Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 23 Février 2018

  •   Abderrahmane Mebtoul
  • samedi 10 février 2018 17:41

Algérie- L'entreprise d'exploitation des mines d'or est-elle rentable? (Contribution)

Le  ministre de l’Industrie et des Mines vient de déclarer le 08 février 2018 que les réserves d’or  détenues par l’Algérie sont de 173 tonnes, identiques à 2009,  mais avec une baisse de la production de l'ENOR, en 2017,  de plus de 800  kg par rapport à 2008/2010.

 

Dans plusieurs contributions sur ce sujet entre  en 2009/2017 largement diffusée au niveau national et international (arabe- anglais- français- 2009/2017) en fonction des fluctuations du cours de l’once d’or à la baisse je l’avais estimé à 9 milliards de dollars  fin 2008  et entre six  et  sept  milliards de dollars entre 2015/2017 selon les  fluctuations de l’once d’or. 

1.- Selon le rapport annuel du Conseil mondial de l’or (CMO), la  demande annuelle d’or s’est élevée à 4 071,7 tonnes en 2017, en baisse de 7% par rapport à  2016. Selon le rapport (2016) du CMO, les réserves totales des 100 pays étaient estimées à 32.813 tonnes. Selon  cheatssheet.com business,  les  dix pays qui possèdent les réserves les plus importantes d’or  par ordre décroissant sont les suivants : l’Inde détient officiellement 557,7 tonnes d’or ce qui représente 6,7 % de ses réserve.  Les Pays-Bas possèdent 612,5 tonnes d’or ce qui représente 55,2 % de ses réserves.  Le Japon fasse possède 765,2 tonnes d’or ce qui représente 2,4 % de ses réserves.  La Suisse  possède 1040 tonnes d’or ce qui représente 7,7 % de ses réserves.  La Chine possède 1054,1 tonnes  ce qui représente seulement 1 % de ses réserves. Mais le secret étant bien gardé, selon ce site,  d’autres sources avancent entre 2000 à 3000 tonnes d’or. La Russie possède 1 208, 2 tonnes d’or ce qui représente 12,2 % de ses réserves.  La France possède 2 435,4 tonnes d’or ce qui représente 65,6 % de ses réserves.  L’Italie  pays possède toujours 2 451 tonnes d’or ce qui représente 66,6 % de ses réserves. . L’Allemagne possède 3 384,2 tonnes d’or ce qui représente 67,8 % de ses réserves et enfin les   États-Unis ont supprimé le standard de l’or depuis 1971, mais possèdent  près de 8 133,5 tonnes, ce qui représente 72,6 % de ses réserves. Ces données certainement  pour des raisons de confidentialité diffèrent légèrement pour certains pays  de ceux du CMO qui donne  en  2017 pour les  USA 8133, 46 tonnes , l’Allemagne 3373,64 tonnes, l’Italie 2451 ;84 tonnes, la France 2435,94 tonnes, la Chine 1842,56 tonnes, la Russie 1828,56 tonnes , la Suisse 1040 tonnes, le Japon 765,22 tonnes ,les  Pays Bas 612,45 tonnes,  l’Inde 557,79 tonnes, la Turquie 525,79 tonnes.

2.- . L’Algérie occupait  le 25e rang mondial et 3e des pays arabes par ses réserves d’or estimées en 2016  à 173.6 tonnes, et selon le CMO le même stock  qu’en 2009,  après l’Arabie Saoudite (322.9 tonnes) et le Liban (286.8 tonnes). En Afrique, l’Algérie arrive en première place devant l’Afrique du Sud (29e), la Libye (31e), le Maroc (59e) et la Tunisie (77e).  Or, dans plusieurs  contributions parues en 2009  et 2016 (voir www.google.com) suite des différents rapports du CMO (2009/2016), je notais que l’Algérie  déjà en 2009, était  classée à la 22ème place mondiale, avec le même volume de 173,6 tonnes d’or. Pour déterminer la valeur intrinsèque du lingot de 1 kilogramme d'or, il faut multiplier le prix de l'once d'or par 32,15, puis appliquer le taux de change euro/dollar. La dépréciation la valeur monétaire reconvertie en dollars  de l’or entre 2009/2017 a également fait perdre plus de 2,5 milliards de dollars de sa valeur monétaire au stock algérien d’or, que j’avais estimée, en 2009 , à 9,75 milliards de dollars.  Le 08 février 2018    l’once d’or est coté à 1, 314,10, dollars, Si on estime la valeur moyenne à environ  6 milliards de dollars cela  représente  6,25% des réserves de change fin 2017 clôturées entre 96/97 milliards  de dollars. -Où est la production additionnelle de la mine d’or d’Amesmessa ? Face à ces données récentes l’opinion algérienne a besoin d’être éclairée, sur la situation du stock de réserves algériennes d’or, qui n’a pas bougé depuis 2009, alors que l’Algérie s’est lancée dans l’exploitation d’un gisement d’or à Amessmessa devant  éviter de mauvaises interprétations. La société productrice d’or est une entreprise  qui peut soit    vendre à la Banque d’Algérie pour accroitre  son stock d’or, soit l’exporter ou la vendre directement  aux bijoutiers. Il semblerait que la première option ait été écartée puisque le stock d’or est resté inchangé depuis 2009.

3.-Rappelons que le  30 janvier 2010 dans une déclaration à l’APS le directeur général de l'entreprise d'exploitation des mines d'or (ENOR) avait déclaré officiellement je le cite : « le gisement d'Amessmessa, situé à 460 km à l'Ouest de Tamanrasset, va bénéficier d'un plan de développement avec pour objectif de hausser graduellement sa production aurifère à trois tonnes d'or annuellement. Le partenariat avec la  société australienne Gold Mining Algeria (GMA), ayant quitté l’Algérie ,    n’a pas été concluant devant produire selon le contrat entre 3000 et 4000 kg par an ;  je cite la déclaration à Londres en janvier 2007 du PDG de GMA : «  les mines de Tirek et d'Amesmessa peuvent  produire environ 28,5 grammes d’or de chaque tonne de terre et de roche ».  Or,  pour cette période, s'agissant des exportations de l'entreprise entre 2009/2010, elles ont été de l'ordre de 848,49 kg d'or, tandis que le marché local a consommé seulement 208,78 kg d'or». Aujourd’hui en février 2018 selon  le Ministre de l’Industrie et des Mines, l'Entreprise d'exploitation des mines d'or "ENOR" (filiale du groupe Sonatrach) devrait connaitre  en 2018,  une production aurifère qui devrait atteindre 286 kg, contre 137 kg en 2016, soit une importante régression de plus de 800 kg 'ente la consommation intérieure et les exportations  2009/2010, ce qui explique le déficit structurel de cette entreprise qui selon le Ministre de l’Industrie aurait été  de  1,4 milliards de dinars  en 2016, 600 millions de dinars en 2017 avec une prévision  de  400 millions de dinars fin 2018.Récemment toujours selon le Ministre, le  gouvernement avait décidé d'effacer 2 milliards de dinars  de dettes en faveur de l'ENOR et de lui affecter un crédit d'investissement à long terme d'une valeur de 3 milliards de dinars  malgré que les charges salariales  dépassent de loin les recettes.

4.-Cependant, il  faut éviter toute mauvaise interprétation  et préciser que le stock d’or  ou les devises d’une manière générale   ne créent pas de richesses, étant un moyen d’échange. Autrefois, les tribus d’Australie utilisaient les barres de sel du fait de sa rareté comme moyen d’échange. Au contraire la thésaurisation et la spéculation dans les valeurs refuges comme l’or, certaines devises ou certaines matières premières est nocive à toute économie. Avoir des réserves de change en devises ou en or est ne traduit pas  forcément la richesse d’une Nation. Il existe des pays ayant peu ou pas de réserves de change détenues par les banques centrales mais connaissant un  important développement, le capital argent ayant été transformé en capital  productif. C’est une condition nécessaire mais pas suffisante pour sécuriser l’investissement et surtout pour des pays rentiers éviter un dérapage plus important de la valeur du dinar par rapport aux devises où existe une corrélation d’environ 70% entre la valeur actuelle du dinar, et ce stock de devises via la rente des hydrocarbures. Avec des réserves de change  de 20 milliards de dollars,  le dinar algérien officiel flotterait à plus de 200 dinars un euro et 250/300  dinars un euro sur le marché informel. C’est loin donc  d’être une condition suffisante d’un développement durable et surtout provenant d’une rente éphémère, les hydrocarbures. Le problème central pour l’Algérie est de transformer cette richesse virtuelle en richesse réelle passant par un développement hors hydrocarbures se fondant sur l’entreprise et le savoir, le tout conditionné par une nouvelle gouvernance.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  Professeur des universités, expert international Dr Abderrahmane MEBTOUL


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Sacré Pr Metboul (mahboul)

    Il nous fait le coup de "cha3bane fi ramdan".

    Prenant des statistiques du CMO connues de tous et qui ne concernent que l'or, lui, il dévie le propos en parlant des devises et partant de la parité dinar avec l'€ et le $.

    Les devises, quelles qu'elles soient ne sont que papier sur lequel sont imprimés un chiffre des desseins et une ou plusieurs signatures, comme si ces signataires garantissaient par leurs griffes la valeur de chacune des devises ou monnaies.

    Chacun sait que ces devises sont imprimées à profusion sans même créer de la valeur mais bien pour soutenir des marchés spéculatifs et faire croire que les actions qui y sont cotées ne représentent que la solidité des sociétés qu'elles représentent.

    Ces monnaies ne sont donc que des PQ qui n'ont même pas la valeur du papier sur lequel elle sont imprimées. Les États exclusivement occidentaux ajoutés aux japonnais, forts de leur stature mondiale, font la pluie et le beau temps par l'impression de leurs monnaies pour des montants exorbitants.

    En dépit des alertes données sur leurs menaces sur l'économie mondiale, aucun pays ou si peu, n'a freiné leur machine à imprimer devenue de fait une photocopieuse.

    L'or est la seule richesse qui, même s'il ne rapporte rien, en terme d'intérêts ou de dividendes, préserve la souveraineté d'un état en cas de coup dur souvent provoqué, comme le cas du Venezuela.

    Tout à fait subsidiairement, il est à regretter que l’État algérien n'ait rien fait à l'encontre de la société australienne du nom de Gold Mining Algeria, partie sans crier gare, n'ayant pas respecté les termes du contrat qui la liait tout en laissant des dettes à la charge de l'Algérie. Pourquoi l'Algérie n'a pas trainé cette société devant les tribunaux ?

    Rapporter Vangelis dimanche 11 février 2018 15:41
  • Tous les chiffres donnés par nos gouvernants doivent être passés au peigne fin,ils sont fantaisistes,naïfs. Exemple gaz de shit. On annonce 3 eme réservé au monde!!! Bobobobo!! Mais on est 3 eme àvec combien de volume??? On peut être 3 eme àvec 100m3!! Et ensuite prouver la rentabilité de ce shit.

    Rapporter Mobencous samedi 10 février 2018 22:01
  • Il a un avis sur tout, notre professeur.

    Rapporter Abu al ala samedi 10 février 2018 21:26
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le pain, le lait, le mini krach boursier de Wall Street et les paris de 2018

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite de la cacophonie sur les subventions et le sens du mini krach boursier qui menace le capitalisme mondial. 

Algérie : Des stations de péage de l’autoroute est-ouest seront livrées en octobre prochain

    Le gouvernement a réservé une rallonge financière pour la prise en charge des travaux supplémentaires du projet de l’accès entre Mascara et l’autoroute est-ouest.

Le Maroc fera partie des cinq pays d'investissement de la BERD

Le président de la BERD, Suma Chakrabarti a souligné que sa banque est engagée et prête à continuer à soutenir le Maroc.