronostic pessimiste a été fait par le FMI dans un rapport publié vendredi dernier et rapporté par l’agence de presse PANA.

Pour rappel, la Libye, qui produisait avant la chute du régime du colonel Kadhafi jusqu’à  1,5 million de barils par jour, n’en produit plus que quelque 350 mille à cause de l’instabilité politique et sécuritaire. Or, son économie est très dépendante des revenus pétroliers aussi bien pour financer les importations que pour alimenter les recettes budgétaires.

Les effets de la chute vertigineuse de la production pétro-gazière libyenne sont davantage aggravés par l’effondrement des prix du brut sur le marché mondial. Ces prix ont chuté de quelque 50% depuis juin dernier descendant en dessous de 50 dollars, soit leur niveau le plus bas en six ans.

Tirant la sonnette d’alarme, la Banque centrale libyenne a préconisé, dans un communiqué diffusé le 15 janvier 2015, des mesures d’austérité « urgentes, aussi douloureuses soient-elles, afin de mieux gérer nos dépenses et répondre aux besoins quotidiens de la population ».


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Au « moins disant» décide le gouvernement pour le « Big Deal » de l’électricité solaire

Le décret qui fixe les conditions d'appel d'offres national et international pour la production et la distribution de 4.000 mégawatts d'électricité d’origine solaire a été adopté ce mercredi. Appel d’offres hors gabarit.

Pétrole - Un responsable russe voit l'accord avec l'Opep durer des années

Kirill Dmitriev, un responsable russe qui, le premier, avait prédit que la Russie et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) allaient être capables de s'entendre sur une réduction de la production de pétrole, a déclaré jeudi que cette coopération pourrait durer des années.

Le consentement des Algériens à l’impôt au cœur de la fin de vie politique de la rente

La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan s’attaque cette semaine à un thème fort de ce début de l’année 2017, la relation des Algériens à l’impôt. Moment charnière capital.