Rapporter un commentaire

Ce sont les dernières cartouches d'un régime moribond et à l'agonie.Les réformettes d'Ouyahia sont vouées à l'échec.Ceux qui ont conduit le pays au désastre économique et politique s'accrochent désespérément au pouvoir quitte à ruiner la pays.Il faut être stupide pour croire qu'ils faut reconduire une équipe qui réussit l'échec total.Une équipe qui perd doit changer de manager,c'est valable pour le sport comme en politique.Ni la planche à billets ni le FMI ne sauveront ce pays qui est conduit à la dérive et à la ruine.Il a raison Boukrouh quand-il dit:
" ... Hier, c’était le colonialisme, aujourd’hui, c’est le despotisme d’une mafia qui s’est emparé du pouvoir en se cachant dans l’ombre d’un homme malade
….Il ne faut pas appeler le peuple à se soulever, mais à se réveiller, à ouvrir les yeux sur les dangers auxquels il est exposé par un groupe de personnes irresponsables…
L’Algérie est dans un état moral, économique et social pire que celui qui prévalait à la veille d’Octobre 1988. Moralement, parce qu’elle assiste impuissante à la déliquescence de l’Etat, comme cela n’était jamais arrivé avec un président détenteur de tous les pouvoirs mais malade, absent et ayant peut-être perdu la raison à en juger par les derniers événements…"
A méditer par M.Mebtoul !