Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 26 Avril 2018

  •   Zoubir Tahri
  • lundi 16 avril 2018 00:01

Algérie-automobile: Pourquoi les prix ne vont pas baisser de sitôt

 

La démarche de transparence adoptée par le gouvernement est saluée mais reste insuffisante aux yeux des observateurs.

La publication des listes des  véhicules sortis d’usine en Algérie n’aura eu qu’un effet placebo. Le document du ministère de l’Industrie aura enflammé les débats sur les plateaux mais également sur les réseaux sociaux. Toutefois l’on estime que cet édit n’est que de la poudre aux yeux tant le sacro-saint principe de l’offre et de la demande demeure le seul déterminant  dans l’équation du coût des voitures made in Algérie.

Aussi, et par le truchement de la loi de l’offre et de la demande, désormais en vigueur, une faune de revendeurs s’adonne au sport de la  spéculation et continue d’engranger des dividendes substantiels en profitant de la pénurie et du manque de disponibilité des produits convoités. Il n’est donc pas étonnant de voir encore une mini-citadine défier l’entendement en affichant un prix parallèle qui dépasse souvent les deux millions de dinars.

Au milieu de ce tohu-bohu général il arrive souvent que l’on invoque le retour du fameux moins de trois ans. Un moindre mal, diront certains en avançant que ce dernier aurait au moins le mérite d’engranger quelques taxes au profit des impôts. Finalement, les dernières évolutions n’auront rien réglé au problème et les prix tels que publiés par le ministère de l’Industrie ne reflètent en rien la réalité sur le terrain.

L’initiative des pouvoirs publics est néanmoins applaudie et ce bien que la méthode de calcul reste inconnue du grand public. En somme, tout porte à croire que les prix des quatre roues sortis d’usine demeurent accompagnés de marges bénéficiaires exagérément importantes. Ce qui laisse cois bien des analystes et qui s’interrogent cependant : Maitrise-t-on tout dans l’industrie automobile ? Pour fixer le prix d’un produit il faut connaitre le volume de production. A quoi correspond le prix d’usine et à quel volume de production ? S’interroge Mourad Saadi confrère et Directeur de l’Argus Algérie.

Il soutient toutefois que les opérateurs économiques méritent tout le soutien du gouvernement et de l’Etat. Ce dernier détenant les moyens de contrôler les prix. Notre interlocuteur au même titre que d’autres intervenants est interpellé par des marges bénéficiaires excessives. D’où ces interrogations : Que se passe-t-il dans les usines de montage automobile ? Sur quelle base est calculé le taux d’intégration ? Ce taux avoisine les 10 %  les 15 voire les 20% ou est la vérité ? Novembre 2014 mars 2018. Quel est le taux d’intégration atteint et le chiffre de transfert de technologie réalisé par les différentes usines implantées en Algérie ? Et d’asséner enfin : Les constructeurs ont-ils une réelle volonté de transfert de la technologie sur un certain nombre de pièces entrant dans la composition des véhicules ?  Mourad Saadi rebondit d’ailleurs sur cette dernière interrogation en étayant qu’il aurait mieux valu aller vers la production de la pièce de rechange que de mettre la charrue avant les bœufs et produire directement des voitures.

Il cite l’exemple de l’Iran,  un pays qui a choisi d’aller sur des projets structurants et non sur la production de pièces annexes comme les tapis ou le plastic. Les iraniens ont choisi d’usiner des pièces mécaniques, de l’électronique et ont réussi en dépit d’un embargo de plus de vingt ans à devenir un producteur attitré de voitures et qui a inondé les marchés voisins comme l’Irak, la Jordanie, la Syrie…Conclut-il en préconisant de créer le métier de la reprise en Algérie comme alternative à la crise.                                             

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Energie: Guitouni invite les opérateurs allemands à créer des sociétés mixtes en Algérie

  Le ministre a parlé de la volonté de l’Algérie de fabriquer des équipements localement dont principalement les panneaux solaires localement. 

La cour des comptes se chargera de la certification des comptes de l’Etat

  La cour des comptes se dotera d’une nouvelle fonction qui est la certification des comptes de l’Etat. Cette prérogative figure parmi les amendements de la loi organique de la loi de finance », a déclaré Abdelkader Benmarouf, président de la cour des comptes d’Algérie en marge du séminaire de clôture du jumelage entre l’Algérie et l’Union européenne pour le renforcement...

La hausse conjoncturelle des prix du pétrole et l’optimisme béat de l’Algérie

  L’optimisme de l’Algérie ne tient pas route parce que les arguments avancés par nombre d’expert à travers le monde font état d’une hausse conjoncturelle, même si la remontée en surface des fondamentaux laisse penser le contraire. La tendance haussière actuelle des prix du pétrole est-elle durable ? C’est le souhait de l’Algérie et c’est le pronostic fait par Mourad Preure.  Le PDG...